Fait divers: Le « poulet » de Maradi, le Cybercafé et nous
Dernières publications dans cette catégorie
 .  Nasser Tanimoune - vendredi 21 janvier 2005
 .  Hassane Boukary - mardi 25 janvier 2005
 .  A bâtons rompus avec HAMA, Un ancien de la maison ! - vendredi 17 novembre 2006
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 5750

Mardi, 14 Juillet 2009 15:39 Le métier de policier de la circulation est très difficile, de surcroît dans une ville « gnamagnama » comme Maradi. Parce dans la capitale économique du Niger, les taxi-motos, appelés chez nous « kabou-kabous », sont tellement nombreux et irrespectueux des règles de la circulation routière au point de « mélanger » facilement l’étranger. D’où la présence permanente et indispensable d’un surveillant à chaque coin de rue. Les « poulets » de Maradi n’ont donc pas de temps pour autre chose. Et quand nous avions voulu nous renseigner auprès de l’un d’entre eux pour dénicher un cybercafé, nous en avons eu pour notre compte. Du 9 au 12 juin 2009, nous étions en atelier de formation à Maradi. Le premier jour de la formation, nous avions soif d’information, surtout avec la crise politique que nous avions laissée derrière nous à Niamey. Dans la capitale économique, la société est moins politisée comparativement à Niamey où quand le Président de la République a envie de tousser, tout le monde connaît d’avance qu’il toussera au temps T et au lieu L.  A défaut donc des journaux, des télévisions et des radios privées et des salons futés de Niamey qui vous mettent dans le secret des princes à la seconde près, à Maradi, il faut surfer pour se nourrir d’informations. C’est ce que nous voulions faire ce jour là, avec un ami de la mission. Notre réunion étant prévue pour 9 h du matin, à 7h 45, nous étions déjà sur pieds, prêts à dénicher un cybercafé pour assouvir notre soif d’informations. « Sanin hanya ya fi sabko » disent les haoussas ; autrement dit en français « mieux vaut connaître son chemin que de se réveiller tôt ».  Nous avions passé plus de temps à déambuler à la recherche de notre objectif alors qu’il se trouvait à moins de 300 mètres de notre lieu d’hébergement. Quand bien même, nous n’étions qu’à deux pas d’un cybercafé sans le savoir, notre attention fut portée sur deux policiers de la circula- tion, les personnes les mieux indiquées pour nous guider, selon nous. C’est mon compagnon, le genre dodu et trapu, à l’allure d’un lutteur et non d’un Directeur de Publication de son état qui s’adressa à l’un des « poulets » très poliment en ces termes : « Bonjour messieurs. Excusez nous du dérangement. Nous cherchons un cybercafé s’il y en a dans ce coin ».  Et son interlocuteur après quelques minutes d’hésitation de répondre : « Du café, vous pouvez en trouver sur toute la ligne » pointant de la main droite les bords de la rue sur laquelle nous étions. Puis toujours lui de poursuivre : « ou bien vous allez dans les maquis ». Surprise et étonnement de notre part. Plus de neuf (9) ans après notre entrée dans le 21ème siècle, il existe sur terre des lettrés qui ignorent l’existence de l’Internet. C’est peut-être là un jugement trop exagéré mais la réponse du « poulet » illustre bien le degré d’ignorance d’une partie de l’humanité.  Malheureusement, des « analphabètes de l’an 2000 », notre administration en compte des centaines sinon des milliers. La leçon à tirer de ce fait divers est qu’il faut moderniser notre administration ; et surtout, surtout notre Police Nationale. Messieurs de la police, vous pas fâcher, nous s’amuser !


Marquer favoris Bookmark Email This Hits: 618



Commentaires (4)


RSS feed Comments







well done
Ecrit par Moustapha Ibrahim,
juillet 14, 2009

Thanks guys for these correct answers against this ignorant journalist. I'm glad to learn that some of my "lost countrymates" still have consideration towards our countryside populations....
Abus
vote down
vote up
Votes: +0




not funny mais une triste réalité à en tenir compte
Ecrit par iyo,
juillet 14, 2009

i totally agree with babay but this may be another way by which journalist push people act and do what they would'nt have done if you just ask them to do it. Attendez voir, peut être suite à cet article au lieu de se sentir offensée, la personne en question s'interressera peut être au domaine. Sauf que comme l'a dit Baby notre journaliste a peut être rater sa mission s'il n'a pas informer son interlocuteur qu'il parle d'internet et non de café. Mais là aussi on peut le comprendre et supposer qu'il a peut être eu peut de faire savoir à son "Poulet" qu'il ne sait même pas ce qu'est internet et apprendre la saveur des "griffes"
Abus
vote down
vote up
Votes: +0




c'est un article nul
Ecrit par alistoh20,
juillet 14, 2009

Désolé mais appeler dejà un policier en service de "polet" est très choquant. moi j'habite à Paris mais je connais bien des gens qui ne savent pas ce quoi un un cybercafé. Le mot en lui seul n'est qu'un code, qu'un abut de langage et donc ignorer ça ne me choque pas. en revanche pour quelcun qui est sencé informer comme vous vous décrivez je trouve curieux votre façon de voir. Le mec à retenu café et il vous a aider autant qu'il peut et de là à le traiter d'ignorant et avec lui tout les flics de maradi je trouve ça exagéré et ignoble. L'avez vous demander s'il connaissait l'internet, l'avez vous demander où se connecter sur le net? Si des gens écrivent et publient des salades comme vous faites, on ne connaitrait pas du tout ce qu'il faut.
Abus
vote down
vote up
Votes: +2




that's not funny
Ecrit par baby,
juillet 14, 2009

it's the writter who is not civilised, its not by force if u r interested to use the internet or not. that doesnt mean that, the poor police officer is ignorant. please stop humiliating your fellow human bein. fine if u feel u are u are good enough be it. but leave this innocent police officer. there are people living here in europe, are even worst than those in Africa. IF U ASK THAT POLICE A QUESTION WHERE U CAN FINE A CYBER CAFE? AND HE GAVE U A REPLY WHICH HAS NOTHING TO DO WITH YOUR QUESTION. BY TALKING ABOUT , THEN TELL HIM NO SIR, U I MEAN INTERNET. AS SIMPLE AS THAT RATHER THAN LAUGHING AT HIM. AT LEAST HE TRY TO HELP U. AND U DIDNT SAW ANY GRATITUDE. YOUR HISTORY IS NOT FUNNY AT ALL.
Abus
vote down
vote up
Votes: +2




Ecrivez un commentaire
















Auteur




Email





Titre





Commentaire
:(', 'jc_comment'); return false;">
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur







Souscrire par email (Membres uniquement)









J'ai lu et j'accepte les règles d'utilisation.








Ajouter un commentaire




Please enable JavaScript to post a new comment









jc_loadUserInfo();  







Actualite Audio Le Niger est en pleine crise politique depuis que le président Tandja a annoncé sa volonté d'organiser un référendum pour changer de Constitution et briguer un nouveau mandat. La situation est telle qu'elle suscite  l'inquiétude de plusieurs chefs d'Etat, et notamment de Nicolas Sarkozy...



 Allocution du Président de la republique SEM Mamadou TANDJA


Article publié le mercredi 15 juillet 2009
5750 lectures
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires