burkina

Accueil
burkina

Vendeurs à l’étalage : Du cash pour oublier les casses

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1311

 : Parmi les commerçants vandalisés lors des évènements des 14, 15 et 16 avril derniers consécutifs à une nouvelle sortie de militaires, il y avait des vendeurs à l’étalage. Compte tenu de la spécificité et de la modicité de leur commerce, ces derniers ne sont pas pris en compte ni dans le secteur informel ni dans les PME dans le cadre de l’opération d’indemnisation initiée par le gouvernement. Une opération spéciale d’indemnisation de ces vendeurs a été mise en place à cet effet. Les premiers bénéficiaires ont reçu, en espèces, l’aide gouvernementale, hier mardi 26 avril 2011.


Grande affluence, hier mardi 26 avril 2011 aux environs de 11h dans une annexe de la Chambre de commerce et de l’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) située en face à la Maison de l’entreprise. Sous un soleil de plomb, tout autour des tentes dressées, plusieurs rangs sont formés en face de tables disposées. Les bousculades ne manquent pas. En somme, une ambiance informelle y régnait.

Chaque tentative d’intégration d’une rangée est vivement décriée. C’est dans cette ambiance que se déroulait le traitement des dossiers dans le cadre de l’opération d’indemnisation des commerçants. La sueur dégoulinait des fronts mais les visiteurs du jour n’avaient d’yeux que pour ceux qui réceptionnaient les dossiers.

Les victimes sont guidées en fonction de la spécificité de leur établissement (secteur informel, PME) vers le Fonds prévu pour les prendre en charge. Ainsi, ceux dont les pertes sont comprises entre 50 000 et 5 000 000 F CFA sont orientés vers le Fonds d’appui au secteur informel (FASI).

Le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES), lui, s’occupe de ceux dont les pertes vont de plus 5 000 000 à 25 000 000 de FCFA. Les vendeurs à l’étalage, eux, bénéficient d’une opération spéciale sur place dont le paiement des premiers bénéficiaires a débuté hier mardi. C’est ce qui explique la présence des ministres de l’Economie et des finances (MEF), Lucien Marie Noël Bembamba ; de l’Industrie, du Commerce, de l’Initiative privée et de l’Artisanat (MICPIPA), Arthur Kafando ; de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Achille Marie Joseph Tapsoba ainsi que du maire de la capitale, Simon Compaoré.

A leurs côtés, les directeurs généraux du Trésor et de la Comptabilité publique, Moumouni Gnankambary, de la CCI-BF, Franck Tapsoba et de la Maison de l’entreprise, Issaka Kargougou. La cérémonie de remise de l’aide a consacré la remise symbolique à 5 bénéficiaires qui ont reçu en cash l’indemnisation accordée par le gouvernement.

L’aide va jusqu’à 1 million et demi et est, rappelons-le, accordée aux vendeurs à l’étalage. Selon le ministre Lucien Marie Noël Bembamba, l’objectif principal du gouvernement est de permettre aux commerçants vandalisés de répondre rapidement leurs activités. Et de signaler qu’une rencontre est prévue en principe aujourd’hui mercredi avec les responsables des grandes surfaces, des hôtels et d’autres grands établissements pillés en vue de discuter sur les modalités de leur indemnisation.

Premier bénéficiaire à entrer en possession de l’aide, Sayouba Nikiéma, qui a reçu 1 195 000 FCFA des mains du MEF, se confond en remerciements. « Je n’y croyais pas. Je prie pour que la paix règne toujours dans notre pays afin que nous puissions vivre ensemble en toute sérénité et prospérer dans nos affaires. », nous a-t-il confié avant de rejoindre tout léger sa monture pour rejoindre probablement son office sis à côté du Ciné Burkina. C’était le même son de cloche chez le second bénéficiaire, Etienne Compaoré, qui a trouvé le soutien salvateur.

Issa K. Barry & Hyacinthe Sanou

L’Observateur Paalga




















Article publié le mercredi 27 avril 2011
1311 lectures

Infos par pays