coteivoire

Accueil
coteivoire

Grève dans les hôpitaux Des partisans de Blé Goudé prennent à partie des médecins

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1003

 :
. Le syndicat menace de durcir le ton
mercredi 24 juin 2009
par Marcelle AKA

 







du même auteur


Le Dr Daniel Ekra ( Surveillance épidémiologique) " Notre système sanitaire est outillé pour détecter et prendre en charge "

Des partisans de Blé Goudé prennent à partie des médecins

Les premiers examens de la malade suspecte sont positifs

Les résultats des examens disponibles à l’Institut pasteur

Des bus cassés et incendiés







Les médecins du Centre hospitalier régional (Chr) de Divo, craignant pour leur sécurité, ont décidé de déserter la ville jusqu’à nouvel ordre, a confié le Dr Abel Kassi Awoa, secrétaire de section du Syndicat des cadres supérieurs de la santé , par ailleurs porte-parole du collectif des syndicats signataires du préavis de la grève enclenchée le lundi 15 juin 2009. Les médecins de Divo disent saisir le préfet de cette situation par voie courrier, dès aujourd’hui. Joint au téléphone dans la soirée d’hier, le Dr Abel Kassi Awoa a justifié le motif de leur départ de la ville, dans laquelle ils exercent, par les graves violations des droits de grèves perpétrées par des individus se réclamant du Congrès des jeunes panafricains et des patriotes (CoJep). Ces derniers ont pris a partie le Dr Abel Kassi Awoa. La victime raconte sa mésaventure : " Le directeur de l’hôpital nous a reçus pour la réunion d’explication sur le service minimum ce matin (Ndlr hier matin). J’ai reçu un appel et je suis sorti de la salle pour communiquer. C’est alors qu’ un des individus assis devant le bureau du directeur, se mit à crier, c’est lui !. Aussitôt, ils m’ont encerclé et ont commencé à me rouer de coups. Je me suis défendu comme je peux. Le temps que ceux qui sont en salle me viennent à la rescousse ". Il a poursuivi en rappelant que " c’est un acte de violence prémédité. On ne connait pas les motivations, mais depuis le lundi 15 juin, ils nous profèrent des menaces qu’ils ont mises à exécution ". Des proches du Cojep que nous avons joint au téléphone, ont justifié leur acte par leur ras-le-bol des grèves à n’en point finir dans les hôpitaux, constituant une menace pour des vies. Le secrétaire général des cadres supérieurs de la santé, le Dr Ernest Atté Boka, mécontent, a prévenu : " Cette situation risque de radicaliser la grève, tel que nous l’avons signifié dans le préavis, en cas de violation de nos droits de grève". Pour l’attitude à tenir, une assemblée générale est prévue ce jour à l’Insp à Adjamé.
Article publié le mercredi 24 juin 2009
1003 lectures

Infos par pays