Actualités : Burundi

Burundi Eco Discours rabaissant d’un leader : une bombe à désamorcer - Burundi Eco
L’ignorance des bonnes pratiques de la communication ou se faire passer pour de bonnes personnes pousse souvent les leaders d’opinion, à prononcer des discours qui rabaissent les autres. Toutefois, Acher Niyonizigiye enseignant du leadership dans différentes universités et conférencier leur fait un clin d’œil. Ce genre de discours peut se retourner contre eux, mais aussi créer un climat de méfiance Acher Niyonizigiye, enseignant du leadership dans différentes universités et conférencier : « Certains peuvent reprendre ce que le leader est en train de dire et commencer à attaquer d’autres personnes avec les mêmes paroles. Ce qui envenime les relations et crée un climat de méfiance ».

Lorsque des leaders d’opinion prononcent des discours qui rabaissent quelqu’un ou certaines personnes, il y a toujours quelqu’un qui est mécontent face à ce genre de discours, explique Acher Niyonizigiye avant d’ajouter que quand les gens ne sont pas contents avec ce que le leader d’opinion a dit, évidemment ils se mettent aussi à le critiquer et à se rendre compte que finalement il n’est pas la bonne personne qu’ils pensaient qu’il était. Cela affecte aussi sa réputation et sa renommée aux yeux de ceux qui l’écoutent, fait-il savoir.

La mauvaise façon de communiquer ou se faire blanchir Ce genre de discours se manifeste surtout lorsque le leader d’opinion essaie d’attaquer quelqu’un ou un groupe donné de personnes verbalement avec des propos rabaissants, dénigrants, notifie Niyonizigiye. « Cela arrive lorsque le leader d’opinion ne parvient pas à maîtriser ses émotions. Mais il peut aussi arriver que le leader d’opinion prononce un discours rabaissant parce qu’il n’est pas au courant de la bonne façon de communiquer, il ignore les bonnes pratiques de la communication pour quelqu’un de son statut ».

Mais aussi il explique qu’il y a des fois où les leaders d’opinion prononcent des discours pour exprimer leur colère. Dans ce cas-là, l’objectif est de communiquer, mais cela ne produira pas l’effet escompté.

L’autre objectif, selon cet expert en leadership, est de se faire blanchir devant le public. Niyonizigiye explique que pour se montrer comme une bonne personne un leader blâme et accuse les autres, en prétendant que les problèmes viennent des autres et pas de lui.  Mais, même là aussi, il fait savoir que si vous avez affaire à des gens qui peuvent analyser ce discours de façon critique, ils se rendront compte qu’il n’est pas celui qu’il prétend être parce qu’on ne montre pas sa grandeur en rabaissant les autres.

Dans tous les cas, la réaction est négative Dans un pays post-conflit, ce genre de discours touche les gens émotionnellement. Niyonizigiye s’explique : « ayant vécu de crises de masse, ils ont des blessures émotionnelles dont ils vivent avec. Et lorsqu’ils entendent des propos qui rabaissent un individu ou un groupe de personnes, leurs émotions peuvent être ressurgir et la haine peut en être le résultat ».

L’histoire montrera qu’avant chaque violence physique, il y a toujours une violence verbale. Même dans ce cas précis, il met en garde : « Certains peuvent reprendre ce que le leader est en train de dire et commencer à attaquer d’autres personnes avec les mêmes paroles. Ce qui envenime les relations et crée un climat de méfiance. Et à partir de là, on est vraiment prédisposé à la violence physique ».

Pas que ça. Il explique aussi qu’en répliquant aux discours du leader d’opinion en question, les gens blessés se mettent aussi à le critiquer et d’une certaine façon il perd de l’autorité à leurs yeux.

Le discours d’un leader doit être un discours valorisant et conciliant Et, dans un contexte comme celui du Burundi, l’enseignant conseille qu’à chaque fois que les leaders d’opinion prennent la parole, ils utilisent toujours un langage conciliateur, un langage qui permet aux auditeurs de se localiser dans leur perception de la vie comme un seul groupe.

« Si les autres ne sont pas capables comme vous, vous avez le rôle de les aider, de les relever ou de les sanctionner si nécessaire », dit-il. Et d’ajouter « La seconde chose très importante qui doit également guider les leaders d’opinions, quand ils communiquent, c’est d’utiliser un langage qui valorise tout le monde. C’est très important parce que quand les gens se sentent valorisés, ils se donnent corps et âme pour le développement de la nation ».

Share this on WhatsApp Mots-clés : Messages haineux A propos de l'auteur Dona Fabiola Ruzagiriza.


Article publié le mardi 5 septembre 2023
653 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 653
Chargement...