Impact de la lutte contre le trachome au Niger
Dernières publications dans cette catégorie
 .  SANTE AU NIGER : Généralités - vendredi 21 janvier 2005
 .  PEV NIGER 2003 un record jamais atteint - vendredi 21 janvier 2005
 .  Séjour à Niamey des hauts cadres de l’OMS dans le cadre de l’éradication de la poliomyélite - vendredi 21 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 4608

Situation dans le monde
Le trachome est une kérato-conjonctivite transmissible due au Chlamydia trachomatis dont l'évolution est habituellement chronique. L'infection est transmise par contact direct (mains, mouches et linges souillés). Le trachome est une infection liée à l’hygiène des mains et du visage, à l'eau et l'assainissement. Il constitue au niveau mondial la principale cause de cécité évitable. Selon l'OMS 150 millions de personnes sont à risque de l'infection, 84 millions de cas de maladie sont recensés par le monde dont 7,6 millions présentent le trichiasis trachomateux (TT, ou trachome aux stades de complications pouvant rendre aveugle) et 6 millions de cécités lui sont attribuables, soit 15% de la cécité dans 55 pays endémiques.
Situation nationale
Le trachome, deuxième cause de cécité au Niger , un aveugle sur quatre le sont à cause de cette maladie, constitue un véritable problème de santé publique au Niger au regard des données épidémiologiques sur l'endémie. En effet, le pays connaît une prévalence moyenne de 36,4% du trachome actif (trachome inflammatoire folliculaire/ tra-chome inflammatoire intense - TF/TI)

chez les enfants de 0 à 10 ans, et 1,7% de TT chez les femmes de plus de 15 ans. L'endémie trachomateuse concerne six des huit (8) régions sanitaires que compte le pays (voir carte).

Le programme national de lutte contre la cécité (PNLCC) est responsable de la lutte contre le trachome au Niger. Pour ce faire, le PNLCC a mis en place en 2002, dans deux districts de la région de Zinder avec l'appui de l'ONG International Trachoma Initiative (ITI) et des partenaires, la stratégie CHANCE préconi-sée par l'OMS. Elle regroupe quatre composantes : CH pour la chirurgie du trichiasis, A pour antibiothérapie pour le traitement de masse par l'azithromycine (Zithromax®) ou la pommade tétracy-cline à 1%, N pour le nettoyage du visage des enfants, et enfin CE pour le Changement de l'Environnement par la mise en place d'ouvrages hydrauliques (forages) et d'assainissement (construction et utilisation de latrines).

Enquête d'impact
Avec l'appui de ITI et des partenaires publiques et privés, le PNLCC a pu étendre les activités de lutte contre cette en-démie dans 13 districts des régions de Zinder, Maradi et Diffa entre 2002 et 2005.

Conformément aux recommandations de l'OMS (2003), le PNLCC a mené une enquête transversale par sondage de grappes à deux niveaux afin d'évaluer l'impact de traitement de masse par le Zithromax®, des activités d 'éducation sanitaire sur le trachome et d'opération de trichiasis dans les districts de Magaria et Matamèye.

Résultats

Les figures 1 et 2 dévoilent les résultats de la présente enquête d'impact en comparaison de l'étude de base de 1998 -1999. Ainsi, il s'avère qu'à Magaria, la prévalence du TF est passée de 62.3% en 1999 à 7,6% en 2005 soit une chute significative de 54.7%. Par contre la prévalence du TI augmente de 0.5% à 2%. La prévalence du TT révèle égale-ment une baisse très significative passant de 7.7% en 1999 à 0,04% en 2005. En ce qui concerne le district de Matamèye des résultats similaires sont enregistrés pour le TF de 49.6 à 6,7% tandis que celle du TI augmente de 1,3% à 13%. En effet, la prévalence du TT connaît une chute significative passant de 4.2% à 0,08%.

Ces résultats montrent de manière élo-quente que l'appui aux interventions du PNLCC en matière de lutte contre le tra-chome par l'ONG ITI et ses partenaires, en l'occurrence les distributions de masse gratuites du Zithromax® sont bénéfiques pour la population et au delà pour le pays tout entier dans sa lutte générale contre la pauvreté. Aussi, faut-il souligner que l'engagement de tous les partenaires techniques et financiers est nécessaire si l'on veut atteindre les objectifs poursuivis.

A cet égard, ITI réaffirme son engagement à poursuivre la mise à disposition du Niger d'importantes quantités de Zithromax® pour les distributions annuelles et ce jusqu'à l'élimination de cette maladie
Article publié le vendredi 21 juillet 2006
4608 lectures
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires