gabon

Accueil
gabon

Des journalistes ivoiriens instruits sur les fondements de l'agence de presse et du journal en ligne - Journal du Gabon

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 92

 : Plusieurs journalistes ivoiriens ont été instruits dimanche sur les similitudes et les différences entre l’agence de presse et le journal en ligne via le Forum What’App du Réseau des professionnels la presse en ligne en Côte d’Ivoire (Repprelci).La présentation de ces deux types de médias numériques a été faite le dimanche 13 septembre dernier par Dr David Youant, journaliste ivoirien, enseignant-chercheur et fondateur de l’agence de presse Alerte Info, à l’occasion de la deuxième session de la « Quinzaine du numérique », une tribune d’échanges du Repprelci.

Au travers du thème « Agence de presse et journal en ligne : différences et similitudes » soumis à sa sagacité, Dr David Youant a fait la typologie des médias numériques en Côte d’Ivoire, où aujourd’hui la presse numérique est sous le contrôle de l’Autorité nationale de la presse (ANP).

Dans un exposé, cet ancien journaliste de l’Agence France Presse (AFP), a rappelé qu’en 2012, à la faveur des états généraux de la presse en Côte d’Ivoire, le Repprelci a proposé une classification des médias numériques en 5 catégories, en tenant compte de leurs spécificités.

Il s’agit, dira-t-il, des agrégateurs de contenus ou portails web, des journaux en ligne, des agences de presse, des web radios et des web TV.

« Dans la catégorie des agrégateurs ou portails web, on retrouve les médias qui ne fournissent pas que l’actualité et dont une partie du contenu provient d’autres sources d’information », a-t-il relevé, expliquant que l’agrégateur, par définition, agrège du contenu, rassemble, regroupe, aspire tout ce qui pourrait intéresser sa cible en terme d’information, qu’elle soit liée ou non à l’actualité.

Ce contenu, ajoutera-t-il, est accessible gratuitement sur un site internet ou une application mobile pour smartphone. Toutefois, le modèle économique des agrégateurs de contenus reste dominée par la publicité (annonces, contenus sponsorisés).

Concernant les journaux en ligne, qu’ils émanent d’une rédaction papier (comme fratmat.info) ou qu’ils soient des pure players (lebanco.net), produisent du contenu d’actualité (générale ou thématique), en différents genres journalistiques (édito, billet, reportage, compte rendu, enquête, dessin de presse, commentaire…), et sont accessibles gratuitement ou par abonnement.

Les agences de presse, elles, mentionnera  l’invité-expert, sont caractérisées par deux aspects principalement : le contenu d’information et le modèle économique. Le premier est qu’une agence de presse n’a pas de ligne éditoriale idéologique et le second, est que selon les normes, notamment françaises, au moins 50% de ses revenus doivent provenir des abonnements à son service d’actualité.

Sur les similitudes entre l’agence de presse et le journal en ligne, il a souligné qu’ils ont en commun le fait d’être des médias, portés par une entreprise de presse, différente d’une agence de communication, d’une régie publicitaire ou d’une société spécialisée dans les relations presse.

Leur premier point commun est la base juridique, à savoir que les conditions de création d’une agence de presse sont les mêmes que celles d’un journal en ligne. La deuxième similitude entre ces deux médias, selon M. Youant, est leur modèle économique.

L’agence de presse fournit du contenu à des personnes morales ou individuelles moyennant une contrepartie financière, de même certains journaux en ligne, notamment les pure players, fonctionnent aussi par abonnement.   

Le troisième point de similitude est qu’ils peuvent avoir en commun la composition de leurs rédactions : l’une, comme l’autre, est animée par des journalistes, issus d’écoles de journalisme, ou ayant suivi des formations qualifiantes pour exercer ce métier.

Toutefois, le journaliste qui exerce dans une agence de presse est appelé agencier, généralement inconnu du grand public, contrairement à son confrère de la presse imprimée ou en ligne, dont la signature peut être retenue par des fidèles lecteurs.

Au niveau des différences, il a fait remarquer qu’une agence de presse est un grossiste de l’information, une usine de production de nouvelles. Et, dans la chaîne de fabrication de l’information, ce média atypique se trouve tout au-dessus de la pyramide, car c’est elle qui fournit, en continu et sous divers formats (texte, audio, vidéo, infographie), la quasi-totalité des informations aux autres médias.

« Contrairement au journal en ligne, l’agence de presse n’a pas en son sein un directeur de la publication. Il y a, généralement, un directeur général, un rédacteur en chef central, des chefs de desks… », a-t-il nuancé.

L’agence de presse, elle, assure-t-il, n’a pas de ligne éditoriale idéologique à l’instar du journal en ligne. Une agence ne signe pas d’éditorial ou de billets par exemple, ses productions étant destinées à la vente, elle se focalise plus sur les genres journalistiques les plus usités.

Intervenant,  M. Samba Koné, président de l’Autorité Nationale de Presse (ANP), organe de régulation de la presse écrite et numérique en Côte d’Ivoire, a salué la communauté de cet univers numérique composée de journalistes ivoiriens.

M. Samba Koné a noté que l’univers de l’agence de presse a bien changé grâce aux TIC, et tout en permettant la diversification de la clientèle des agences de presse, les TIC ont ôté à celles-ci la spécificité d’être le journal des journaux comme on le disait à une époque. 

Une agence de presse peut dans son portefeuille produits, développer le segment « Features », voire en faire une particularité ou une spécialité, à l’instar d’une agence de presse photographique, a-t-il conseillé. 

« Je pense par ailleurs que l’idée d’agences de presse spécialisées dans des thématiques autres que l’actualité peut être approfondie. Autant pour la presse imprimée, il faut aborder le virage numérique avec de la valeur ajoutée (…) qui donne de la profondeur aux factuels », a -t -il poursuivi.

Le président du REPPRELCI, Sermé Lassina, a exprimé toute sa satisfaction au regard des questions suscitées par ce thème, ce qui dénote de l’intérêt que les uns et les autres accordent à cette tribune de la Quinzaine du Numérique.

Il a annoncé le prochain rendez-vous pour le 27 septembre 2020. Cette troisième session se tiendra autour du thème de partage d’expériences : « Web entrepreneuriat : les 5 signes d’un projet viable » avec pour intervenant Barthélemy Kouamé, directeur général de Reel com, entreprise éditrice de Acturoutes.

La première session de  La Quinzaine du Numérique  a été animée par Dr Karim Wally, journaliste et enseignant-chercheur à l’UFR de Communication de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, le dimanche 30 août 2020 sous le thème « Journalistes télé, radio et presse imprimée : comment adapter son profil à l’ère du numérique ».

Tags : APA | COMMUNICATION | COTE D'IVOIRE | OUEST

Partager &url=https://www.journaldugabon.com/des-journalistes-ivoiriens-instruits-sur-les-fondements-de-lagence-de-presse-et-du-journal-en-ligne/&via=journaldugabon">
Article publié le lundi 21 septembre 2020
92 lectures

Accès rapide

Infos par pays