Réunion de planification conjointe du projet régional Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel Renforcer le dialogue entre les pays pour une compréhension commune et partagée de lutte contre le paludisme
Dernières publications dans cette catégorie
 .  IMPRESSIONS du NIGER…(du 29/2 au 7/3/2004) - lundi 17 janvier 2005
 .  Pour conjurer la menace des années blanches, Les étudiants nigériens se connectent - vendredi 14 janvier 2005
 .  POTERIE DE BOUBON : La tradition ne paye pas - vendredi 14 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1077



Le secrétaire général du Ministère de la Santé Publique, Dr Idrissa Maïga Mahamadou a présidé hier à Niamey l’ouverture de la réunion de planification conjointe du projet régional Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel qui couvre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. L’objectif de la rencontre d’une durée de deux jours est de renforcer le dialogue entre les pays, pour une compréhension commune et partagée des stratégies d'interventions pour la prévention et le traitement du Paludisme et des Maladies Tropicales Négligées afin d'atteindre ; planifier l'organisation de campagnes synchronisées de Chimio-prévention du Paludisme Saisonnier et d'Administration de Masse de Médicaments contre les Maladies Tropicales Négligées et entreprendre des activités transfrontalières ainsi que les activités d'évaluation du projet. La cérémonie s’est déroulée en présence du représentant de la Banque Mondiale, du représentant du directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), des délégués des pays concernés et de plusieurs autres invités.Le paludisme constitue le premier motif de consultations dans les formations sanitaires des pays de l'espace CEDEAO (à l'exception du Cap Vert) avec un taux d'incidence de plus de 27000 cas pour 100000 habitants contre une moyenne de 21 000 cas et 4 000 cas pour 100 000 habitants respectivement en Afrique et au plan mondial, en 2010. Selon le secrétaire général du Ministère de la Santé Publique, quatorze (14) pays sur les quinze (15) de la CEDEAO sont encore au stade de contrôle renforcé avec des niveaux de performance variables. Par ailleurs, « sur les 109 pays touchés par le paludisme dans le monde, les prévalences et mortalités les plus élevées sont observées dans 35 pays, dont 30 en Afrique. Les cinq (5) principaux pays où le paludisme a une forte charge de morbidité dans la région sont le Nigeria, le Ghana, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Niger », a-t-il dit.Dr Idrissa Maïga Mahamadou devait souligner qu’en ce qui concerne les Maladies Tropicales Négligées (MTN), un lourd tribut est payé par les pays de la CEDEAO, notamment pour les sept principales maladies qui peuvent être traitées grâce à la chimiothérapie préventive. C'est pourquoi, ajoute-t-il, plusieurs partenaires techniques et financiers dont la Banque Mondiale investissent dans la lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées en Afrique depuis plus d'une décennie à travers différentes stratégies.Selon lui, les initiatives restent cependant encore limitées par un déficit de coordination multisectorielle et un manque de capacité à assurer une collaboration transfrontalière entre acteurs. Le défi majeur reste celui de mettre les acteurs autour d'une même table pour élaborer une planification conjointe et identifier des dispositifs de suivi et d'apprentissage croisé des effets et impacts de leurs interventions. Pour répondre à ces défis, la Banque Mondiale a initié en collaboration avec l’OOAS, le projet régional Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel. « Cette rencontre témoigne de l'intérêt que nos différents pays accordent à la lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées. Ce qui pour nous constitue un signe avant-coureur de la qualité des discussions », a-t-il déclaré avant d’assurer de l'engagement et de la détermination du Gouvernement du Niger pour soutenir la mise en œuvre des stratégies et actions qui seront issues de la réunion.Quant au représentant du directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), M. Zouama Salifou, après avoir fait une brève présentation de l’institution a indiqué que, l'OOAS est une institution spécialisée de la CEDEAO en charge de la Santé et est partie prenante de la mise en œuvre de ce projet qui cadre parfaitement avec son Plan Stratégique 2016-2020. Conformément à son mandat, elle mettra en œuvre des activités régionales et prendra toutes les dispositions nécessaires à l'atteinte des objectifs de ce projet à travers une coordination régionale efficace des interventions.La lutte contre le paludisme dans l’espace rencontre des diverses préoccupations, c'est pour répondre à ces types de défis que la Banque mondiale, en collaboration avec l'OOAS, a initié dans le cadre de la composante renforcement de la collaboration transfrontalière du projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel, l'organisation d'une rencontre annuelle de planification conjointe. « Son aboutissement permettra la mise en œuvre d'interventions harmonisées et coordonnées pour de meilleurs résultats dans tous les pays » a conclu M. Zouama Salifou. lisinopril and excedrin migraine lisinopril and excedrin migraine lisinopril and excedrin migraine-->
