Actualités : Afrique

Clara Ysé nous plonge dans son "Oceano Nox" – RFI Musique
Le monde de Clara Ysé s’est dédoublé à l’été 2017, lorsque sa mère est morte de façon brutale. D’aucuns auraient pu sombrer dans la douleur. La jeune femme, qui rêvait d’être chanteuse depuis sa plus tendre enfance, s’était immergée dans la musique et avait produit son premier EP, comme une invitation à dépasser la douleur en plongeant dans la musique pour y trouver du sens et de l’exaltation. Elle y chantait en français, en espagnol et en anglais, sur des mélodies inspirées par les musiques grecques, espagnoles et libanaises.  

Des mélodies exaltantes

Pour Océano Nox, auquel elle nous confie avoir travaillé pendant près de quatre ans, la jeune femme a pris une autre direction. "Océano Nox parle de ce qu’on fait avec ce qui est brisé en soi, dans l’océan de nuit qui nous habite. L’une de mes réponses était qu’il fallait allier des outils anciens et contemporains. J’ai aussi cherché, de façon un peu mystique, 'mon son'", explique Clara Ysé.

De fait, Océano Nox est à la fois marqué par l’influence de la musique classique (elle a commencé le violon à quatre ans et le chant lyrique à huit) et par les rencontres musicales qu’elle organise avec sa meilleure amie, Lou, chez elle, depuis ses dix-huit-ans. "J’ai essayé d’utiliser ces sons comme ils sont apparus dans ma vie, comme des sons qui m’émeuvent et pas dans des mélodies attendues. Tout l’enjeu de ces arrangements, c’était de les utiliser dans leur rapport émotionnel".

D’émotions, cet Océano Nox n’en manque pas. C’est une alchimie subtile et revigorante qui mêle le feu (Pyromanes, Le Désert), l’eau (Le monde s’est dédoublé), la passion (Magicienne), la révolte (Souveraines, qui s’adresse aux femmes anonymes dont on brise les rêves) et la mort (La Maison) sur des mélodies très travaillées et envoûtantes.

Un océan d’influences

Clara Ysé a beaucoup chanté de musique baroque, nous explique-t-elle d’une voix douce qui contraste avec sa voix puissante de soprano et qui épouse aussi bien des mélodies grecques que mexicaines. Des influences profondes pour la chanteuse qui, élevée en partie par une nounou colombienne, nous raconte qu’elle a voyagé en Amérique du Sud dès qu’elle l’a pu, mais aussi en Grèce avec sa meilleure amie pour collecter des chansons. Le disque est marqué par ses influences. Des sonorités arabisantes aussi, grâce au violoncelliste Sary Khalifé (neveu de Marcel Khalifé) qui allie à merveille musique classique et musique orientale.  

Mais surtout, la voix de Clara Ysé semble n’appartenir à aucune époque. Elle sourit lorsqu’on lui fait la réflexion, avant de nous parler des chanteuses qui ont marqué sa vie. "Des voix comme Chavela Vargas, Maria Callas, Nina Hagen, Björk, Janis Joplin. Il y a une telle émotion dans leur voix qu’elle nous soustrait au temps. Ce qui m’émeut, c’est qu’elles pourraient être vieilles ou naître dans quarante ans. La technique du chant, contrairement à ce qu’on pourrait croire parfois, nous rapproche de l’émotion la plus pure entre l’âme et l’oreille de la personne qui la reçoit".

La musique a énormément apporté à Clara Ysé qui nous dit avoir l’impression d’avoir une dette vis-à-vis d’elle. "Elle m’a tellement aidée dans ma vie que c’est incommensurable. J’essaie de mettre ma goutte dans l’océan qu’est la musique. Et de partager de cet amour", poursuit-elle.

Musique de l’âme

 

Les paroles de cette amoureuse du réalisme magique (notamment Gabriel Garcia Marquez et Alejo Carpenter) et de littérature russe (Marina Tsvétaïeva et Boulgakov) sont intimes. De Magicienne (qui raconte une histoire d’amour entre deux femmes) au torride Soleil à minuit, en passant par celles qui convoquent le souvenir et font monter très facilement les larmes aux yeux (L’étoile, Lettre à M, Le monde s’est dédoublé —qu’elle reprend ici dans une orchestration classique et épurée, où chœurs et cordes renforcent son intensité).

Les métaphores maritimes sont présentes dans Océano nox, dont le titre est emprunté à un vers de Virgile. "Et la nuit s’élance de l’Océan. C’est un passage de l’Énéide. Virgile y parle des bateaux prêts à assaillir Troie. Je trouvais cette métaphore belle et puissante, très liée à mon désir pour ce disque : comment utiliser l’océan comme une puissance d’agir au lieu de nous engloutir", raconte Clara Ysé. L’une des clés pour comprendre la puissance mystique de ces chansons, épiques et fortes en émotions. Une alchimie subtile dont elle est magicienne.

Clara Ysé Oceano Nox (Tôt ou Tard) 2023

Facebook / Instagram / YouTube

 


Article publié le mardi 26 septembre 2023
536 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 536
Chargement...