mali

Accueil
mali

Mini Star sur Africable : La chanteuse Assa Kida, animatrice hors-pair de l’émission

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 3042

 : Les organisateurs de l’émission Mini Star (MS), sur la Chaîne du Continent, ont estimé que la présentatrice de cette émission doit être une animatrice et un véritable symbole des enfants. «C’est une personne susceptible d’être une maman et qui peut s’oublier pour entrer dans le monde des enfants pendant toute la production. Cette personne est la locomotive de l’émission pour son sens de la créativité et sa capacité d’adaptation aux nombreuses caprices et rêves des enfants dont elle aura la charge, le temps de Mini Star ». Car en harmonie avec les exigences de la Production, l’ animatrice va mettre en marche un instrument indispensable à la formation, à l’éducation, à l’épanouissement et au divertissement des enfants. Les enfants et surtout les parents n’en demanderont pas mieux.

 


Au vu  et  su  de  ce  qui  précède,  le choix de Assa Kida a été le plus convaincant, il n’a pas été facile pour elle, d’accepter ce rôle, pour une télé réalité qui va durer trois mois. Mais de l’autre côté, ça lui ouvre les portes d’un média très convoité par les puissants de ce monde. Sarkozy n’a-t-il pas dit que «tout ce qui ne sort à la télé n’est pas vrai ». Donc, la fille de Awa Djiguilaye  peut s’essayer à la télé, c’est un coup d’essai qui devient un coup de maître. Tant mieux ! Dans le cas contraire, elle retournera à la musique, parce que c’est ce qu’elle sait faire. Après les réflexions du patron de Africable, Ismaël Sidibé, la  non  moins  célébrissime  chanteuse malienne Assa  Kida a été retenue  pour  animer  la saison 1 de  Mini Star.


Assa Kida a fait beaucoup d’œuvres musicales, pour les enfants, leurs mamans et mêmes pour les papa. Qui parle de femme et enfant parle de la maison. Il ne saurait y avoir de foyer sans homme. En tout cas, chez nous au Mali. Assa Kida est un pur produit de l’Institut National des Arts du Mali (INA). Elle est issue d’une famille de griots ; sa mère Awa Djiguilaye était très connue, surtout au niveau du champ hippique. Elle participait à toutes les courses de chevaux. Elle n’a raté aucun grand prix de la nation. Sa fille, bien qu’étant issue d’une telle famille, n’a pas hésité à aller approfondir son savoir sur les bancs. Sortie après de brillantes études à l’Institut  National  des Arts - INA - de Bamako,  elle  enseigne  la musique  dans  un  groupe  scolaire  de  la  ville aux trois caïmans. Ses cours ne l’empêchent de faire de la musique. Elle continue de participer aux concerts, baptêmes, mariages et sumu. Elle répond toujours aux sollicitations de ses jatigui, même les différents ministres de l’Education, l’appellent pour des prestations lors des grandes rencontres. Il en est de même pour les partis politiques, les associations, les jeunes. Car, elle est jeune.


Dans toutes ses prestations, les gens pensent qu’elle est d’une simplicité sans faille, elle accepte toujours avec son sourire éternet d’adolescent, de travailler avec les autres. Elle ne perd jamais de vue ses préoccupations. Que ce soit sur les grandes scènes ou dans les petites salles, Assa Kida est la même, toujours prête à donner le meilleur d’elle-même. C’est pourquoi on l’appelle l’amie des enfants. Avec les vacances scolaires, elle est très sollicitée pour les fêtes de fin d’année scolaire dans les établissements des tout-petits.


 Mariée  et  mère de  quatre adorables  filles, Assa Kida sait ce que les enfants aiment, surtout les filles, car elle n’a pas eu encore de garçon, mais pour elle les filles sont plus difficiles à gérer que les garçons. Ses  nombreuses  actions  auprès des  tout-petits font  d’elle  une  personne  ressource  au Mali  en  matière  d’éducation et  formation  des enfants.  C’est de ce qui  explique  son  statut  d’ambassadrice  des  enfants du  Mali  auprès  de la  Coalition  des  ONG  Africaines,  titre  décerné  en 1994. 


Elle  est  disposée  à  ajouter  une  corde ( l’animation  télé), qui  lui  réussit,  d’ailleurs, bien, à  son  arc  en  partageant  ses  jouets  avec  ces  enfants  qu’elle  adore  plus que  tout  au  monde. Nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance pour cette nouvelle aventure. Surtout qu’avec la télé, chaque jour est une… vérité.  


Kassim TRAORE


Article publié le jeudi 7 mai 2009
3042 lectures

Infos par pays