Chargement...

rdc

Accueil
rdc

Connaissez-vous Mama SAMBO, Mama MPEMBA, Mama NGEMBA, Papa EKIA, Papa ZWAO, Papa KITUKWA, Papa MIBANGE ?

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1497

 :Tout commence en 1897, année où des congolais sont emmenés à Tervuren à l’occasion de l’exposition valorisant l’action civilisatrice du Roi Léopold II au Congo.

Pour en justifier le sens, on n’hésita pas à reproduire un village indigène au beau milieu du Parc de Tervuren afin d’y exposer nos ancêtres dans une sorte de zoo humain pour le plus grand bonheur des nombreux visiteurs en quête d’exotisme.

On n’a pas de mal à imaginer la difficulté d’adaptation de ces hommes et femmes, venus d’une contrée où il fait chaud, obligés de rester à moitié nus sous le temps capricieux de Belgique!

Il n’en fallait donc pas tant pour que certains tombent malades, que d’autres meurent, avant que l’opinion publique de l’époque ne provoque la fermeture de l’exposition.

Cependant, le mal était fait. C’est pourquoi sept tombes sont aujourd’hui érigées sur le flanc de l’Eglise de Tervuren où ont aboutis les corps après avoir été enterrés dans le parc, puis dans une fosse commune avec les indigents, avant de recevoir une sépulture digne de ce nom.

En cette date du 1er novembre, jour des morts, sous l’heureuse initiative de Elan asbl, et ce depuis 2001, la communauté africaine de Belgique honore désormais ses ancêtres.

Concrètement, en ce qui concerne l’organisation, le cortège démarre à partir de l’ancien Palais des Colonies avant d’effectuer un parcours à travers le Parc.

Durant le trajet, toutes les explications relatives à cette histoire sont oralement fournies par un membre de Elan asbl.

La promenade aboutit ensuite devant les tombes où sont transmis des messages aux ancêtres et des gerbes de fleurs déposées.

Au vu de la qualité des personnes présentes, ainsi que des idées novatrices émises ici et là, des formes de collaborations ont vu le jour et nul doute que les années à venir verront plus de monde venir se recueillir en ce lieu sacré.

Mabita Ma Motingiya
Article publié le mardi 7 février 2006
1497 lectures

Infos par pays