centrafrique

Accueil
centrafrique

Transition écologique : Quels sont les intérêts de l'Afrique ?

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 288

 : L'intérêt de l'Afrique dans la transition écologique réside d'abord dans le principe. Un célèbre proverbe africain dit ceci : « Quand la maison de ton voisin brûle, hâte-toi de l'aider à éteindre le feu, de peur que celui-ci ne s'attaque à la tienne ».   À majorité composée de pays dits « en voie de développement », l'Afrique se doit de prendre position contre tout narratif qui aurait pour résultat de limiter l'émergence d'une nation en développement, au profit de maintenir l'hégémonie d'une autre. L'intérêt de l'Afrique, à court et à long terme, c'est de garantir le principe que toute nation puisse choisir librement la voie de développement adaptée à ses réalités locales, sans faire l'objet de campagne visant à réduire sa compétitivité.   Les récentes allégations de « surcapacité » émises contre la Chine, ne sont pas sans rappeler le fait que plusieurs pays africains ont été, et continuent d'être qualifiés de « démocraties » ou de « dictatures », sur base de critères plus ou moins discutables, le plus souvent au gré des intérêts des pays à la base de ces affirmations.   Soyons clairs : l'intérêt de l'Afrique n'est pas de prendre position pour un partenaire contre un autre partenaire, mais de défendre des standards justes appliqués à tous. Les pays africains n'ont aucun intérêt à alimenter une crise entre deux puissances économiques mondiales.   Défendre un principe, tout en prônant la coopération plutôt que la compétition, voilà la vision dans laquelle devraient s'engager les pays africains, une vision que semble également partager par la Chine à en croire les récentes déclarations du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin, qui a appelé à des efforts pour parvenir à un partenariat « gagnant-gagnant », plutôt qu'à une situation de « perdant-perdant ». Cette communauté de vision et d'intérêt est un fondement important pour la coopération sino-africaine dans le domaine des énergies nouvelles.   Au-delà de la question de principe, l'intérêt de l'Afrique est également économique. L'Afrique possède plusieurs ressources minérales indispensables pour parvenir à une transition énergétique mondiale : les batteries des véhicules électriques nécessitent du lithium, cobalt, ou encore du nickel ; la production d'énergie photovoltaïque, quant à elle, nécessite du silicium, de l'argent, et du cuivre.   L'intérêt de l'Afrique est de tirer des leçons des précédentes révolutions industrielles, pour se repositionner cette fois sur l'échiquier international grâce à ses ressources, et mobiliser les moyens financiers nécessaires à son développement. L'intérêt économique de l'Afrique, c'est aussi de pouvoir fournir à sa population et à son industrie croissante de l'électricité à bas coût, ainsi que des produits à énergie nouvelles.   Les énergies renouvelables offriraient la possibilité de fournir de l'électricité aux Africains qui en sont actuellement privés, une population estimée à 600 millions en fin 2021, soit 43 % de la population. Des projets d'envergure, ou encore des produits de nécessité comme les pompes d'irrigation à énergie solaire réduiraient non seulement le coût de l'électricité, mais permettraient également de créer des emplois, et de favoriser l'industrialisation.   Ces dernières années, dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route », la Chine s'est imposée comme un acteur majeur sur le continent africain dans le domaine des nouvelles énergies, notamment grâce à des réalisations comme le projet éolien développé par la Chine près de De Aar en Afrique du Sud. Comme les partenaires traditionnels occidentaux des pays africains, la technologie dans le domaine des énergies nouvelles confère à la Chine des atouts qui complètent les atouts environnementaux naturels de l'Afrique.   Mais ce qui distingue la Chine dans son partenariat avec l'Afrique, c'est son succès relativement récent dans l'amélioration des conditions de vie de sa population, notamment grâce à la construction d'infrastructures électriques. En plus de son expérience dont pourrait s'inspirer l'Afrique, ce sont surtout ses produits fiables, compétitifs, à des coûts défiant toute concurrence, ainsi que la formation et l'échange de talents dans les domaines de la technologie et de l'énergie, qui établissent la Chine comme un partenaire qui répond aux intérêts des pays africains.   Sur la question de la transition écologique, l'intérêt de l'Afrique est enfin et surtout écologique. L'Afrique est l'une des régions du monde qui subit les plus graves conséquences de changement climatique, notamment par des inondations fréquentes, des sécheresses, et des fortes vagues de chaleur. Même si l'Afrique ne contribue qu'à moins de 4 % aux émissions de gaz à effet de serre, les défis écologiques sur le continent n'en sont pas moins urgents. En 2019, près d'un milliard d'Africains n'avaient pas accès à des combustibles de cuisson propres, entrainant des conséquences néfastes sur l'environnement comme la déforestation, et l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.   Sur le long terme, en plus de solutionner la crise énergétique, les pays africains ont tout intérêt à protéger leur environnement écologique, afin d'atténuer les effets du changement climatique. Et cela, les autorités chinoises l'ont bien compris. En 2023, lors du premier sommet africain sur le climat qui s'est tenu à Nairobi, la Chine s'est engagée à mettre en œuvre un projet de coopération Sud-Sud baptisé « Ceinture lumineuse africaine », dont l'un des grands objectifs sera de contribuer à réaliser un développement vert et à faible émission de carbone. Réaliser un partenariat Chine-Afrique soucieux de l'environnement en Afrique, serait une belle démonstration du développement de haute qualité dont la Chine entend faire bénéficier l'Afrique, et un moyen efficace de préserver ses intérêts sur le continent.   Il reste à espérer que les pays africains prendront les mesures nécessaires pour garantir leurs propres intérêts, car ce n'est que lorsque les deux partenaires veillent sur leurs intérêts à court et à long terme, que le partenariat est véritablement gagnant-gagnant.   (Note de l'éditeur : Cet article reflète le point de vue de l'auteur Gagne O'scawn Pierre Pibarod et pas nécessairement celui de CGTN.)   Vendredi 31 Mai 2024
Article publié le dimanche 2 juin 2024
288 lectures

Infos par pays