cameroun

Accueil
cameroun

Produits impropres à la consommation : La lutte va s’intensifier - Site Web Officiel du Journal L'Action

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 442

 :
Les auteurs du mûrissement artificiel des aliments seront désormais sanctionnés avec la dernière énergie. C’est la principale résolution des travaux de la plateforme de contrôle de sécurité sanitaire des éléments, tenus le 23 août 2023 à Yaoundé.

Rien ne sera plus comme avant dans nos marchés et autres points de vente de produits alimentaires sur toute l’étendue du Cameroun. Sur instructions du Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute en effet, le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, a présidé les premiers travaux de cette plateforme dont il assure la présidence le 23 août 2023. Ceci en présence des toutes les administrations sectorielles : les ministères de la Santé, de l’Administration territoriale, de l’Elevage, de l’Agriculture, Le Conseil national de la Communication, l’Agence des normes et de la qualité (Anor) et les associations de défense des droits des consommateurs.

Au menu de cette première session, la pratique du murissage des aliments, les raisons de cette activité illicite et dangereuse, la réglementation sur la sécurité sanitaire des aliments et les différentes sanctions règlementaires. Au vu des interventions de Nouga Mahop, le directeur des Affaires juridiques, du sous-directeur des Echanges commerciaux du Mincommerce, Dr Narcisse Olinga et du représentant du Minader, l’on constate qu’il n’y a pas du tout un vide juridique. Au Contraire, le législateur a bien prévu des sanctions administratives (amendes) et pénales (prison), contre tous ceux qui manipulent dangereusement les produits alimentaires. La loi de 2018 sur la sécurité alimentaire, en l’occurrence.

Après avoir fait le tour de la question avec tous les participants, le ministre Mbarga Atangana leur a demandé de prendre désormais leurs responsabilités pour éviter que le Cameroun ne devienne ce no man’s land où les commerçants utilisent les produits phytosanitaires n’importe comment ; mettant au passage en péril la santé des consommateurs. « Si les produits sanitaires ne sont pas interdits, ils doivent être utilisés à bonnes doses et au moment et à l’endroit indiqués. Ils doivent également être cantonnés et ne sortir que pour les plantations et autres exploitations agricoles, pas pour les marchés », a-t-il insisté. Avant d’instruire un contrôle rigoureux et permanent du marché par ses services compétents et toutes les administrations membres de la plateforme, le cantonnement des produits (formol et l’éthéphon), et l’application stricte de la loi contre les contrevenants. A savoir : des amendes allant de 30 000 F à 3 000 000 F et l’emprisonnement, de 3 mois à 5 ans.

Il faut dire que ces derniers temps, l’opinion a été choquée à la vue des vidéos où des commerçants véreux ont de plus en plus recours à ces produits chimiques soit pour rapidement faire mûrir leurs marchandises, soit pour donner l’impression aux clients qu’ils demeurent frais. Et rien n’échappe à leur soif de se remplir les poches : légumes, fruits, banane plantain, viande de porc et de bœuf, poisson frais et congelés…une activité très dangereuse pour la santé des consommateurs.  Le gouvernement vient d’en siffler la fin.   

Claude Mpogué


Article publié le mardi 29 août 2023
442 lectures

Infos par pays