Conférence africaine francophone de consensus sur les meilleures approches en soins obstétricaux et néonatals d’urgence (SONU)
Dernières publications dans cette catégorie
 .  SANTE AU NIGER : Généralités - vendredi 21 janvier 2005
 .  PEV NIGER 2003 un record jamais atteint - vendredi 21 janvier 2005
 .  Séjour à Niamey des hauts cadres de l’OMS dans le cadre de l’éradication de la poliomyélite - vendredi 21 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 3704

Introduction

L’un des objectifs du Millénaire pour le Développement est la réduction de la mortalité maternelle de 75% d’ici 2015. Afin d’être au rendez-vous, l’Afrique avec le soutien des partenaires au développement, a entrepris de nombreuses initiatives sous forme de projets ou programmes de réduc-tion de la mortalité maternelle. Une des composantes essentielles de ces différents projets et programmes est la promotion de Soins Obstétricaux et Néonatals d’Urgence (SONU) de qualité dont l’application est pour l’instant variable d’un pays à l’autre.

En vue de rationaliser l’utilisation des ressources, il parait judicieux, sur la base de l’évidence scientifique disponible aujourd’hui et des expériences en cours dans les diffé-rents pays, d’arriver à un consensus sur les meilleurs approches et outils pour un plus grand impact des « SONU » sur la mortalité et la mor-bidité maternelles et néonatales.

C’est dans cette optique que s’est tenue à Niamey, du 26 au 30 juin 2006, la Conférence internationale de consensus sur les SONU qui a re-groupé une centaine d’éminents spé-cialistes venus de douze (12) pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Centrafrique, Guinée, Guinée Bis-sau, Mali, Mauritanie, Niger, Rwanda, Sénegal, Tchad) et des partenaires régionaux et internationaux comme UNFPA, OMS, UNICEF, AMDD, URC, OOAS, AWARE -RH

Objectifs de la conférence

Les objectifs visés durant ces cinq jours de travaux intensifs sont :

Exposer les expériences africaines francophones de mise en oeuvre des SONU

Identifier les meilleures pratiques en vue de les disséminer

Obtenir un consensus sur les meilleures stratégies pour le passage à l’échelle

Etablir un mécanisme de suivi des conclusions de la Conférence.


La cérémonie d’ouverture de la conférence placée sous le Haut Patronage de la Première Dame du Niger, Hadjia Laraba Tandja s’est dé-roulée en présence du gouverneur de la communauté urbaine de Niamey, de plusieurs députés nationaux, des ambassadeurs, des ministres, d’un re-présentant de la chefferie traditionnelle, des partenaires techniques et financiers, les responsables des ONGs et associations intervenants dans le domaine de la santé et de plusieurs autres invités de marque. Plusieurs allocutions ont été entendues, au cours desquelles les intervenants ont mis l’accent sur l’ampleur du problème, les défis à relever et les engagements mondiaux en vue de la réduction de la mortalité et la mor-bidité maternelles et néonatales.

Déroulement de la conférence

Les travaux se sont déroulés en séances plénières et en mini univer-sités.

Les présentations en plénières ont porté sur les thèmes d’actualités de la lutte contre la mortalité maternelle et les expériences des pays sur la formation axée sur la compétence. Toutes les présentations ont été suivies de débats à l’issue desquels l’analyse de la situation globale des SONU a été faite.

Les mini universités se sont dérou-lés durant trois jours, au cours desquels tous les aspects des SONU, depuis l’organisation des soins jusqu’au suivi/évaluation en passant par le financement soit au total onze (11) thèmes ont été discutés de manière approfondie conformément aux termes de référence élaborés à cet effet.

Les résultats

Le dernier jour de la conférence, le vendredi 30 juin 2006, un modé-rateur de chaque Mini université a présenté les résultats de ses travaux portant sur les consensus et les recommandations retenus ainsi que sur le plan de mise en oeuvre.

Les présentations suivies de débats ont permis de retenir un consensus général sur les thèmes suivants : la formation en SONU, les infrastructures, équipements et consommables pour, le système de référence et contre-référence, le système d’information sanitaire, les audits des décès maternels et périnatals, la mobilisation communautaire, le financement des SONU, la collaboration entre partenaires pour la mise en oeuvre des SONU, la délégation des tâches et SONU, la
Article publié le vendredi 21 juillet 2006
3704 lectures
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires