algerie

Accueil
algerie

Les chefs d'Etat de l'Algerie indépendante

Dernières publications dans cette catégorie
 .  20 Août 1955/20 Août 1956 : Deux dates, un tournant dans l’histoire - jeudi 20 août 2009
 .  Paroles de pieds-noirs - dimanche 2 août 2009
 .  « L’émancipation dans l’histoire » : compléments documentaires - dimanche 2 août 2009
 .  Frantz Fanon, la négritude et l’émancipation - lundi 27 juillet 2009
 .  Histoire des Marocains d'Algerie - mardi 18 mars 2008
Plus...
Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1284

 :AHMED BEN BELLA

Ahmed Ben Bella Mandat
15 septembre 1963 – 19 juin 1965
Précédé par Ferhat Abbas
Suivi par Houari Boumediène
Naissance 25 décembre 1916
Maghnia (Algérie)
69267dcfb313bb1921899c87ae803dcd.jpg

Ahmed Ben Bella est un homme politique algérien né le 25 décembre 1916, à Maghnia dans le département (wilaya) de Tlemcen en Algérie. Il fit ses études secondaires à Tlemcen.

En 1937, il effectue son service militaire puis lors du conflit mondial, sous-officier, participe aux combats en montrant sa bravoure, notamment lors de la campagne d'Italie. Il reçoit pour ses actions plusieurs décorations.

Marqué par les massacres du 8 mai 1945, il adhère au PPA–MTLD, de Messali Hadj. Il est ensuite élu conseiller municipal de sa ville en 1947.

Responsable de l’Organisation Spéciale (O.S.) en compagnie de Hocine Aït Ahmed et de Rabah Bitat, il participe au casse de la poste d’Oran de 1949.

En mai 1950, il est arrêté à Alger, jugé coupable et condamné, deux ans plus tard, à sept ans de prison. Il s’évade en 1952 et se réfugie au Caire auprès d'Hocine Aït Ahmed et de Mohamed Khider avec qui il formera plus tard la délégation extérieure du Front de Libération Nationale (FLN).

Un des 9 chefs historiques du Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA), il est arrêté une deuxième fois lorsqu'est détourné l’avion qui le conduisait du Maroc à Tunis en compagnie de Mohammed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Khider et Lacheraf.

Libéré en 1962 après son emprisonnement au Fort Liédot sur l'île d'Aix (France, département de la Charente-Maritime, tout proche du Fort Boyard), il participe au congrès de Tripoli où un différend l’oppose au GPRA. Après les négociations d'Evian, il critique en effet la légitimité du gouvernement provisoire et s'affronte à Boudiaf et Belkacem qu'il élimine rapidement. Il rentre à Alger et le 15 septembre 1962, est désigné président de la République. Il installe alors un pouvoir sans partage.

Ben Bella a pour objectif de construire un socialisme typiquement algérien (liens avec Cuba et la France à la fois) tout en épurant le parti, l'armée et l'administration lorsqu'il devient secrétaire général du bureau politique du FLN en avril 1963. Son dauphin désigné est alors le colonel Boumédiène. Elu en septembre 1963 président d'une République très présidentielle et autoritaire, il réussit, dans la violence, à réduire les insurrections kabyles et les diverses oppositions politiques.

Il est renversé par le coup d'État de Boumédiène le 19 juin 1965, emprisonné jusqu'en juillet 1979, puis assigné à résidence jusqu'à sa libération en octobre 1980. Exilé en Europe, il revient en Algérie en 1990.

Ahmed Ben Bella a reçu le prix Kadhafi des droits de l'Homme et préside aujourd'hui le “comité international” de ce prix libyen.


Article publié le mardi 12 février 2008
1284 lectures

Infos par pays