EXPLOITATION DE L’URANIUM: Le droit de savoir des populations locales
Dernières publications dans cette catégorie
 .  Cure salée : Le système des éleveurs du Sahel - lundi 24 janvier 2005
 .  Le PIC a fait sa toilette ! - jeudi 10 août 2006
 .  Foire régionale de Développement. Les prépraratifs vont bon train - jeudi 10 août 2006
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 15379

Dimanche, 26 Juillet 2009 19:14 Depuis son lancement à Johannesburg en Afrique du Sud en 2002, L’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) oeuvre au renforcement de la bonne gouvernance en défendant le principe de rendre compte des conditions d’exploitation des ressources naturelles et la gestion des recettes qu’elles génèrent. Si l’ITIE a connu une certaine avancée dans sa mise en oeuvre, c’est parce que de plus en plus les citoyens des différents pays ne tolèrent pas l’opacité qui entoure la mise en valeur des ressources naturelles et posent l’exigence de savoir les termes des contrats qui lient les gouvernants et les entreprises. Car après tout, ils sont les premiers concernés par les conséquences qui découleront inévitablement de l’exploitation des ressources. Au Niger, en dépit de l’adhésion des autorités à l’ITIE, de l’engagement de la société civile et de certaines entreprises, la transparence reste au stade de balbutiements. Cependant, la volonté de l’Etat et des entreprises d’aller vers le respect des engagements contenus dans l’Initiative fait son chemin grâce notamment aux interpellations des organisations de la société civile oeuvrant pour la transparence. C’est dans ce cadre qu’Areva-Niger a organisé du 1er au 5 juillet derniers une visite de presse sur ses sites d’Imouraren et d’Arlit (SOMAIR et COMINAK) afin de permettre aux journalistes nationaux et étrangers et aux acteurs de la société civile de se rendre compte par le biais du contact avec le terrain des conditions d’exploitation.  Cette mission a permis aux participants de se rendre compte des conditions de travail, des actions sociétales mais aussi et surtout d’échanger avec les populations vivant à proximité des usines et du nouveau site d’Imouraren. Sur EXPLOITATION DE L’URANIUM Le droit de savoir des populations locales ce site (Imouraren), nous avons été particulièrement frappés par un contraste. Alors que la délégation a été édifiée en long et en large sur le gisement, les conditions d’exploitation, les techniques qui seront utilisées, les autochtones que nous avons rencontrés ignorent tout ou presque tout du projet. Venant de Niamey située à plus d’un millier de kilomètres de la zone, nous avions eu droit aux explications sur le terrain, à des communications à n’en point finir mais intéressantes sur la prise en compte de l’environnement, le cadre de vie la société, les méthodes d’exploitation, etc.  Mais curieusement, les riverains du site ne savent rien ou presque rien de ce produit tant convoité dans le monde et qui va être extrait bientôt sous leurs yeux. Une question nous a rongés au cours de ce voyage : pourquoi l’habitant du village d’Annouzagaran par exemple ne sait rien par rapport au projet ? Est-ce parce qu’il ne peut pas comprendre ? Qui a décrété dans ce cas qu’il n’est pas en mesure de comprendre que la radioactivité de l’uranium est dangereuse pour la santé ? Pourquoi n’explique-t-on pas à ces populations le caractère hautement stratégique de ce minerai ? Qui leur a dit que sur leur terre sera extrait un des minerais les plus convoités au monde ? Comment se fera cette exploitation ?  Quand prendra-t-elle fin ? Bien sûr qu’il est de notre devoir de veiller à la protection de l’environnement et la santé de ces populations ; bien sûr qu’il faut exiger des sociétés qu’elles fassent du développement local et bien d’autres actions. Notre plus grand devoir est de faire en sorte que le droit de savoir de cette population soit respecté.


Marquer favoris Bookmark Email This Hits: 184



Commentaires (0)


RSS feed Comments








Ecrivez un commentaire
















Auteur




Email





Titre





Commentaire
:(', 'jc_comment'); return false;">
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur







Souscrire par email (Membres uniquement)









J'ai lu et j'accepte les règles d'utilisation.








Ajouter un commentaire




Please enable JavaScript to post a new comment









jc_loadUserInfo();  







Socioflashs Socioflashs EXPLOITATION DE L’URANIUM: Le droit de savoir des populations locales26 July 2009 19:14Depuis son lancement à Johannesburg en Afrique du Sud en 2002, L’Initiative pour la Transparence... 26 July 2009 18:44 PROMOTION DU DÉVELOPPEMENT LOCAL: La coordination de la société civile d’Arlit écrit à la présidente d’Areva 23 July 2009 18:07 Un responsable de Orange Niger arnaque des filles sur de fausses promesses 23 July 2009 12:05 la grève générale décrétée illégale 22 July 2009 18:12 Appel à une grève générale de 48h contre le référendum de M. Tandja 22 July 2009 07:51 Début ce matin, sur l’ensemble du territoire national, des examens du BEPC, session de juillet 2009: 52.931 candidats à la quête du Brevet 11 July 2009 16:22 “Le Niger est loin d'être un enfer des droits de l'Homme” 11 July 2009 13:45 Déclaration des organisations socioprofessionnelles du secteur des médias 05 July 2009 05:12 VISITE DE PRESSE À IMMOURAREN ET À ARLIT: La grande vadrouille pour minimiser l’air du temps 04 July 2009 10:51 Dounia diffuse à nouveau ! 01 July 2009 12:03 Cérémonie de remise de prix aux élèves de la 7ème promotion en fin de leur cycle, du Prytanée militaire : le sacre de l'excellence... 29 June 2009 17:13 IMPACT DE L’URANIUM: L’observatoire de santé d’Areva suscite des inquiétudes 26 June 2009 05:30 Le roi de la pop, Michael Jackson, est mort 25 June 2009 14:17 Les Touareg tentent de mater Areva 23 June 2009 14:31 Communiqué de l’Association des Anciens Athlètes du Niger (ADAAN)   Actualite Audio   Selon une information diffusée par la radio Anfani, le gouverneur de Zinder Mr. Yahaya Yandaka  aurait demande a Elhadj Aboubacar dit « Dan Dubaï » sa cote part sur les 120 Millions...

 

Le Niger est en pleine crise politique depuis que le président Tandja a annoncé sa volonté d'organiser un référendum pour changer de Constitution et briguer un nouveau mandat. La situation est telle qu'elle suscite  l'inquiétude de plusieurs chefs d'Etat, et notamment de Nicolas Sarkozy...



 

Allocution du Président de la republique SEM Mamadou TANDJA


Article publié le lundi 27 juillet 2009
15379 lectures
56ème anniversaire de la Proclamation de la République du Niger
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires