Pour conjurer la menace des années blanches, Les étudiants nigériens se connectent
Dernières publications dans cette catégorie
 .  IMPRESSIONS du NIGER…(du 29/2 au 7/3/2004) - lundi 17 janvier 2005
 .  Pour conjurer la menace des années blanches, Les étudiants nigériens se connectent - vendredi 14 janvier 2005
 .  POTERIE DE BOUBON : La tradition ne paye pas - vendredi 14 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 4762

" Nous voulons que cette rentrée soit une rentrée effective et que les autorités réunissent toutes les conditions pour mettre fin aux années blanches, perdues pour cause de grèves et d'affrontements entre étudiants et forces de l'ordre ", prie tout haut Mahamadou Awal, étudiant. Les étudiants de l'UAM de Niamey, notamment ceux de la faculté des lettres et des sciences humaines et ceux de la faculté de sciences, ont renoué avec le chemin de la fac. Partout, des fleurs, des arbres et des gazons bien taillés, des couloirs de passage pour protéger les plantations. Le visiteur a l'impression d'être dans un parc d'agrément, mais nous sommes à la faculté des lettres et des sciences humaines, le jour de la rentrée. Dans toutes les facultés, l'animation est au rendez-vous. "

Le doyen a tout aménagé, les salles de cours sont propres et tous les espaces libres plantés d'arbres ", raconte Diarra, étudiant en anglais. " Le conseil de l'université a bien fait de laisser chaque faculté faire sa rentrée de façon autonome. Avec cette nouvelle méthode, l'université de Niamey retrouvera sa crédibilité et en finira avec la série des années blanches ", renchérit Yacouba Abouba, étudiant en géographie. Mais la situation reste incertaine. Même si la majorité des étudiants souhaitent la reprise des cours, l'agitation persiste dans leurs rangs pour réclamer le paiement des bourses et l'amélioration des conditions de vie et de travail.

Situé dans l'enceinte de lafaculté de l'agronomie de l'université Abdou Mou-mouni, le campus numérique francophone de Niamey a ouvert ses portes le 12 décembre 2003. Les abonnés du campus numérique peuvent bénéficier de plusieurs services comme l'accès à la documentation scientifique et technique, la production et la diffusion des savoirs via Internet. Les étu-diants abonnés disposent d'un espace où ils peuvent naviguer, envoyer des courriers électroniques mais aussi de deux salles de formation pour l'initiation et le perfectionnement en techniques d'information et de communication. Le campus numérique dispose enfin d'un centre de ressources de formation à distance, de mise en ligne de contenus et de réalisation de projets. Les formations à distance concernent les étudiants du 3e cycle et ces derniers sont prioritaires pour les bourses .

" L'ouverture d'un campus numérique est une opportunité pour nous étudiants, surtout dans ce siècle où l'informatique est incontournable ", estime Chaibou, étudiant.

L'autre pôle universitaire numé-rique, l'université virtuelle africaine ( UVA) située dans l'enceinte de l'école normale supérieure de l'université de Niamey, a depuis le 12 janvier 2004 débuté son enseignement à distance. Les étudiants de la première promotion, bien que restant au Niger, suivent les cours de sciences informatiques à l'université Laval au Canada. Pour accéder à ces cours, l'étudiant doit être titulaire d'un baccalauréat scientifique et payer environ 550.000 FCFA.

" Les responsables de l'UVA doivent revoir les frais d'inscription : 900 dollars par an, ce n'est pas à la portée du Nigérien moyen ", s'emporte Ibrahim, étudiant. Outre les formations diplômantes, des modules d'initiation à l'informatique sont organisés.


Souleymane Maazou
Article publié le vendredi 14 janvier 2005
4762 lectures
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires