congo

Accueil
congo

Forum de Brazzaville : du plomb dans l’aile ?

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 9977

 :
Sassou n’a pas de chance : alors que les centrafricains s’étaient déplacés de bonne grâce à Libreville, Ndjaména et à Malabo pour régler les problèmes de leur pays, voilà que le forum de Brazzaville prévu le 21 juillet prochain est menacé de boycott.


« Les leaders politiques et religieux trouvent inopportun le déplacement de Brazzaville pour résoudre le problème centrafricain.


Ils prient, Son Excellence Dénis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo,  Médiateur dans la crise centrafricaine d’organiser une concertation inclusive sur le sol centrafricain, entre Centrafricains à la base, pour une résolution durable de cette crise ».


Voilà ce qu’écrivent, dans une déclaration commune les représentants d'une cinquantaine de partis politiques et des trois principaux groupes religieux de Centrafrique qui menacent de boycotter les négociations de paix en Centrafrique.


Ces négociations doivent débuter le 21 juillet à Brazzaville, sous l'égide du médiateur Denis Sassou-Nguesso.


Une façon pour les frondeurs d’indiquer que l'avenir de leur pays doit être discuté à domicile, en non au Congo.


Pour l’heure, les partisans du boycott ont rencontré ce weekend, les acteurs de la transition puis se sont réunis en interne. On attend une décision ces prochains jours même si, mauvaise nouvelle pour Brazzaville, l'ex-rébellion centrafricaine vient de porter à sa tête l'ex-président en exil Michel Djotodia et Noureddine Adam comme numéro 2...


Nul doute que pour éviter le camouflet certains au Congo penseront qu’il suffirait d’arroser les leaders politiques et religieux centrafricains de billets de banque, lesquels coulent aujourd’hui en torrents entiers dans le pays. Dommage que la corruption ne soit pas dans les mœurs de M. Sassou et compagnie…


xxxxxxxxxx


Brèves


Les écoles nationales au Congo : des fabriques de chômeurs ?


 Sassou avait placé son septennat sous l'égide de l’industrialisation du pays en 2016. Vague promesse à laquelle nul n’avait cru, même pas lui-même. Une promesse qu’il n’avait pas faite, mais qui se réalise à cause de la mégestion et de la chienlit qui constituent la caractéristique de son régime, c’est celle de transformer les écoles publiques de formation professionnelle du pays, en une très prospère fabrique de chômeurs. Un fait unique dans les annales du Congo.


En effet, à ce jour, selon la Coordination nationale des écoles de formation professionnelle publiques (CNEFP) et le Socle de diplômés des écoles professionnelles (SDEP), environ 13.164 diplômés sans emploi formés à l’Institut supérieur d’éducation physique et sportive, à l’École paramédicale et médico-sociale (EPMMS), à l’École nationale des instituteurs (ENI), à l’Ecole nationale moyenne d’administration, à l’Ecole nationale des beaux-arts, à l’Ecole normale supérieure… attendent depuis des années d’être recrutés dans la Fonction publique.               


 Notre commentaire


Ces pauvres jeunes manquent d'imagination : ils devraient songer à postuler dans les nombreuses sociétés oeuvrant dans le pétrole, l'hôtellerie de luxe, les services, la santé, le bois, la banque, l'aéronautique etc.; propriété des Nguesso, une famille qui a réalisé le plein emploi au Congo.


xxxxxxxxx


 La Dynamique de Hellot Matson Mampouya, « succursale du PCT dans le Pool »


Dans un portait de Guy Parfait Kolelas que réalise « La Lettre du Continent » (9/7) du fils de Bernard Kolelas, notre confrère écrit ce qui suit :


« le MCDDI estime aujourd’hui qu’il ne dispose plus de suffisamment de postes à responsabilité au sein de l’exécutif congolais. Il accuse également le régime de Sassou Nguesso d’avoir suscité des divisions dans son instance. L’an dernier, l’actuel ministre de l’enseignement primaire et secondaire, Hellot Matson Mampouya, a démissionné du MCDDI pour créer son propre parti, La Dynamique. Ce dernier est une succursale du PCT dans le département du Pool (Sud), le fief du parti de Guy Parfait Kolélas (lequel) a été proche du Front national (FN), parti français d’extrême droite ».


Notre commentaire


Hellot Matson Mampouya es qualité (ou son directeur de cabinet, notre vieille connaissance et ami Mahicka) devrait attaquer « La Lettre du Continent » en diffamation. Un droit de réponse ne suffirait pas face à pareille injure qui dénote d'une méconnaissance des réalités congolaises.


En effet, La Dynamique n’a pas été fabriquée dans les officines de Talangaï par le PCT. C’est un parti né d’une initiative spontanée, d’une volonté surgie au sein du MCDDI qui n’acceptait pas que le mouvement créé par le valeureux Bernard Kolelas disparaisse ou soit dévoyé en un parti familial, sans projet de société. Voilà la vérité...


D'ailleurs, bientôt, Hellot Matson Mampouya ne tardera pas à démontrer son indépendance d'esprit, par rapport au PCT et à Sassou, dans le débat sur le changement de la Constitution. Chacun pourra ainsi se rendre compte que La Dynamique est loin d'être le cheval de Troie du PCT dans le Pool.


Article publié le mercredi 23 juillet 2014
9977 lectures

Infos par pays