Le magazine culturel

Accueil - Archives - Inscrivez-vous -
Newsletter
PlaneteAfrique à interviewé...
 


... Julienne ZANGA (JulienneZanga.com)
Si l'on pouvait parler de notre amie, elle sait donner un sens à l'écrit par une forte imprégnation mystique et la beauté africaine.
"...Alors, à la mort de ses grands-parents, Alima doit traverser la forêt pour rejoindre la Côte. Mais, un air de tristesse flotte au bord de l'océan. Depuis qu'un villageois a rompu le pacte conclu avec les mamiwatas, le peuple des eaux, aucune pirogue ne va plus à la pêche et la famine s'installe. Les chants d'Alima sauront-ils attendrir le coeur des souverains de la mer ?..." (ouvrage : "Alima et le prince de l'océan")


PlaneteAfrique : La religion a toujours été au coeur de votre cursus. Qu'en est-il dans votre démarche de création littéraire ?

Z. Julienne
: " Effectivement, ma première scolarité (on cursus maternelle et primaire) s'est déroulée dans une institution catholique, de même que mes études universitaires. Mais, je ne me considère pas aujourd'hui comme fille d'une quelconque religion officielle. Pour moi, point n'est besoin de suivre tout un protocole pour affirmer sa foi. Le respect mutuel, c'est ça mon crédo. Ce constat fait, je dirai que l'acte de création étant intimement lié à notre vécu, il puise évidemment dans tous les éléments (éducation, famille, milieu social...) qui participent à notre personnalité. Donc, que je le veuille ou pas, mes nombreuses années dans l'enseignement catholique ont influé sur ma perception des choses. Ainsi, je suis profondément attaché aux valeurs de probité, d'acceptation de l'autre et cela se ressent dans mes écrits.

Pour résumer, en ce qui concerne l'acte de création en lui-même, je me fis surtout à mes sensations, à mon imagination.
 

PlaneteAfrique : Pouvez-vous de nous parler de votre premier ouvrage "Alima et le prince de l'océan"

Z. Julienne :
Ce livre n'est pas le premier que j'ai écrit, mais le premier à être publié par un éditeur et ce, en novembre 2001. C'est un roman pour la jeunesse qui traite du thème des préjugés. Il a ceci de particulier qu'il aborde le thème des sirènes sous un angle africain. Sur la côte africaine, les sirènes sont généralement désignés par le terme de "Mamiwatas", contraction de "Mothers of water", "Mères de l'eau". Au Brésil, c'est "Yemandja". Bref, partant de la mythologie noire, je raconte la rencontre entre deux mondes, celui des humains et du peuple de l'eau. Au centre de cette histoire qui nous mène de la savane africaine vers la côte forestière, se trouve Alima, jeune orpheline à la voix d'or en qui réside le sort de tout un peuple.
 

PlaneteAfrique : Vous avez quitté Yaoundé pour Paris, que regrettez vous le plus de l'Afrique ?

Z. Julienne : Difficile de parler de regrets, car j'ai gardé un contact très fort avec mon continent. Je m'informe régulièrement de son actualité via les sites panafricains comme vous. Depuis mon arrivée ici, j'y suis retournée quatre fois dont 3 fois avec ma fille de 6 ans née en France. Je tiens à ce qu'elle connaisse ses racines.

Si regret il y a, c'est la chaleur humaine en cas de coup dur. Ici, c'est quasiment du chacun pour soi côté contacts humains.
 

PlaneteAfrique : Votre démarche littéraire vous a conduit à Paris donc, pensez vous que cela influence vos inspirations ?

Z. Julienne : Les écrits ne naissent pas du néant. Ils s'appuient sur notre vécu, nos expériences, nos rencontres... Je vis aujourd'hui dans la région parisienne, cette mosaïque culturelle. Le monde s'y cotoie dans ce qu'il a de plus divers et pour une écrivaine, c'est une formidable source d'inspiration. D'ailleurs, dans EBONI (Celui qui courait après un corps), mon second ouvrage à paraître courant 1er trimestre 2003, plusieurs nouvelles de ce recueil se déroulent dans les micro-sociétés africaines de Paris. Ainsi, dans "Les amants de saint Denis", le personnage principal est un jeune marocain. Là-dedans, il y a des afro-antillais, des noirs de France, des noirs d'Afrique... En fait, j'aime par dessus tout mélanger des lieux, des peuples. Même si l'Afrique est omniprésente dans mes écrits, il y a toujours une extrapolation vers d'autres univers.
 

