rdc

Accueil
rdc

Kinshasa et Brazzaville menacées par une pollution aux substances toxiques – Jeune Afrique

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 216

 : Ève Bazaïba, vice-Premier ministre et ministre de l’Environnement, ne craint pas d’être alarmiste. Évoquant « une situation écologique catastrophique », elle affirme que la pollution de plusieurs rivières des provinces du Kasaï et du Kwilu « constitue un danger pour les écosystèmes » de la RDC.

L’alerte a été donnée au début du mois d’août après un changement de couleur des eaux de plusieurs cours d’eau, dont le Tshikapa, le Kwilu et le Kasaï – les deux premiers étant des affluents du troisième, qui lui-même se déverse dans le fleuve Congo. Résultat : la pollution est à ce jour aux portes de la ville de Kinshasa et, par la force des choses, de Brazzaville.

à lire RDC – Nouveau gouvernement : Félix Tshisekedi nomme des femmes à des postes stratégiques Selon les autorités congolaises, il ne fait aucun doute que cette pollution est liée à l’activité minière pratiquée de l’autre côté de la frontière, en Angola. « Cette décoloration serait causée par un déversement de substances toxiques [par] une usine de droit angolais spécialisée dans l’exploitation industrielle du diamant dans la province de Lunda Norte en Angola », explique Ève Bazaïba à Jeune Afrique.

Menace de crise alimentaire
Article publié le vendredi 27 août 2021
216 lectures

Infos par pays