Le secrétaire général du Ministère de la Santé Publique, Dr Idrissa Maïga Mahamadou a présidé hier à Niamey l’ouverture de la réunion de planification conjointe du projet régional Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel qui couvre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. L’objectif de la rencontre d’une durée de deux jours est de renforcer le dialogue entre les pays, pour une compréhension commune et partagée des stratégies d'interventions pour la prévention et le traitement du Paludisme et des Maladies Tropicales Négligées afin d'atteindre ; planifier l'organisation de campagnes synchronisées de Chimio-prévention du Paludisme Saisonnier et d'Administration de Masse de Médicaments contre les Maladies Tropicales Négligées et entreprendre des activités transfrontalières ainsi que les activités d'évaluation du projet. La cérémonie s’est déroulée en présence du représentant de la Banque Mondiale, du représentant du directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), des délégués des pays concernés et de plusieurs autres invités.
Le paludisme constitue le premier motif de consultations dans les formations sanitaires des pays de l'espace CEDEAO (à l'exception du Cap Vert) avec un taux d'incidence de plus de 27000 cas pour 100000 habitants contre une moyenne de 21 000 cas et 4 000 cas pour 100 000 habitants respectivement en Afrique et au plan mondial, en 2010. Selon le secrétaire général du Ministère de la Santé Publique, quatorze (14) pays sur les quinze (15) de la CEDEAO sont encore au stade de contrôle renforcé avec des niveaux de performance variables. Par ailleurs, « sur les 109 pays touchés par le paludisme dans le monde, les prévalences et mortalités les plus élevées sont observées dans 35 pays, dont 30 en Afrique. Les cinq (5) principaux pays où le paludisme a une forte charge de morbidité dans la région sont le Nigeria, le Ghana, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Niger », a-t-il dit.
Dr Idrissa Maïga Mahamadou devait souligner qu’en ce qui concerne les Maladies Tropicales Négligées (MTN), un lourd tribut est payé par les pays de la CEDEAO, notamment pour les sept principales maladies qui peuvent être traitées grâce à la chimiothérapie préventive. C'est pourquoi, ajoute-t-il, plusieurs partenaires techniques et financiers dont la Banque Mondiale investissent dans la lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées en Afrique depuis plus d'une décennie à travers différentes stratégies.
Selon lui, les initiatives restent cependant encore limitées par un déficit de coordination multisectorielle et un manque de capacité à assurer une collaboration transfrontalière entre acteurs. Le défi majeur reste celui de mettre les acteurs autour d'une même table pour élaborer une planification conjointe et identifier des dispositifs de suivi et d'apprentissage croisé des effets et impacts de leurs interventions. Pour répondre à ces défis, la Banque Mondiale a initié en collaboration avec l’OOAS, le projet régional Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel. « Cette rencontre témoigne de l'intérêt que nos différents pays accordent à la lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées. Ce qui pour nous constitue un signe avant-coureur de la qualité des discussions », a-t-il déclaré avant d’assurer de l'engagement et de la détermination du Gouvernement du Niger pour soutenir la mise en œuvre des stratégies et actions qui seront issues de la réunion.
Quant au représentant du directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), M. Zouama Salifou, après avoir fait une brève présentation de l’institution a indiqué que, l'OOAS est une institution spécialisée de la CEDEAO en charge de la Santé et est partie prenante de la mise en œuvre de ce projet qui cadre parfaitement avec son Plan Stratégique 2016-2020. Conformément à son mandat, elle mettra en œuvre des activités régionales et prendra toutes les dispositions nécessaires à l'atteinte des objectifs de ce projet à travers une coordination régionale efficace des interventions.
La lutte contre le paludisme dans l’espace rencontre des diverses préoccupations, c'est pour répondre à ces types de défis que la Banque mondiale, en collaboration avec l'OOAS, a initié dans le cadre de la composante renforcement de la collaboration transfrontalière du projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel, l'organisation d'une rencontre annuelle de planification conjointe. « Son aboutissement permettra la mise en œuvre d'interventions harmonisées et coordonnées pour de meilleurs résultats dans tous les pays » a conclu M. Zouama Salifou.
lisinopril and excedrin migraine lisinopril and excedrin migraine lisinopril and excedrin migraine

lisinopril and excedrin migraine lisinopril and excedrin migraine lisinopril and excedrin migraine




Article publié le mercredi 15 juin 2016
1077 lectures
56ème anniversaire de la Proclamation de la République du Niger
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires