Actualités : guinee

Afreximbank organise un débat sur l'affacturage et le financement des créances lors de ses Assemblées annuelles aux Bahamas - Guinee-eco.com

NASSAU, Bahamas, 21 juin 2024/ — La deuxième journée des Assemblées annuelles (AAM 2024) de la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) (www.Afreximbank.com) qui se sont tenues aux Bahamas du 12 au 15 juin a été marquée par une table ronde très instructive axée sur l’affacturage et le financement des créances. Cette table ronde a réuni des dirigeants, des experts et des acteurs du secteur de l’affacturage issus d’Afrique, de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et d’autres pays, en vue d’explorer les aspects multiformes de l’affacturage et ses implications pour le développement régional, en particulier dans la région des Caraïbes. Des discussions approfondies ont eu lieu sur les mécanismes de l’affacturage, ses avantages et les stratégies pratiques de mise en œuvre.



Mme Kanayo Awani, Vice-présidente exécutive d’Afreximbank, en charge de la Banque du commerce intra-africain et de développement des exportations, et membre du Comité exécutif de FCI a lancé le forum en prononçant l’allocution d’ouverture. Elle était accompagnée de M. John Rolle, Gouverneur de la Banque centrale du Commonwealth des Bahamas.

Mme Awani a souligné que l’objectif de la table ronde était de sensibiliser et d’offrir un aperçu de l’affacturage comme solution de financement viable pour les petites et moyennes entreprises (PME) dans la CARICOM, ajoutant que la situation des PME dans la région présentait des similitudes avec celle de l’Afrique. Elle a expliqué que les PME des Caraïbes sont reconnues comme un segment vital, mais en difficulté, de l’économie des pays de la CARICOM. Constituant la plus grande partie des entreprises de la région, les PME contribuent de manière significative aux 70 % des emplois générés par le secteur privé et représentent environ 40 % du PIB de la région. Tout comme en Afrique, les PME n’ont pas accès au financement pour se lancer, se développer et croître.

Mme Awani a déclaré : « Le résultat cumulé des initiatives d’Afreximbank en matière d’affacturage en Afrique au cours de la dernière décennie est une augmentation du financement abordable pour les PME, comme en témoigne l’augmentation des volumes d’affacturage en Afrique à 48 milliards d’euros en 2023, avec une projection de croissance de 100 milliards d’euros d’ici 2030. L’objectif est de reproduire un programme similaire réussi dans la CARICOM. »

La table ronde a fait naître un sentiment d’espoir et d’optimisme quant à l’avenir de l’affacturage dans la CARICOM, où le volume du marché potentiel est estimé entre 7 et 10 milliards d’euros. Cela permet d’envisager un avenir où les PME peuvent accéder à des financements à des prix compétitifs sans avoir à supporter le fardeau des exigences de garanties et des taux élevés de rejet des prêts. En vue d’atteindre ces objectifs, Mme Awani a invité au partenariat et à la coopération.

Le Gouverneur de la Banque centrale des Bahamas s’est félicité de l’initiative d’Afreximbank, qui visait à sensibiliser son pays à l’affacturage, aux créances et au financement de la chaîne d’approvisionnement. Il a déclaré que l’affacturage aidera à apporter le fonds de roulement indispensable aux producteurs locaux, aux fournisseurs de services et aux exportateurs, en particulier aux PME qui sont les principaux moteurs de la croissance économique à l’échelle mondiale.

Il a souligné que l’événement était arrivé à point nommé, étant donné qu’il s’inscrivait dans le plan de son gouvernement visant à mettre en place un environnement favorable à l’affacturage. Le Gouvernement des Bahamas a adopté des réformes sur les opérations garanties, avec le soutien de la Banque mondiale et de la Société financière internationale (SFI). Cela a contribué au renforcement des lois relatives à l’affacturage et au financement par créances aux Bahamas.

Il a ajouté que dans le cadre de cette initiative, le gouvernement a également approuvé l’adoption d’un registre des garanties, qui comprendra également un registre des créances, contribuant ainsi à accroître la transparence et à réduire la fraude au sein des banques commerciales et des intermédiaires financiers non bancaires (IFNB) qui sont censées fournir des services d’affacturage sur les créances des fabricants et des prestataires de services nationaux aux Bahamas.