PlaneteAfrique : Un petit mot sur les superbes illustrations de Isabelle Malmezat que nous pouvons retrouver sur votre site.

Z. Julienne : Isabelle est l'illustratrice d'ALima et le prince de l'océan. C'est vrai qu'elle est pour beaucoup dans le succès de ce livre. A ce sujet, une anecdote. Je n'ai pas eu mon mot à dire à l'éditeur concernant les dessins du livre, et je redoutais un peu de voir le résultat final. ma hantise, illustrateur saura-il traduire en dessins ma vision d'Alima et des mamiwatas? Quand on m'a envoyé la maquette de couverture, j'ai été apaisée. Cette femme que je n'avais jamais rencontré, avait fait des dessins traduisant au mieux ce que je voulais. Quand j'ai eu l'occasion de la voir, lors d'un salon du livre, je lui ai dit toute ma gratitude.
 

PlaneteAfrique : Que pouvez-vous nous dire d'Internet que vous nommez "village planétaire" ?

Z. Julienne  : Pour moi, sans omettre l'aspect ludique, Internet est un formidable outil de communication et de rapprochement des peuples. Plus de frontières, de restrictions. Le monde s'offre à l'internaute. Le monde ressemble dès lors à un grand village. L'africaine que je suis est toujours frustrée de voir la façon dont l'actualité du continent est traitée par les médias. Guerres, famines... Et ceux qui réussissent ? On en parle rarement. Grâce à Internet, je peux découvrir ce qui se fait dans les communautés noires en occident, ou en Afrique. Bref, l'information que j'ai est plus vaste.

PlaneteAfrique : Quels espoirs mettez-vous dans les nouvelles technologies, avez-vous des craintes particulières ?

Z. Julienne : L'Afrique a beaucoup à gagner en développant les nouvelles technologies comme Internet. Associations, entreprises... Internet devient pour tous un moyen moins fermé d'établir des partenariats, faire parler de soi, toucher des univers différents, éduquer... Le défi, c'est de rendre cet outil accessible au plus grand nombre. Or, malgré les efforts consentis, beaucoup reste à faire. Le prix du matériel ou des connexions est encore prohibitif pour l'africain moyen. En plus, les infrastructures ne suivent pas toujours. Ma plus grande crainte, que certains récupèrent cet outil à leur unique profit, et en écartent les pays du Sud. Une autre, en tant que femme et mère de famille, est la dérive sexuelle avec les images pédophiles ou avilissantes. C'est pourquoi l'accès d'Internet aux enfants doit être contrôlé. Il faut un minimum de surveillance.
 

PlaneteAfrique : Croyez-vous en l'explosion des nouvelles technologies en Afrique et au Cameroun en particulier ?

Z. Julienne : Si je prends l'exemple du Cameroun, oui. En 1994, j'étais obligée d'user du téléphone, prohibitif, pour communiquer avec l'Europe. Aujourd'hui, ma famille et moi communiquons par email essentiellement. On s'envoie des documents, des photos, chose impensable il y a quelques années seulement. A Yaoundé en particulier, les cybercafés prolifèrent tandis que le mobile se banalise de plus en plus.

Il suffit de taper AFRIQUE sur le web pour voir tous les sites qui voient le jour.

Mais, comme je le disais, pour qu'il y ait vraiment une explosion de masse, il faut repenser l'accès aux nouvelles technologies. En ce qui concerne Internet, il est un peu utopique de penser que chaque famille africaine puisse disposer d'un ordinateur et du téléphone. Mais, on peut agir au niveau des cybercafés, en mettant en place des politiques gouvernementales pour favoriser leur essor, avec en retour une baisse significative des prix proposés dans ces lieux.

PlaneteAfrique - 2002

 
:: Journée Internationale de la Femme
 
8 mars 2010

8 Mars 2003 : Ecrivaines Africaines8 Mars 2003 : Ecrivaines Africaines
Document préparé par Huguette Bertrand. Mariama Mbengue Ndoye - Marie-Félicité Ebokea - Rabiatou Njoya - Michèle Rakotoson - Véronique Tadjo - ...
:: Publiez sur ce site !
 
Newsletter

Invitation permanente : Vous êtes un Ami D'ici d'ailleurs, vous souhaitez paraître sur ce site, publier vos œuvres, votre collection... dans unes de ces rubriques, c'est facile, cliquez ici