burkina

Accueil
burkina

11ème Rencontre gouvernement secteur privé : Le secteur public et privé pour le meilleur et le meilleur

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1570

 : Réunis autour d’un idéal commun, les opérateurs économiques du Burkina Faso tiennent pour la 11é fois consécutive dans la ville de Bobo-Dioulasso, la traditionnelle rencontre avec le gouvernement. Placé sous le thème : « Enjeux et modalités de réalisation des projets de partenariat public-privé pour la croissance économique du Burkina Faso », cette rencontre se veut comme le renforcement du dynamisme du partenariat entre le gouvernement et le secteur privé. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le chef du gouvernement, Luc Adolphe Tiao.


Venus de tous les horizons du Burkina, les opérateurs économiques ont une fois de plus accordé une importance à la rencontre gouvernement/secteur privé de par leur participation. Issus de tous les domaines d’activités, ils ont pris d’assaut la salle de ciné Sanyon pour des causes qui sont éventuellement les leurs. Situation nationale oblige, cette rencontre se tient naturellement dans un contexte marqué par les récents événements qui ont entaché l’activité économique du Burkina. A cela, s’ajoute, celle internationale emprunt de mutations de toutes natures y compris socio-économique.

La vice-présidente de la chambre de commerce, Alizéta Ouédraogo à dans son intervention « fustigé » une telle situation qui selon elle « compromet sérieusement la paix sociale et entrave les efforts pour asseoir les bases solides d’un développement économique harmonieux de notre pays ». Ainsi, a-t-elle exprimé au nom de tous les opérateurs économiques sa compassion et sa solidarité à toutes les victimes. Thème évocateur, la vice-présidente a estimé qu’il s’agit d’une invite au secteur privé burkinabé à jouer conséquemment sa partition et son rôle de moteur dans la croissance économique nationale et pour le gouvernement d’apporter les facilités nécessaires à l’exercice dudit rôle.

Il faut dire que l’objectif de ce partenariat public privé est d’optimiser les performances respectives du secteur public et privé en vue de réaliser dans les meilleurs délais et conditions les projets de développement économique. Ainsi, à entendre Alizéta Ouédraogo, « cette forme de contrat innovante pourrait constituer une source alternative de financement du développement et un outil d’optimisation et de rationalisation des choix d’investissements publics ». Pourtant, force est de reconnaître que de nombreuses difficultés subsistent toujours dans la croissance économique de notre pays auxquelles, il faut incessamment trouver des solutions palliatives. D’où l’espoir pour cette rencontre au cours de laquelle de nouvelles issues pourront y sortir.

A la suite de la vice présidente de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, le gouverneur de la région des Haust-Bassins Siaka Prospère Traoré a lui aussi rappelé le contexte dans laquelle se tient cette 11é rencontre gouvernement secteur privé. Il a félicité tous les acteurs politiques et économiques pour leur patience et leur compréhension. Le tout nouveau gouverneur s’est également réjouit de la tenue de cette rencontre dans sa région qui pour lui est une « marque de sympathie et reconnaissance et de confiance renouvelée ».

Pour une économique ouverte et compétitive

Beaucoup de décisions seront certainement prises au cours de cette rencontre entre le gouvernement et le secteur privé pour le meilleur et le meilleur. En effet, le premier ministre Luc Adolphe Tiao, a estimé que les récentes crises vécues dans notre pays présentent des opportunités que chacun doit « saisir en vue d’améliorer le système de gouvernance politique, économique et administrative tout en renforçant les capacités du système judiciaire ». Il est de même de l’embellie qui se constate au niveau mondiale, mais aussi le retour de la paix en Côte d’Ivoire pour une vitalité de l’économie nationale burkinabé.

C’est pourquoi, le chef de gouvernement dit apprécier le thème porteur d’espoir avec de nouvelles modalités assorties de résultats tangibles. Il s’agit notamment de l’accélération de la réalisation des projets, la résolution des problèmes liés à un effet de ciseau entre une demande sociale croissante d’infrastructure, la réalisation de grains macroéconomique pour la croissance de l’offre de biens et services publics, l’amélioration de l’efficience de la gestion des équilibres publics. Confiant, Luc Adolphe Tiao a foi quant à la détermination des opérateurs économique pour le dynamisme du partenariat public-privé.

Toute chose qui s’impose d’ailleurs comme une nécessité et il incombe donc au gouvernement et au secteur privé d’asseoir un partenariat dynamique, effectif et attractif, bâti autour de la trilogie « la culture de la confiance mutuelle, la recherche de la synergie dans l’action et la volonté commune de créer de la richesse et des emplois dans un environnement social paisible ». Tout cela, pour une économie ouverte et compétitive.

Cependant, pour atteindre l’ensemble de ces objectifs, le chef de gouvernement pense à la prise en compte de sept préoccupations majeures à savoir l’amélioration de l’environnement des affaires, le caractère dissuasif de la politique fiscale, la reforme de la justice, la lutte contre la corruption, la promotion d’une concurrence saine dans les affaires, le renforcement des capacités et enfin le financement des initiatives privées. En effet l’évidence du rôle du secteur privé dans le moteur de développement a une fois de plus été souligné, d’où la nécessité pour l’Etat de se concentrer dans ce domaine. C’est sur cette note que le chef du gouvernement a clos son allocution tout en invitant les acteurs de l’économie à une franchise dans les échanges.

Bassératou KINDO pour le Faso.net




















Article publié le mardi 19 juillet 2011
1570 lectures

Infos par pays