Actualités : Benin

Fonctionnaire international: Le Professeur Joseph Olabiyi Yaï s’en est allé – Matin Libre
Le Bénin perd un de ses cadres. Il s’agit du Professeur Olabiyi Joseph Yaï. Fonctionnaire international, il a rendu l’âme hier dimanche 6 décembre 2020, dans sa 78ème année. 

 

- Advertisement -

Né à Savè, département des Collines, Joseph Olabiyi Yaï a fait ses études primaires dans son village natal. A l’issue de ses études secondaires à l’ex Collège Victor Ballot de Porto-novo actuel Lycée Behanzin, il obtint le Baccalauréat en 1960. Parti pour Dakar au Sénégal pour ses études universitaires en Lettres, le jeune étudiant n’a pas pu terminer son cursus de premier cycle universitaire. Condamné pour ses opinions à l’endroit du régime d’Hubert Maga au Bénin, il a fini par quitter le Sénégal. Arrivé en France en 1963 et grâce à l’éviction du régime Maga au Bénin, il fait une licence un an plus tard après l’obtention d’une bourse à la Sorbonne puis un certificat de linguistique en 1965. En militant dans plusieurs Associations, il finit par s’intéresser aux langues Africaines plus précisément le Yoruba, sa langue maternelle. Atterrit à Cuba en 1965 et compte tenu de l’annulation d’une bourse à lui accordée, il n’arrive pas à terminer sa thèse. Néanmoins, il va publier en 1976 un article intitulé: “Influence Yoruba dans la poésie cubaine : Nicolas Guillen et la tradition poétique Yoruba”.  À son retour au Dahomey d’alors en 1966, il enseigna dans un premier temps au Lycée Victor Bollot. Après une nouvelle bourse au Nigéria à Ibadan en linguistique, il soutient l’équivalent d’un Diplôme d’études approfondies (Dea). En 1970, il débute en tant qu’enseignant à l’Université nationale du Bénin, fraîchement créée. Parallèlement, il participe à plusieurs travaux de l’Unesco et à une kyrielle de commissions de travail sur les langues africaines et ce, dans divers pays du continent africain. En réalisant un syllabaire sur le Fon, il contribue à l’alphabétisation des enfants. Avec ce déclic de sa carrière, il est recruté par l’université d’Ibadan comme assistant. Ainsi, il travaille pour le Bénin et le Nigeria. Avec cette notoriété internationale acquise, il travaille désormais avec plusieurs universités sur les autres continents. Ceci, jusqu’à diriger le département de langues africaines et asiatiques en Floride, entre 1987 et 1998. Par la suite, le natif de Savè après avoir envisagé une carrière de fonctionnaire international, finit par être placé par Mathieu Kérékou à l’Unesco, en tant qu’Ambassadeur et membre de plusieurs prestigieux comités mais également président de maintes commissions. En 2003, il contribue avec Alpha Sow, à la création d’une chaire de Yoruba en langues. Vice-président aux affaires culturelles, au conseil exécutif de l’Unesco et à la convention sur le patrimoine immatériel de l’humanité, le regretté Joseph Olabiyi Yaï a eu un engagement bien déterminé et est aujourd’hui élevé à un rang de personnalité internationale. Marié trois fois, il est père de quatre enfants dont trois filles.

Janvier GBEDO


Article publié le lundi 7 décembre 2020
158 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 158
Chargement...