coteivoire

Accueil
coteivoire

Football : Après Burkina-Côte d’Ivoire (2-3) Maman Drogba : « Les Eléphants vont mieux jouer au retour »

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1258

 :

mercredi 24 juin 2009
par In L’Observateur Paalga

 







du même auteur


Maman Drogba : « Les Eléphants vont mieux jouer au retour »







Qu’est-ce qui vous a amenée au Burkina ? Je suis venue au Burkina Faso pour rencontrer la Première dame et des personnalités pour leur parler de mon association.

Votre association a-t-elle un nom ? C’est une association à but non lucratif et humanitaire qui s’occupe de la prévention et de la lutte contre le sida, le paludisme et l’ulcère de buruli. Cette association, qui a pour nom Coeur d’Ivoire, est ouverte à toutes les nationalités sans distinction de religion ni d’appartenance politique. En un mot, tout le monde peut y adhérer si son c?ur l’enchante. Vous savez, le coeur est le siège de tous les maux, que ce soit en bien ou en mal. Mais on rétire plus le bien du c?ur, et c’est ça qui fait l’homme et la femme. Quand le coeur est en bonne santé, il agit dans une bonne direction. Maintenant, avoir un c?ur d’Ivoire signifie avoir un c?ur pur, l’ivoire représentant la pureté et la sainteté pour pouvoir aider son prochain.

Quand C?ur d’Ivoire a-t-elle été créée ? C?ur d’Ivoire a été officiellement créée en 2007 à Paris, mais avant sa création on travaillait dans l’ombre. En avril dernier, nous avons organisé un dîner-gala qui nous a permis de faire connaître davantage notre association. Nous comptons faire un autre dîner-gala à Abidjan, en août prochain, pour conquérir l’Afrique. L’association compte 20 membres, mais après le dîner-gala de Paris, des gens appellent de tous les horizons pour pouvoir y adhérer. Le samedi 20 juin, j’ai reçu l’appel d’un jeune malien qui m’a dit qu’il apprécie ce que je fais et qu’incessamment, il allait travailler avec moi.

Avec la Première dame, de quoi a-t-il été question ? Vous savez, la Première dame est une femme au grand c?ur qui lutte pour les enfants. Elle est présente partout, et pour une jeune association comme la mienne, il était de mon devoir de venir la voir pour prendre des conseils. On apprend toujours et il ne faut jamais se gêner d’apprendre aux côtés de ceux qui ont l’expérience. C’est la raison de ma visite, et je vous avoue que je suis satisfaite.

Avez-vous aussi rencontré le président du Faso ? Il savait que j’étais là, mais son emploi du temps ne lui a pas permis de me recevoir. Mais il m’a transmis son bonjour par l’intermédiaire de la Première Dame. C’est déjà une marque de respect et il a promis de me recevoir la prochaine fois.

Votre association regroupe-t-elle des gens qui doivent avoir la bourse bien garnie ? Une association ne regroupe pas forcément des gens qui ont les moyens. La mienne regarde dans toutes les directions pour atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé. Celui qui épouse nos principes peut adhérer sans condition. C’est du bénévolat que nous faisons à C?ur d’Ivoire, qui n’est pas une entreprise où nous versons des salaires à des gens. Coeur d’Ivoire accueille toutes les nationalités.

On aimerait davantage connaître Mme Drogba ... Je suis une Ivoirienne internationale.

C’est tout ? Mais que voulez-vous savoir après ce que je viens de dire ?

Vous êtes originaire de quelle ville de Côte d’Ivoire ? Je suis Ivoirienne d’origine, et je crois que c’est suffisant.

Mme Drogba est-elle de Gagnoa, d’Issia ou même de Daloa ? Ça n’a pas d’importance, je suis tout simplement fière d’être Ivoirienne. L’appartenance régionale ne m’intéresse pas.

Mme Drogba, vous êtes la mère d’un célèbre footballeur et c’est quand même bon que vous parliez de vous ... Ecoutez, monsieur le journaliste, parlons de C?ur d’Ivoire et pas d’autre chose. Je suis la mère de Drogba que tout le monde connaît, et c’est déjà suffisant. Je suis désolée mais comprenez-moi.

Drogba est-il votre seul fils ? Non, il est l’aîné de mes enfants.

Vous avez combien d’enfants ? J’ai 6 enfants.

Où vivez-vous ? Je vous ai dit tout à l’heure que je suis une femme internationale. Je suis venu au Burkina, c’est une preuve visible (rires). Mais Comme vous allez encore insister, sachez que je suis à Paris.

Quand Drogba était enfant, avez-vous eu le pressentiment qu’il sera un jour un grand footballeur ? Mon fils est né d’une famille sportive et quand je portais sa grossesse, je souhaitais avoir un garçon qui devait ressembler à un footballeur allemand. Aujourd’hui, je suis contente qu’on parle de lui partout et je crois que mon rêve a été exaucé.

Qui est ce footballeur allemand ? C’est Franck Beckenbauer.

Quand Drogba est venu au monde, on imagine que vous avez rapidement acheté un ballon en attendant qu’il grandisse. C’est à 7 mois que Drogba a commencé à marcher. Je me rappelle qu’il était tombé de l’escalier en suivant son ballon. Mais il n’a rien eu et ç’a été un miracle. C’était à Abidjan et c’est à l’âge de 5 ans qu’il est parti pour la France avec son oncle Michel Goba. Celui-ci était international et c’est grâce à ce dernier qu’il est devenu un footballeur. Il a tout appris auprès de son oncle, qui l’a soutenu.

Drogba finance-t-il C?ur d’Ivoire ? Il le fait au nom de sa Fondation.

Votre arrivée a coïncidé avec le match Burkina # Côte d’Ivoire. On imagine que, comme les autres Ivoiriens, vous avez jubilé après votre victoire. J’aime bien le football et j’attendais personnellement le spectacle, mais nos joueurs n’étaient pas dans le coup. C’est vrai que l’essentiel a été fait, mais je ne suis pas totalement satisfaite de la prestation des Eléphants. Ils faisaient mieux que ça auparavant et peut-être qu’ils vont produire un beau football au match retour.

Et comment avez-vous trouvé les Etalons ? Je suivais l’équipe du Burkina depuis longtemps et ce soir (NDLR, le samedi 20 juin 2009), elle a prouvé qu’elle était à prendre au sérieux. Les Etalons m’ont séduite et il y a des jeunes qui jouent bien au football. Ils sont percutants, mais il leur manque un peu de la rigueur dans leur jeu. Les buts encaissés sont faciles et il faut être vigilant à tout moment dans un match.

Il y a des joueurs qui vous ont particulièrement impressionnée ? Je crois que tous les joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Le dossard 11 (il s’agit de Pitroipa) est un bon dribbleur, mais il garde trop le ballon et ne lève jamais la tête.

Quand Drogba a marqué, qu’avez- vous ressenti ? J’ai applaudi comme d’habitude quand il marque, mais c’est une victoire collective.

Les Burkinabè veulent prendre leur revanche à Abidjan. Est-ce possible selon vous ? Une revanche à Abidjan ? On verra sûrement un beau match, mais avec une victoire des Eléphants. Monsieur le journaliste, les Etalons sont des petits frères et ils doivent respecter les grands. Il y a le droit d’aînesse et je souhaite que le stade soit plein comme ce que j’ai vu à Ouagadougou. J’ai aimé l’ambiance, et la mobilisation m’a impressionnée. C’est comme ça qu’il faut faire pour encourager son équipe et il faut continuer ainsi.


Article publié le mercredi 24 juin 2009
1258 lectures

Infos par pays