angola

Accueil
angola

Luanda Chronogramme de gestion macroéconomique assure le maintien de la stabilité

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1195

 :Le chronogramme des principales mesures de gestion macroéconomique et structurelle adoptées, cette année, visent à assurer le maintien de la stabilité avec limite d'inflation prévue, a déclaré jeudi, à Luanda, le Premier ministre angolais, António Paulo Kassoma.

Paulo Kassoma a tenu ces propos à la session de l'Assemblée Nationale, en réponse à l'interpellation au Gouvernement sur les mesures contre les effets de la crise financière et économique mondiale, rappelant que l'inflation prévue pour cette année est de 10 pour cent.

Selon le gouvernant, les politiques monétaire et fiscale établies dans ce programme ont pour objectif la stabilité des prix et les mécanismes contenus assureront le contrôle du déficit public et la préservation de la valeur de Kwanza.

"La stabilité du taux de change va requérir des mesures combinées de stérilisation par l'offre de devises et titres, régler avec coefficient les réserves obligatoires et ajuster le taux de redécompte et le contrôle du destin des changes acquis à la Banque Nationale d'Angola", a-t-il expliqué.

Selon Paulo Kassoma, le Gouvernement a également adopté des mesures et tâches structurelles, de réforme et politique pour le développement de l'activité économique, surtout en vue de l'augmentation et diversification de la production interne.

Des mesures et tâches à caractère institutionnel et règlementaire ont également été prises visant à créer un cadre propice pour une gestion plus effective des politiques publiques, a-t-il affirmé.

Pour le Premier ministre, une re-programmation des investissements publics a été établie, dans laquelle la priorité sera d'exécuter les grands projets déjà financés et entamer des nouveaux dans les secteurs des eaux et de l'énergie.

"Le gouvernement renégocie les contrats déjà signés pour ajuster leur exécution physique avec capacité financière de l'Etat et permettre d'incorporer les effets de la diminution des coûts des produits comme les carburants et le ciment.

La dépense budgétaire des biens et services sera également réduite à 35 pour cent", a souligné le Premier ministre.


Article publié le lundi 23 mars 2009
1195 lectures

Infos par pays