coteivoire

Accueil
coteivoire

3 ans après : Toute la vérité sur le scandale des déchets toxiques

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1132

 :
. Voici les mails internes qui mouillent Trafigura et Tommy . Les déchets du Probo Koala étaient bel et bien « hautement toxiques »
lundi 5 octobre 2009
par JMK AHOUSSOU

 







du même auteur


Toute la vérité sur le scandale des déchets toxiques

UBA au centre d’une arnaque portant sur 800 millions FCFA

Voici les preuves de la bonne gestion de l’ex-DG de la MATCA

Mme Tehoua charge les fauteurs de troubles du PDCI à Bongouanou

Le PCA et le DG réinstallés ce matin







Ce fameux protocole d’accord signé à Londres affirme que « suite aux analyses de 20 experts indépendants auprès du Tribunal de Londres, aucun lien n’est établi entre les slops du Probo Koala et les décès, les fausses couches, les naissances d’enfants mort-nés, les malformations, les pertes d’acuité visuelle ou autres maladies graves et chroniques » constatés chez les victimes de cette catastrophe. Mieux, et comme pour enfoncer le clou, ce fameux cabinet d’avocats anglais, Leigh Day & Co, affirme péremptoirement qu’il « reconnaît désormais que les slops ne pourraient être, dans le pire des cas, qu’à l’origine de symptômes bénins et passagers, semblables à ceux de la grippe et de l’anxiété ». En conclusion, le mercredi 23 septembre dernier, la Cour de Londres va innocenter Trafigura dans le cadre de l’affaire des déchets toxiques en Côte d’Ivoire en concluant que « les slops du Probo Koala ne peuvent avoir causé ni décès, ni blessure sérieuse » à Abidjan. Faut-il en rire, faut-il en pleurer ? Surtout qu’à l’issue de cette campagne médiatico-judiciaire rondement menée à Londres pour se faire innocenter, Trafigura, qui est très loin d’être une société philanthropique, n’hésitera pas à verser 22 milliards FCFA en guise de dédommagements à des victimes qui n’en sont pas unes dans une affaire où les slops n’ont causé aucun dommage particulier, surtout après les 100 milliards FCFA versés à l’Etat de Côte d’Ivoire en 2007. Paradoxe ? Non ! Car, dans cette affaire, la multinationale Trafigura a délibérément menti à l’opinion internationale et aux autorités politiques et judiciaires de ce monde depuis le début de cette affaire. Certains documents confidentiels internes à Trafigura, restés dans l’ombre et qui nous sont parvenus, contredisent gravement l’énoncé du verdict de la Cour de Londres et prouvent que Trafigura, via sa filiale Puma Energy et l’entreprise Tommy, a de façon intentionnelle, délibérée et consciente déversé ses déchets hautement toxiques et mortels en Côte d’Ivoire. Peut-être pas dans le dessein manifeste de tuer, mais dans l’optique de s’en débarrasser sur le sol ivoirien, loin des regards inquisiteurs des associations écologiques en Europe. Des courriers électroniques internes entre les hauts dirigeants de Trafigura, notamment MM. Jorge Morero et Paul Short, en direction de WAIBS, Puma Energy et Tommy, prouvent que la multinationale savait très bien la teneur hautement toxique du produit de la mort qu’elle faisait transporter vers Abidjan. Mieux, ces courriers internes induisent que préalablement des dispositions avaient été prises pour que les choses se passent en douceur, loin des yeux fouineurs, mais que finalement l’opération a foiré.

DES MAILS ACCABLANTS POUR TRAFIGURA SUR LA TOXICITE DES SLOPS DU PROBO KOALA

Le 1er mail accablant date du 17 août 2006 à 14H46 et provient de M. Jorge Luis Marero avec pour objet : « Probo Koala. Déchargement du slops à Abidjan » et est adressé au responsable de Puma Energy à Abidjan. « Suite à notre conversation téléphonique, vous devez noter que nous voudrions déverser approximativement 528 CBM de déchets toxiques provenant du Probo Koala, le 19 août tôt le matin. Il faut souligner que ces déchets sont un mélange d’essence avec la soude caustique et une forte concentration de souffre. A cause de sa forte concentration en souffre, le mélange sent très mauvais et devra être enlevé du navire et disposé convenablement afin d’éviter tous problèmes environnementaux, ainsi qu’avec les autorités », écrit M. Paul Short au capitaine Kablan. Puis, M. Paul Short donne les détails sur la nocivité du produit transporté. « Nous vous prions de noter la composition des déchets pour votre gouverne : COD (Chemical Oxygen Demand)- mesure approximative 21000 mg/l : la quantité d’oxygène consommée au cours d’une oxydation chimique complète des matières présentes dans les eaux usées, et indique la quantité de matière organique légèrement détruit. Total Organic Chlorine (TOCI) mesure approximative 5% : la quantité totale de chlore dans les eaux usées, etc. Nous vous prions de bien vouloir nous prévenir immédiatement aussi bien par téléphone que par écrit de tous désagréments, incidents, irrégularités qui pourraient survenir pendant le séjour du navire au port », donne comme détails M. Paul Short de la cargaison du Probo Koala. Ce 1er courrier prouve, si besoin en est encore, que le produit sur le Probo Koala était hautement toxique. Mais, le lendemain, un 2è mail interne en date du vendredi 18 août 2006 à 13H12 qui provient de M. Jorge Luis Marero et adressé à WAIBS Shipping enfonce le clou. « Le numéro de référence de Trafigura pour cette opération sera 20951, et ce numéro doit être noté sur tous les courriers et les factures relatifs à l’opération. En tant qu’acteurs du navire dont il est question plus haut, nous avons instruit les propriétaires de vous nommer afin de servir comme concessionnaire pour cette opération de déversement des slops. Ainsi que nous avons convenu au téléphone, PLS couvre les frais de l’opération, en plus des autres frais liés à des arrangements avec d’autres ports, dont notre bureau d’Athènes se charge. Nous vous prions de bien vouloir nous confirmer que vous pouvez assurez le déplacement et le déversement de ces déchets toxiques, et obtenir toute la documentation appropriée en conformité avec la réglementation en vigueur auprès de l’administration de l’environnement et des douanes en charge du déversement des déchets toxiques. PLS coordonne cette opération avec MESSRS « Compagnie Tommy Sarl ». Nous vous prions de bien vouloir nous alerter à tout moment sur tous les mouvements de navires. Nous vous prions de noter la composition des déchets pour votre gouverne : COD (Chemical Oxygen Demand)- mesure approximative 21000 mg/l : la quantité d’oxygène consommée au cours d’une oxydation chimique complète des matières présentes dans les eaux usées, et indique la quantité de matière organique légèrement détruit. Total Organic Chlorine (TOCI) mesure approximative 5 pct : la quantité totale de chlore dans les eaux usées, etc. Nous vous prions de bien vouloir nous prévenir immédiatement aussi bien par téléphone que par écrit de tous désagréments, incidents, irrégularités qui pourraient survenir pendant le séjour du navire au port. Nous vous prions de répondre à ce courrier pour attester que vous exister, en précisant vos noms et contacts, ainsi que les contacts de votre entreprise », écrit M. Jorge Luis Marero. Que retenir ? Que Trafigura savait très bien que ses « déchets toxiques » allaient créer des désagréments terribles. Elle s’attendait même à cela. Le 3è courrier n’est pas un mail mais une lettre écrite par l’entreprise Tommy et adressée à M. Jorge Luis Marero. « En raison de la forte concentration de mercaptan et de l’odeur de soufre
Article publié le lundi 5 octobre 2009
1132 lectures

Infos par pays