centrafrique

Accueil
centrafrique

Table ronde de Bruxelles : 600 millions de dollars promis à François Bozizé et son Gouvernement

Dernières publications dans cette catégorie
 .  CONDOLEANCE, Ô CENTRAFRIQUE - mardi 31 mars 2009
 .  CONDOLEANCE CENTRAFRIQUE - mardi 31 mars 2009
 .   - mardi 31 mars 2009
 .  Table ronde de Bruxelles : 600 millions de dollars promis à François Bozizé et son Gouvernement - lundi 29 octobre 2007
Plus...
Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1238

 :
Bozizé et son Gouvernement dont la grande plaidoirie a visiblement
touché les partenaires. Reportage !

Côté jardin
Quelques mots bredouillés en peinture bleu sur un minuscule tissu
blanc : Banque Mondiale-Fmi- Bad le peuple centrafricain a besoin de
votre soutien. A côté, le drapeau centrafricain, à peine visible,
attaché à un poteau électrique devant le siège de l'Union Européenne
sur la place Schuman à Bruxelles, c'est l'œuvre de l'ONG IDSCCA. Dans
le couloir à quelques pas de l'accueil, quatre centrafricains, deux
hommes et deux femmes épient le moindre mouvement venant de la salle
où se tient les discutions des bailleurs de fonds avec les autorités
centrafricaines. Devant nous, le chef de protocole du Premier
ministre centrafricain Elie doté, sorti pour prendre de l'air deux
minutes au paravent, se fait fouiller en règle par un élément de
sécurité. En dépit de ses protestations il est contraint d'enlever sa
veste et de la remettre avant d'entrée à nouveau dans la salle de
réunion.

Après avoir délivré son discours aux bailleurs de fonds, manteau
gris, costume noir, belle cravate de couleur bleu ciel, rayée d'une
bande rouge, visiblement confiant, décontracté, souriant, c'est un
François Bozizé décidément rassuré qui avance, précédé de son
directeur de protocole, Stanislas Moussa Kembé. Arrivé à l'extérieur
du bâtiment Charlemagne où s'est déroulée cette rencontre, malgré
l'insistance du directeur de protocole qui veut le conduire vers la
Mercedes couleur grise qui l'attendait, François Bozizé a insisté
pour poser aux côtés des membres de l'OGN IDSCCA qui avaient lancé un
appel à manifestation pour soutenir les autorités centrafricaines.
L'appel n'a du reste pas été suivi, la manif n'a pas eu lieu.
François Bozizé lance en Sango langue nationale, en direction du
directeur du protocole d'Etat, « A molengué a yé photo, zia mbi sara
ma. Merci na a la so a ga ». Traduction littérale : les enfants
veulent que je que prenne une photo avec eux, il faut les laisser.
Merci à vous d'être venus. Il leurs à serrer la main avant de
s'engouffrer dans la Mercedes direction son hôtel où il doit attendre
sans une certaine appréhension le retour de l'équipe gouvernementale.
A dix huit heures vingt deux minutes, il quitte l'hôtel à destination
de l'aéroport où un avion l'attend pour son retour au bercail.

Côté Palais
Compte-tenu du caractère primordial de cette rencontre pour son
régime, la cérémonie d'ouverture de cette table ronde des partenaires
de notre pays s'est placée sous le parrainage de François Bozizé en
personne, secondé par le Premier ministre Elie Doté et d'une équipe
de ministres et des experts. Devant les représentants de 17 pays, 25
organisations internationales et d'institutions financières et de
deux ONG internationales qui ont participé à la réunion en qualité
d'observateurs, François Bozizé a délivré sa plaidoirie en faveur de
la République Centrafricaine, avant de céder sa place au Commissaire
Européen Louis Michel, de laisser le soin à Doté et le reste des
ministres de présenter le Document de Stratégie pour la Réduction de
la Pauvreté (DSRP). « Dans son discours d'ouverture, le Président de
la République, Chef de l'Etat a invité la communauté internationale à
jeter un regard nouveau sur la République Centrafricaine, meurtri par
des crises récurrentes, mais en quête de voies et moyens pour entamer
sa relance économique en vue de disposer des ressources pour lutter
contre la pauvreté », devait-on lire en substance dans le communiqué
finale de ladite table ronde.

De son côté, le Commissaire Européen Louis Michel a particulièrement
insisté sur l'importance d'une gestion saine et transparente des
Finances Publiques et des ressources naturelles. Avant de rappeler le
soutien de la commission Européenne à une prolongation de la Force
Multinationale en Centrafrique (FOMUC) pour une durée d'au moins de


Article publié le lundi 29 octobre 2007
1238 lectures

Infos par pays