M. Peter Mulroy, ancien Secrétaire général de FCI, a partagé des informations précieuses sur l’affacturage, couvrant sa définition, ses types, son évolution, ses avantages et les tendances mondiales et régionales actuelles. Il a fait une présentation sur le thème « Insight into Factoring including its Advantages » (Aperçu de l’affacturage et de ses avantages), couvrant l’histoire de l’affacturage et du financement des créances en général, et le développement de l’affacturage dans la région des Caraïbes en particulier.

M. Mulroy, a indiqué que la table ronde sur l’affacturage aux Bahamas était symbolique – après la toute première opération d’affacturage datant du milieu du XVIIIe siècle à la Barbade, à l’époque de l’affacturage en common law. L’affacturage moderne dans les Caraïbes n’a commencé que dans les années 1980

Selon M. Mulroy, les recherches montrent que le taux de croissance global du secteur a dépassé 3,6 % en 2023, contre un maximum de +17,3 % enregistré en 2022, ce qui marque un changement majeur par rapport aux taux de croissance accélérés stimulés par les augmentations du PIB après le déclenchement de la pandémie, ainsi que par l’inflation mondiale significative enregistrée en 2021-2022.




Articles Similaires










Voici le taux de change officiel fixé par la Banque centrale de la République à la date du 21 juin 2024




Juin 22, 2024









Financement : le FAD approuve 10 millions de dollars en faveur du Libéria pour mettre en œuvre un projet de nutrition




Juin 22, 2024









La FIFA publie une première liste de camps de base pour la Coupe du Monde de la FIFA 2026™ et dévoile les parcours des équipes




Juin 12, 2024




Ses recherches sur l’affacturage sont encore peu développées dans la région des Caraïbes, mais avec la mise en œuvre d’un cadre juridique et réglementaire approprié, le développement d’un secteur de l’affacturage actif et l’éducation et la sensibilisation des entreprises de toute la région aux avantages avérés de l’affacturage, le potentiel de croissance est énorme, avec une taille de marché estimée à près de 10 milliards d’euros en volume d’affacturage d’ici 2040.

 L’événement a donné lieu à une discussion éclairée animée par Wole Famurewa, présentateur de CNBC Africa.

 Parmi les panélistes, figuraient des représentants de la Chambre de commerce des Bahamas, de Simplified Lending Bahamas, de Woodhall Capital International Limited UK, de la Banque d’Import-Export, et d’Afreximbank.    Les sujets abordés allaient de l’identification des principaux défis de l’affacturage aux stratégies de collaboration entre les parties prenantes et au développement de l’affacturage au sein de la CARICOM.

Contact Presse :

Vincent Musumba

Responsable, Communication et évènements (Relations média)

Courriel : press@afreximbank.com

Suivez-nous sur :

Twitter | Facebook | LinkedIn | Instagram

À propos d’Afreximbank :

La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) est une institution financière multilatérale panafricaine dédiée au financement et à la promotion du commerce intra et extra-africain. Depuis 30 ans, Afreximbank déploie des structures innovantes pour fournir des solutions de financement qui facilitent la transformation de la structure du commerce africain et accélèrent l’industrialisation et le commerce intrarégional, soutenant ainsi l’expansion économique en Afrique. Fervente défenseur de l’Accord sur la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAf), Afreximbank a lancé les le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) qui a été adopté par l’Union africaine (UA) comme la plateforme de paiement et de règlement devant appuyer la mise en œuvre de la ZLECAf. En collaboration avec le Secrétariat de la ZLECAf et l’UA, la Banque a mis en place un Fonds d’ajustement de 10 milliards de dollars US pour aider les pays à participer de manière effective à la ZLECAf. À la fin de septembre 2023, le total des actifs et des garanties de la Banque s’élevait à environ 33, 4 milliards de dollars US et les fonds de ses actionnaires s’établissaient à 5,_ milliards de dollars US. Afreximbank est notée A par GCR International Scale, Baa1 par Moody’s, A- par Japan Credit Rating Agency (JCR) et BBB par Fitch. Au fil des ans, Afreximbank est devenue un groupe constitué de la Banque, de sa filiale de financement à impact appelée Fonds de développement des exportations en Afrique (FEDA), et de sa filiale de gestion d’assurance, AfrexInsure, (les trois entités forment « le Groupe »). La Banque a son siège social au Caire, en Égypte.

Pour de plus amples informations, veuillez visiter : www.Afreximbank.com

Source : Afreximbank




Article publié le mardi 25 juin 2024
192 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 192
Chargement...