coteivoire

Accueil
coteivoire

Perturbation des émissions de vacances Sidiki Bakaba répond à Issa Sangaré : « Le palais de la culture n’est pas un studio de la RTI... »

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1388

 :
?Issa Sangaré Yérésso : « Bakaba se prend pour un électron libre... »
mardi 18 août 2009
par Thibault R. GBEI

 







du même auteur


Sidiki Bakaba répond à Issa Sangaré : « Le palais de la culture n’est pas un studio de la RTI... »

Christ de Bagnon l’artiste se meurt...

Dispositif sécuritaire impeccable

« Avec ?’Africa Star’’, nous voulons donner la chance aux Africains... »

Gohou Michel braqué hier







Depuis quelques jours une polémique est née entre les responsables du palais de la culture et ceux de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI). En effet, le samedi 16 août dernier, l’émission de vacances de la RTI, dénommée ?’Podium’’, n’a pu se tenir au palais de la culture. Rentré dans une colère noire, M. Issa Sangaré Yérésso, responsable des émissions de vacances à la RTI n’a pas apprécié cet état de fait. Lors du journal télévisé de 13 h du dimanche 16 août 2009, il avait accusé M. Sidiki Bakaba, responsable du palais de la culture de vouloir boycotter les émissions de vacances de la télévision. Face à ce qu’ils ont qualifié de mensonger, M. Bakaba et son épouse, par ailleurs administratrice du palais de la culture, ont tenu à réagir lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au sein de l’institution qu’ils dirigent. « Nous avons organisé cette conférence pour dire notre part de vérité. Il est ici bon de noter que notre structure est un Etablissement à caractère Public Industriel et Commercial (EPIC). Donc nous devons générer des fonds, faire des bénéfices, entretenir les bâtiments, faire de la création, et au-delà un lieu jouant le rôle d’arbre à palabre... », a d’abord souligné le patron du palais de la culture, avant de poursuivre. « Quand le président Gbagbo a organisé en 2001 le fameux arbre à palabre qu’était le forum de la réconciliation, cela a coûté la somme de 140 millions de francs cfa à l’Etat de Côte d’Ivoire. Après moult discussions, il a payé 70 millions de francs cfa. A travers cet exemple, je veux dire qu’il n’y a pas d’exception. Le palais de la culture fonctionne ainsi... », a-t-il précisé. « S’agissant des attaques de la RTI par la voix de M. Issa Sangaré Yéresso, j’aimerais dire qu’il n’y a aucune gratuité pour quelqu’un, dans la gestion de la structure dont nous avons la charge ; Nous avons vu sous nos yeux, la compagnie ?’Air Afrique’’, partir en lambeau à cause de la gratuité. Nous ne voulons pas de cela au palais de la culture... », indique-t-il. « Je souhaiterais dire à M. Yérésso que depuis neuf (9) ans que nous sommes là, tout marche à merveille. En sus, le palais de la culture n’est pas un studio de la RTI. Peut-être que ça été une erreur de notre part de vouloir céder le palais aux émissions de la télévision. Aussi a-t-on entendu parler de certaines sommes faramineuses. Pour nos techniciens et la sécurité, on n’a réclamé que 150 000f cfa. Rien que ça. Je ne comprends pas qu’ils n’aient les moyens, pourtant ils ont des sponsors, les entrées sont payantes... », ajoute-t-il tout étonné. Il a noté d’autre part, « Bien que nous n’ayons rien reçu d’eux, nous avons laissé débuter les émissions de vacances de la télévision au palais de la culture. Or, ils n’ont jamais voulu de ce genre d’accord avec nous. Ils n’ont jamais fait fonctionner cette réciprocité... », révèle-t-il. Plus remontée, Mme Ayala Bakaba a dénoncé la non réciprocité dans la démarche. « Ils nous font payer nos créations Prêts à Diffuser (PAD). C’est de l’exploitation des artistes. Pourtant, nous avions parlé d’échanges marchandises dans nos différents contrats. Yéresso nous traite d’égocentrique, nous ne le sommes pas. Le public ivoirien n’étant pas du bétail, nous souhaitons seulement qu’il soit traité décemment ». ...Issa Sangaré Yérésso : « Bakaba se prend pour un électron libre... » Tout de suite après la conférence de presse, nous avons joint au téléphone M. Issa Sangaré Yérésso. Homme au parler direct, il a également dit sa part de vérité. « La RTI n’a jamais dit qu’elle ne paierait pas sa facture. Seulement, nous avons refusé de payer la facture de 2 millions de francs cfa que nous a présentées Mme Bakaba. Depuis toujours, nous payons 800 000f cfa pour la location du palais de la culture. Subitement, Mme Ayala Bakaba vient nous présenter un tel montant. C’est ce que nous refusons de payer. Il fait croire que c’est la somme de 150 000f cfa. Soyons sérieux. Si c’était pour une telle somme, la RTI l’aurait payée... », martèle M. Yérésso. Et de nous faire une confidence. « Bakaba m’a dit au téléphone qu’il a pris la décision de boycotter nos émissions parce que dit-il, nous ne l’aurions pas soutenu lors de son conflit avec son ministre tutelle. Nous n’avons pas voulu rentrer dans ce schéma. Nous ne comprenons pas qu’en tant que directeur général d’une institution, il puisse être en grève avec son personnel. Bakaba se prend pour un électron libre... », souligne-t-il plus loin. S’agissant des ?uvres du palais de la culture qui ne passeraient pas sur les antennes de la télévision ivoirienne, il s’en est expliqué. « Bakaba et son épouse ne font pas la promotion des ?uvres du palais de la culture, mais plutôt de leurs personnes », a-t-il insisté, avant de dire que l’affaire était entre les mains des ministres de la Culture et celui de la Communication. Affaire à suivre...
Article publié le mardi 18 août 2009
1388 lectures

Infos par pays