Actualités : guinee

Comment le Ghana améliore l’apprentissage pour chaque enfant scolarisé (Par Anna Bjerde) - Guinee-eco.com

(Guinée Eco) – Lors de mon récent voyage au Ghana, j’ai visité une salle de classe pleine de jeunes filles et de jeunes garçons, levant la main et attendant avec impatience d’être appelés pour répondre aux questions. Chacun se redressait pour attirer l’attention de leur professeur et être appelé. Puis, l’un après l’autre, les enfants ont pris leurs livres et choisi un passage, qu’ils ont lu avec fierté.



L’enthousiasme que j’ai pu constater lors de ma visite de l’école élémentaire municipale New Gwabe, à Accra, est la conséquence directe de la priorité accordée par le Ghana à une éducation de qualité pour tous. Cette école bénéficie du projet de responsabilisation dans l’atteinte des résultats de l’apprentissage au Ghana (GALOP, de son acronyme anglais), une initiative du gouvernement, soutenue par la Banque mondiale.

Le projet GALOP est un parfait exemple de la capacité des projets à mettre en œuvre avec succès les principes de la stratégie pour l’éducation en Afrique de l’Ouest et du Centre, lancée il y a un an au Ghana, afin d’améliorer l’éducation pour tous à travers la région.

Deux aspects méritent d’être soulignés : d’une part l’accent mis sur les résultats de l’apprentissage et d’autre part les interventions innovantes, s’appuyant sur des recherches, permettant de développer des systèmes éducatifs plus forts, plus responsables et plus transparents.

Développer les compétences cognitives

Le projet GALOP met l’accent sur les résultats de l’apprentissage, complétant ainsi les efforts pour améliorer l’accès, l’équité et la gouvernance dans le secteur de l’éducation. Les classes sont régulièrement évaluées et les acquis de l’apprentissage sont également mesurés par le biais d’évaluations à grande échelle. Cette stratégie s’appuie sur les preuves existantes qui ont montré que, plutôt que de se concentrer sur l’assiduité scolaire, il était essentiel de développer les compétences cognitives pour améliorer l’accès à des emplois de qualité, à de meilleurs salaires, et permettre ainsi la croissance économique.

Des stratégies d’enseignement fondées sur des preuves

De bons enseignants constituent le facteur le plus important pour promouvoir l’apprentissage. Par le biais du projet GALOP, le Ghana donne aux enseignants les moyens de réaliser leurs objectifs grâce à un programme structuré, qui leur propose des plans de cours, des outils pédagogiques, un accompagnement continu pour développer leurs compétences, ainsi qu’un suivi sous forme de mentorat et d’observations de classes régulières. Toutes ces innovations ont fait leurs preuves en matière d’amélioration des apprentissages à grande échelle dans la région, pour un coût relativement faible. Les enseignants sont encouragés à utiliser des stratégies d’apprentissage basées sur le jeu et ils bénéficient de formations virtuelles par l’intermédiaire d’une plateforme numérique où ils peuvent accéder à des enregistrements présentant les meilleures pratiques d’enseignement.

Afin de renforcer encore les systèmes éducatifs, le projet prévoit également des bourses pour les écoles les moins performantes, associées à des systèmes de responsabilisation, donnant toutes les informations pertinentes aux parents et aux communautés.

Étendre les résultats




Articles Similaires










Guinée : RSF débloque un deuxième site d’information en moins de quinze jours




Sep 15, 2023









Guinée : la BAD appuie la mise en place d’un système de gestion de base de données pour améliorer la réglementation du secteur de l’électricité




Sep 15, 2023









La Corée et l’Afrique réclament des financements et des technologies supplémentaires pour l’accès universel à l’énergie …




Sep 13, 2023




L’impact du projet est visible. À ce jour, plus de 72 000 enseignants ont été formés à l’utilisation d’approches d’enseignement innovantes dans leurs classes. La part des écoles offrant des pratiques éducatives qui répondent aux standards d’inspection est passée d’un niveau initial de 3,3 % à 65 %. Les élèves des écoles participant au programme GALOP ont plus de chance d’être encadrés par des enseignants formés et le nombre d’élèves par professeur y est plus faible.  Plus de 80 % des écoles primaires affichent un ratio étudiants-professeur formé de 50 pour 1, ce qui constitue une amélioration par rapport à la ligne de base de 75 % pour les écoles primaires.

Bien que les données pour comparer les performances des écoles GALOP à celles qui ne participent pas au projet soient en cours d’analyse, des indices positifs observés sur le terrain indiquent que les résultats de l’apprentissage s’améliorent. De fait, il est fortement probable qu’arrivés à l’âge de 10 ans, les élèves des écoles GALOP maîtrisent les compétences fondamentales comme la lecture et l’arithmétique de base, posant ainsi de solides bases pour un apprentissage plus avancé au cours des années suivantes.

Élèves et écoles bénéficiant du projet GALOP

Plus de 2,9 millions d’apprenants répartis sur plus de 10 000 écoles – ce qui représente une école sur 3 dans le pays – bénéficient actuellement du projet GALOP.  Les données issues de ces écoles offrent de précieuses leçons pour étendre le projet à la fois au Ghana mais aussi pour reproduire les mêmes succès dans d’autres pays.

Tout d’abord, les interventions offrent un équilibre entre la responsabilisation des établissements scolaires et une autonomie suffisante pour permettre l’innovation augmentent significativement les acquis de l’apprentissage. Par ailleurs, il est absolument essentiel de donner aux enseignants les ressources nécessaires pour exercer leur profession et garantir que leurs pratiques d’enseignement se concentrent sur les apprentissages. Enfin, une mesure systématique et régulière des progrès est fondamentale. Cela permet non seulement d’apporter en temps voulu les ajustements nécessaires aux approches d’apprentissage, mais aussi de s’assurer que l’objectif final, un véritable apprentissage au sein des classes, soit atteint.

Grâce aux efforts pour étendre les interventions réussies, comme le projet GALOP, et toucher chaque enfant, le Ghana aide à répondre aux aspirations de chaque fille et garçon afin qu’ils soient préparés à apprendre, qu’ils acquièrent un véritable savoir, et puissent entrer sur le marché du travail avec les compétences nécessaires pour devenir des citoyens productifs et accomplis.

Au vu de ses résultats prometteurs, agrandir l’échelle du projet afin qu’il atteigne chaque enfant peut certainement contribuer à de meilleures opportunités d’apprentissage au Ghana et son impact peut même inspirer d’autres pays de la région à entreprendre de tels efforts. Constater l’impact transformateur de l’éducation sur la vie des gens est une véritable source d’inspiration.

Nous avons beaucoup à apprendre de l’expérience du Ghana.



Anna Bjerde

Directrice générale de la Banque mondiale, Opérations




Article publié le lundi 18 septembre 2023
333 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 333
Chargement...