burundi

Accueil
burundi

Fuite des cerveaux : une préoccupation pour le gouvernement burundais – IWACU

Traduction
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 287

 : D’après le président de la République, c’est regrettable qu’il y ait des jeunes qui partent en formation à l’étranger et qui ne rentrent pas au pays. Pour la plupart des professeurs d’université interrogés, c’est la faute à la pauvreté.

«C’est déplorable de voir un jeune partir à l’étranger pour continuer ses études sous une bourse du gouvernement, mais à la fin de ses études, il décide de travailler pour ce pays, au détriment de son pays qui a investi dans ses études », a regretté Evariste Ndayishimiye, président de la République, ce mardi 27 octobre, dans une retraite des jeunes intellectuels.

D’après lui, le pays ne pourra jamais se développer aussi longtemps que cette fuite de cerveaux perdure. Il appelle les intellectuels burundais à rentrer au pays, car d’après lui, le capital humain est l’un des piliers d’un développement durable.

Les professeurs d’université, présents dans cette retraite, se disent eux aussi, indignés de cette fuite des cerveaux. Cependant, certains d’entre eux, ont expliqué cette fuite par la pauvreté qui s’observe dans le pays. Selon ces derniers, c’est ce qui pousse certains intellectuels à partir à la quête d’une vie meilleure ailleurs.

« Nous sommes parmi les pays moins développés où il y a des salaires moins élevés. Nos jeunes, qui partent en formation, préfèrent y rester pour gagner des salaires beaucoup plus élevés que ceux qu’ils pourront gagner une fois rentrés au pays », a révélé professeur Léonidas Ndayizeye, professeur des Sciences économiques et Gestion à l’Université du Burundi.

L’insuffisance d’infrastructures, sera aussi évoquée, par les professeurs, comme étant une autre cause de cette fuite des cerveaux.

Ces professeurs d’université exhortent le gouvernement burundais à investir dans la construction des infrastructures développés, qui d’après eux pourrait être une meilleure politique encourageant les intellectuels burundais à regagner la mère patrie.

Cette retraite des jeunes intellectuels a vu la participation d’environ 600 jeunes, lauréats en master.


Article publié le mercredi 28 octobre 2020
287 lectures

Infos par pays