burkina

Accueil
burkina

MANIFS DEVANT LES BASES FRANÇAISES AU NIGER  : Plus tôt la France partira, mieux cela vaudra - Editions Le Pays

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 387

 :La situation est, pour le moins que l’on puisse dire, tendue devant les bases militaires françaises au Niger, et ce depuis 3 jours. En effet, répondant à l’appel d’Organisations de la société civile (OSC), des milliers de manifestants se sont massés devant les bases françaises pour exiger le départ de l’armée française. L’on peut aisément faire la liaison entre cette mobilisation des Nigériens et les tensions diplomatiques entre Niamey et Paris, alimentées par les discours du président français. Pour l’instant, face à la déferlante, la France fait la sourde oreille, contrairement au discours jusque-là tenu par l’Elysée, tendant à faire croire que la présence militaire française en Afrique émane de la volonté des Africains eux-mêmes. Pourquoi donc la France refuse-t-elle de quitter le Niger malgré la forte montée du sentiment anti-français ? La réponse est connue : la France a de gros intérêts au Niger.  Mais au -delà de la question de l’uranium que tout le monde se plait à ressasser et de la forte concurrence des Russes, Chinois et autres nouveaux partenaires sur fond d’intérêts géostratégiques et économiques, l’on peut finalement se demander s’il n’y a pas des raisons plus ou moins secrètes que l’Hexagone ne veut pas voir étaler sur la place publique. En effet, certains milieux bien introduits affirment que le président Mohamed Bazoum détient d’importants secrets liés à la complicité supposée ou avérée de la France avec les groupes armés terroristes qui déstabilisent les pays voisins du Niger, en l’occurrence le Mali et le Burkina Faso.

 


Article publié le mardi 5 septembre 2023
387 lectures

Infos par pays