burkina

Accueil
burkina

AN II DU CNRD SUR FOND DE TENSIONS : Les Guinéens doivent se parler sincèrement - Editions Le Pays

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 374

 :Le 5 septembre 2021, alors qu’il venait de rempiler pour un troisième mandat à la tête de la Guinée, Alpha Condé fut renversé par un groupe de militaires mené par le colonel Mamady Doumbouya. Deux ans après son éviction du pouvoir, dans quel état d’esprit se trouve l’ex-président ? S’est-il, après une profonde introspection, remis de la douleur liée à la perte du pouvoir ? A-t-il finalement compris que les mêmes causes, en Guinée comme partout ailleurs dans le monde, produisent les mêmes effets ? Autant de questions que l’on peut se poser surtout quand on sait qu’Alpha Condé, à l’issue de ses deux mandats constitutionnels, avait la possibilité d’entrer dans l’histoire de son pays par la grande porte. Mais la boulimie du pouvoir aidant, il en est sorti à reculons pour ne pas dire par la fenêtre. Cela dit, deux ans après l’avènement du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) au pouvoir sous la houlette de Mamady Doumbouya, la Guinée s’en porte-t-elle mieux ? Difficile de répondre à cette question par l’affirmative. Car, s’il est vrai que les lignes ont commencé à bouger sur le plan de la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics avec l’arrestation d’ex-dignitaires, force est de reconnaître que les Guinéens sont toujours dans l’attente et dans leurs contradictions. Et comme pour ne rien arranger, les bidasses au pouvoir, avec leurs méthodes spartiates, ont travaillé à remettre en cause de nombreux acquis arrachés de haute lutte.

 


Article publié le mardi 5 septembre 2023
374 lectures

Infos par pays