Pharmacies par terre : le marché des vrais-faux médicaments
Dernières publications dans cette catégorie
 .  SANTE AU NIGER : Généralités - vendredi 21 janvier 2005
 .  PEV NIGER 2003 un record jamais atteint - vendredi 21 janvier 2005
 .  Séjour à Niamey des hauts cadres de l’OMS dans le cadre de l’éradication de la poliomyélite - vendredi 21 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 4496


Les médicaments de la rue, ça tue, ne cesse-t-on de dire. Illicitement vendus, ils constituent une véritable menace pour la  santé publique. Des jeunes gens sans la moindre formation de base en matière de santé, s'érigent en docteurs pharmaciens pour servir aux personnes

malades des médicaments d'une certaine réputation du genre ''lahyia vitesse'', ''a kartché kassa'', et autres dénominations très évocatrices du danger qui guette les consommateurs de ces produits.Aujourd'hui, dans la ville de Niamey, tout comme dans le reste du pays, on   assiste au développement d'un marché florissant de produits pharmaceutiques échappant aux normes de qualité et de garantie de fabrication. Ces produits, nuisibles à la santé, sont ceux utilisés par les populations démunies pour se soigner de différents maux. Ils sont prisés pour leur accès facile et leur prix abordable. Cependant, affirme  le Pr. Ousseini Hamadou, ces produits sont mal dosés pour donner l'effet recherché et pire, ils   constituent de véritables menaces pour la santé publique. En effet a-t-il dit, les conséquences de la consommation de ces produits de la rue sont innombrables. On peut citer entre autres, la résistance aux antibiotiques, aux antipaludiques, l'intoxication, la destruction du foie et des reins. Plusieurs arguments sont souvent avancés par ces vendeurs non qualifiés et par leurs clients pour en justifier l'usage. Ainsi, il est courant de les entendre dire que ''les médicaments de la rue sont les mêmes que ceux qu'on trouve dans les pharmacies'', ''les médicaments de la rue ne sont pas périmés'', ''les médicaments de la rue sont moins chers''. Ce qu'ils oublient ou font semblant d'ignorer, c'est que ces médicaments de la rue sont exposés à la grande chaleur, à la poussière, aux manipulations diverses, l'emballage est défaillant et ils sont stockés dans de mauvaises conditions de conversation. Ce qui, à la longue, donne le contraire du résultant escompté. Selon le Pr. Ousseini, beaucoup des gens sont décédés suite à des insuffisances rénales souvent dues à la consommation de ces médicaments de la rue. ''Il y a beaucoup de patients qui viennent chez nous dans le coma total, suite à des intoxications dues à ces médicaments consommés à tort et à travers, et administrés par des analphabètes. En plus, ils peuvent empêcher de traiter efficacement un malade car, étant mal dosés, leur prise fait acquérir aux microbes une certaine résistance.  En outre, selon le Pr Ousseini, les médicaments de la rue sont en majorité des médicaments contrefaits, et par conséquent ils ne répondent pas aux normes scientifiques. L'usage de ces médicaments de la rue a des conséquences néfastes ; elle  est la cause de plusieurs décès, complications et handicaps. Aussi, pour remédier à ce grand danger pour la santé publique, le Pr Ousseini préconise une large sensibilisation afin de faire prendre conscience aux populations, les dangers qu'elles encourent et les inciter à aller vers les médicaments génériques qui sont aussi moins chers et accessibles à tous. Abdoulaye Souleymane Dagari21 juillet 2009Publié le 21 juillet 2009Source : Le Sahel Lire égallement Vente des médicaments de rue à Zinder UN VÉRITABLE DANGER PASSÉ SOUS SILENCE
Article publié le mardi 21 juillet 2009
4496 lectures
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires