centrafrique

Accueil
centrafrique

Les Pygmées AKA

Dernières publications dans cette catégorie
 .  Les Broto et Trokodé - vendredi 18 mars 2005
 .  Les Pygmées de BAYANGA - vendredi 18 mars 2005
 .  Les Pygmées AKA - vendredi 18 mars 2005
 .  Ubu déchaîné - vendredi 18 mars 2005
Plus...
Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1872

 :Le groupe des Pygmées Aka de Centrafrique vivent dans la forêt de la Lobaye. Ethnie minoritaire, les Aka sont considérés parmi les premiers habitants de la République Centrafricaine. Estimés aujourd'hui à environ 5.000 habitants, les Aka résident par campement et vivent de chasse et de cuillette. L'histoire des Pygmées sont connues depuis le 5ème siècle avant Jésus Christ.

Leur présence est signalée par de grands voyageurs grecs et romains depuis la nuit des temps. Leur mode de vie est liée à la forêt, considérée comme mère nouricière. Le groupe présente un spectacle riche et varié qui tire sa subtance dans ses traditions ancestrales. Le spectacle est composé de chant, et danse inspirée sur la vie animalière. Le chant est une polyphonie originale fondée sur une improvisation avec des rythmes syncopés
Les pygmées Aka, habitants dans le sud-ouest de la République centrafricaine, comptent quelque 5000 individus. Depuis des temps très anciens, cette société de chasseurs-cueilleurs, descendants des premiers habitants de la région d'Afrique centrale, a élaboré une musique vocale radicalement différente de celles des ethnies avoisinantes et dont les caractéristiques sont uniques en Afrique. Il s'agit d'une polyphonie de type contrapuntique extrêmement savante, fondée sur quatre voix constitutives. Le fait que l'ensemble des membres de la communauté maîtrise et pratique cette tradition musicale est tout aussi remarquable.

La musique et la danse, très fortement ancrées dans l'histoire des Aka, sont indissociablement liées à toutes les circonstances socioculturelles de la communauté. Elles animent l'ensemble des rituels comme les cérémonies liées aux grandes chasses, les rassemblements des campements d'un territoire ou l'inauguration d'un nouveau campement ou les funérailles.

La polyphonie des Aka, contrairement aux polyphonies savantes fondées sur l'écriture, admet les expressions spontanées et improvisées. Chaque chanteur peut, au cours d'un morceau, passer librement d'une voix à l'autre créant ainsi une multitude de variations individuelles qui laissent l'impression d'un perpétuel développement. Les chants sont généralement soutenus par des instruments à percussion spécifiques à chaque circonstance. Les messages véhiculés perpétuent les connaissances nécessaires à la cohésion du groupe et ses valeurs telles le courage ou la solidarité. Les danses - certaines réservées aux hommes, d'autres mixtes, en duo ou en solo - sont rythmées par le battement des mains du groupe et les chorégraphies, inspirées des principales activités des Aka, représentent les comportements animaliers ou le déploiement des chasseurs en forêt.
Les pygmées Aka ont créé une musique d'une extrême complexité, exceptionnelle dans une culture de l'oralité. Reposant uniquement par une transmission orale, ils ont su préserver leurs connaissances musicales au sein de l'ensemble de la communauté, à travers les générations, en associant l'enfant à tous les rituels dès son plus jeune age.

Le mode de vie des pygmées Aka a été fortement bouleversé par le processus de transformation accélérée de la société. La déforestation entraînant la raréfaction du gibier et le déplacement des populations vers les agglomérations, la diffusion des musiques modernes par les transistors et la folklorisation consécutive au développement du tourisme constituent autant de facteurs qui entraînent la disparition progressive de nombreux rituels devenus superflus dans une société sédentarisée.


Article publié le vendredi 18 mars 2005
1872 lectures

Infos par pays