Actualités : Afrique

Reportage - Macky Sall le "bâtisseur" laisse un Sénégal transformé et une démocratie lézardée


Ismaïla Bâ, peintre en bâtiment, travaille avec d’autres ouvriers sur l’un des innombrables chantiers sur la corniche de Dakar, capitale en pleine mutation. Comme beaucoup, il se sent exclu de la transformation du Sénégal sous la présidence Macky Sall.

« Je gagne 6.000 francs CFA par jour (9 euros). Comment pourrais-je rêver d’avoir un appartement dans cet immeuble », demande-t-il alors qu’il paie 80.000 francs (122 euros) par mois pour deux chambres pour lui, sa femme et ses deux filles dans le quartier populaire de Ouakam et que le propriétaire menace d’augmenter le loyer.

La croissance profite à une portion congrue des Sénégalais Ismaïla Bâ, qui vend du café et fait le coiffeur pour arrondir les fins de mois, fait partie de ces Sénégalais qui se croient à l’écart d’une croissance profitable à une minorité dont le niveau de vie tranche avec celui de la grande majorité.

Macky Sall quittera la présidence après l’élection du 24 mars. En 12 ans, il a changé le visage de ce pays de 18 millions d’habitants à coups de grands travaux menés par l’État et le privé, sénégalais ou étranger. Mais un Sénégalais sur trois au moins continue de vivre dans la pauvreté. Le pouvoir a tenté tant bien que mal de contenir des crises multiples. Et trois dernières années d’agitation, avec des dizaines de morts et des centaines d’arrestations, ont assombri le bilan.

Le report de dernière minute de la présidentielle a encore accru la défiance entre une partie de la population et ses dirigeants. M. Sall s’est retrouvé accusé de dérive autoritaire. « Sous son magistère, différents procédés de fermeture de l’espace public et d’entrave à l’exercice des libertés sont hélas devenus familiers », disait l’intellectuel Felwine Sarr.

A lire également -  L’Egypte plus que jamais sous perfusion du FMICes dernières semaines, il s’est montré tour à tour fatigué de la présidence et piqué au vif par les attaques et les slogans « Macky Sall dictateur ». « Le Sénégal est un véritable État de droit. J’ai refusé d’être tenté par un troisième mandat. Je suis un démocrate ».

Lui et ses partisans vantent son action de bâtisseur. « Le pays dont j’ai hérité était véritablement vétuste » mais il a connu en 12 ans une « transformation structurelle », a-t-il déclaré.

“Une sortie raté” Il a créé une ville nouvelle, Diamniadio, près de Dakar, vitrine d’un grand plan pluriannuel de développement. Il a à son actif un train rapide entre Dakar et sa banlieue, des aéroports, des autoroutes, des hôpitaux. Sa présidence a presque fait oublier les coupures d’électricité.

De ce point de vue, Macky Sall « a un bilan qui lui permet d’entrer dans l’histoire du Sénégal », a dit sur RFI le philosophe Souleymane Bachir Diagne, qui déplore une « sortie ratée » avec la décision « inexplicable » de reporter la présidentielle.

Les salaires ont augmenté ainsi que les aides destinées aux pauvres. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté a diminué de 5% entre 2011 et 2018/19, selon l’Agence nationale de la statistique (ANSD).

Mais elle reste estimée à 37,8%, dit l’ANSD. Les inégalités ont à peine diminué, dit-elle.

Le Sénégal sous Macky Sall a accusé le coup de chocs successifs, la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine, les restrictions à l’importation de céréales en provenance de la région ou du riz en provenance d’Inde. La croissance soutenue pendant des années a marqué le pas avant de reprendre, jusqu’à être projetée à un niveau inégalé de 9,2% en 2024 grâce aux premières retombées attendues de l’exploitation du pétrole et du gaz.

A lire également -  Gabon : Un ambitieux Plan triennal pour lancer l’après-Bongo  L’inflation a atteint en novembre 2022 un sommet de 14,1% sur un an, selon la Banque mondiale. Les dépenses engagées pour parer aux crises, protéger les plus vulnérables et relancer l’économie ont accru le déficit et la dette.

La dette, à 40% du PIB en 2012, en représentait 69,4% en décembre 2023.

L’économiste-statisticien Moubarak Lô reconnaît que la transformation à marche forcée du pays a « fait le lit de l’endettement », mais c’était nécessaire pour des infrastructures qui « ont changé le visage de Dakar ».

« Macky Sall a choisi d’investir dans les infrastructures et a oublié la qualité de vie », objecte l’économiste Cheikh Bamba Diagne.

L’opposition antisystème reproche au président Sall d’avoir bradé la souveraineté économique du pays aux étrangers. Le chômage est passé de 10,2% en 2012 à environ 20% en 2024, selon l’ANSD.

« Il n’y a pas de travail dans le pays », malgré les gisements de zircon, fer, phosphate, maugrée Makhmadane Diouf, mécanicien de 38 ans.

Malgré les dangers, des dizaines de milliers de Sénégalais, jeunes pour la plupart, ont pris des pirogues pour l’Europe en quête d’une vie meilleure ces dernières années.

Avec AFP


Article publié le mardi 19 mars 2024
119 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 119
Chargement...