SANTÉ : Les données alarmantes sur la santé néonatale au Niger au menu de deux journées de réflexions - https://www.niameysoir.com
Dernières publications dans cette catégorie
 .  IMPRESSIONS du NIGER…(du 29/2 au 7/3/2004) - lundi 17 janvier 2005
 .  Pour conjurer la menace des années blanches, Les étudiants nigériens se connectent - vendredi 14 janvier 2005
 .  POTERIE DE BOUBON : La tradition ne paye pas - vendredi 14 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 812

 

La santé néonatale au menu de deux jours d’échanges et de réflexions entre experts et professionnels de la santé à l’hôtel Radisson Blu de Niamey. L’initiative est placée sous la Coordination du Ministère de la santé publique en collaboration avec la représentation de l’UNICEF au Niger et l’Association Nigérienne de Pédiatrie (ASNIPED). Le thème retenu pour cette rencontre est : « Mortalité néonatale au Niger : Etat des lieux et Perspectives ».

Elle est couplée à la célébration de la Journée de néonatologie au Niger célébrée au niveau mondial chaque 15 Novembre depuis 2010 et se tient alors que la mortalité néonatale dans le pays a passé de 24 pour mille en 2012 (EDSN) à 44 pour mille en 2021 (ENAFEME 2021) d’où un retour inquiétant au taux de mortalité de 1998 l’un des plus élevés au monde. En clair, les taux de mortalité néonatale, infantile et juvénile au Niger sont élevés : en 2021, on estime que pour 1,000 naissances vivantes, 44 enfants décédaient avant d’atteindre un mois, 73 avant leur premier anniversaire et 123 avant l’âge de 5 ans. 44 des décès pour 1000 naissances vivantes surviennent au cours de la période néonatale. En outre, l’insuffisance dans la qualité des soins, d’infrastructures, de fournitures adéquates pour les soins du nouveau-né, et du personnel compétent est aussi en grande partie responsable des décès de nouveau nés au Niger.

 



 

Situant l’objectif de ladite journée, le Secrétaire général du Ministère de la Santé Publique, M. Ibrahim Souley a fait savoir qu’il vise à sensibiliser le public aux défis auxquels sont confrontés les nouveau nés sain prématurés et malades, ainsi qu’aux soins spécialisés que les professionnels de la santé doivent fournir pour aider ces nouveau nés à survivre afin de contribuer à la réduction de la mortalité néo-natale au Niger. Du reste, a lissu de ces deux journées de refelxxiosn sur la des plans opérationnels et des interventions intersectorielles à haut impact en matière de santé néonatale seront définis avec des orientations pratiques en cohérence avec le Plan d’action pour chaque nouveau-né du Niger (ENAP Every Newborn Action Plan / Niger).

A cet effet, Dr Ali Soumaila Abdoul-Aziz, Président de l’Association Nigérienne de Pédiatrie (ASNIPED) a invité les participants à plus de proactivité et d’assiduité lors des réflexions qui au final devront proposer des solutions durables à la mortalité néonatale au Niger.

M. Jean Claude, Chef Santé à l’UNICEF A comprendre les explications du représentant de M. Jean Claude, Chef santé à l’UNICEF, au cours de ces journées de réflexions, les participants examineront « la situation en matière de santé néonatale à travers une série de présentations des différents secteurs sur des thématiques liées à la santé et à la mortalité néonatale, aux soins néonatals (aussi bien au niveau des centres de santé et au niveau communautaire) et aux audits des décès néonataux ». Il s’agit surtout d’engager une réflexion multisectorielle sur la mortalité néonatale pour la réduction de la mortalité néonatale. Dans le même temps, seront identifiées les insuffisances, goulots d’étranglement et obstacles pour une meilleure prise en charge des nouveau-nés. A l’évidence, l’importance du volet Nutrition sur la santé néonatale sera mise en exergue, a-t-il conclu.

Dr Ali Soumaila Abdoul-Aziz, Président de l’Association Nigérienne de Pédiatrie (ASNIPED) La cérémonie d’ouverture de cette rencontre a réenregistré la présence des Cadres de la Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant, ceux des autres Directions centrales du ministère de la Santé publique, des Représentants des Organisations nationales et internationales œuvrant dans le domaine de la santé de manière générale et de la santé néonatale en particulier, des agences du Système des Nations Unies ainsi que de cliniciens œuvrant dans la santé maternelle et néonatale, des responsables des Instituts de recherche

Ibrahima Adamou / NIAMEY SOIR


Article publié le lundi 29 mai 2023
812 lectures
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires