Actualités : Tunisie

La stabilisation du Yen Japonais est essentielle pour les marchés financiers mondiaux
Bien que le Japon ait été dépassé par la Chine il y a quelques années en tant que dynamo économique asiatique et deuxième économie mondiale, son importance reste cruciale pour les flux de capitaux et les marchés financiers. En termes d’ampleur et de taille, le Japon est une économie de 4,2 trillion de dollars (Tn), représentant 3,6 % du PIB mondial ajusté à la parité de pouvoir d’achat, soit la troisième plus grande économie après les États-Unis et la Chine. Le pays est un exportateur majeur de produits manufacturés et l’un des noyaux les plus sophistiqués de l’« usine Asie », c’est-à-dire des chaînes d’approvisionnement intégrées reliant les économies avancées de l’Asie du Nord-Est aux économies émergentes de la Chine et de l’Asie du Sud-Est.

En outre, le pays est une puissance financière mondiale. Les marchés financiers japonais jouent un rôle majeur dans l’économie mondiale, car le yen japonais (JPY) est une monnaie de réserve essentielle. Le marché national des obligations d’État japonaises (JGB) est également l’un des plus grands marchés mondiaux d’obligations souveraines, ce qui fait des rendements des JGB un point d’ancrage pour les taux d’intérêt mondiaux. Cette situation est d’autant plus pertinente que la Banque du Japon (BoJ) est à l’avant-garde des politiques monétaires ultra-loyales depuis des années, déployant des outils tels que les taux négatifs, le contrôle de la courbe des rendements (YCC) et des programmes d’achat d’actifs massifs..

Avoirs des banques centrales et taux directeurs (Mai 2024) Les politiques ultra-libres font de la BoJ une exception en termes de détention globale d’actifs et les taux directeurs japonais sont inférieurs à ceux que l’on trouve dans les autres économies avancées. En conséquence, le Japon fonctionne comme un important fournisseur de capitaux et de liquidités pour le reste du monde. Cela s’explique par le fait que les investisseurs japonais recherchent des rendements plus élevés à l’étranger et que les acteurs du marché explorent les possibilités de « carry trade » basées sur les faibles taux du yen, c’est-à-dire qu’ils empruntent à un faible taux au Japon pour investir à un taux plus élevé dans d’autres juridictions, en spéculant sur les différentiels de taux d’intérêt. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que les résidents japonais détiennent le plus grand nombre d’investissements nets à l’étranger, dépassant de loin les Chinois et les Européens.

Position nette d’investissement international(billon de dollars, mai 2024) La mise en place de conditions monétaires très souples au Japon a permis de financer les investissements à l’étranger pendant de nombreuses années. Toutefois, depuis le début de l’année 2022 et l’apparition d’une inflation supérieure aux objectifs dans les économies avancées, les risques ont commencé à augmenter, sous l’effet du changement d’orientation de la politique monétaire aux États-Unis et dans la zone euro. Cela a déclenché des sorties de capitaux du Japon, augmentant la pression sur la monnaie locale, les investisseurs ayant vendu du Yen pour investir à l’étranger.

Les pressions exercées par le marché des changes sur le Yen ont connu trois phases. Tout d’abord, lors du « peakhawkishness » des principales banques centrales en 2022, lorsque l’inflation était trop élevée pour être confortable aux États-Unis et en Europe. Le Yen s’est alors fortement déprécié et la BoJ a dû intervenir sur les marchés des changes pour soutenir la valeur de la monnaie et éviter une aggravation des tensions financières.

En second lieu, une période de stabilisation temporaire en 2023, due à une réduction de « l’écart de politique » entre la BoJ et ses principaux homologues, ce qui a favorisé un rallye éclair du Yen. Cette évolution reposait sur une modération significative de l’inflation aux États-Unis et en Europe, alors même que les prix augmentaient au Japon. La période précédente de faiblesse du Yen a déclenché une spirale des prix intérieurs au Japon qui a contribué à porter l’inflation au-dessus de l’objectif de 2 %, à son plus haut niveau depuis 41 ans. La BoJ a alors signalé le début d’un processus historique de normalisation de la politique monétaire, y compris la fin des taux d’intérêt négatifs et du YCC. Les principales banques centrales ayant signalé la fin de leur cycle de resserrement et la BoJ le début de son processus de normalisation, le « fossé politique » attendu s’est réduit tandis que le Yen s’est renforcé.

Enfin, un deuxième processus de pression plus intense sur la monnaie, qui s’est accéléré début 2024, suite à l’impact du tremblement de terre au Japon et à la ré-accélération de l’inflation aux États-Unis. Le tremblement de terre survenu au Japon au début de l’année a agi comme un catalyseur contre le Yen, car la nécessité de mettre en place des mesures de soutien a favorisé un processus plus lent que prévu de normalisation de la politique monétaire par la BoJ. Ce nouvel accès de dépréciation du Yen a été amplifié par les surprises négatives de l’inflation américaine et la réévaluation des rendements du dollar qui en a découlé. En d’autres termes, le « fossé politique » s’est à nouveau creusé. Le Yen s’est ainsi rapproché de ses plus bas niveaux historiques par rapport à l’USD au cours des dernières semaines, ce qui a nécessité une nouvelle intervention de la BoJ pour soutenir la monnaie japonaise.

Il est important de noter que les signes d’une dépréciation désordonnée du Yen commencent à exercer une pression sur d’autres parties importantes de l’« usine Asie », telles que la Corée et la Chine, étant donné que les mouvements régionaux des devises affectent la compétitivité de chaque économie. Une vague de dépréciations et de dévaluations désordonnées en Asie pourrait entraîner des tensions sur les marchés financiers. En effet, les autorités monétaires locales devraient puiser dans leurs actifs étrangers pour intervenir sur les marchés des changes ou utiliser des instruments réglementaires pour empêcher de nouvelles sorties de capitaux. Les pays asiatiques étant des fournisseurs nets de capitaux au système financier mondial, cette situation serait négative pour la liquidité, d’autant plus que la Fed se positionne pour maintenir les taux directeurs « plus élevés pendant plus longtemps » ou pour réduire les taux moins que prévu.

Dans l’ensemble, il est important de stabiliser le Yen afin d’éviter une crise de change régionale plus importante, qui pourrait avoir des répercussions sur la liquidité et la croissance mondiales.

Source : QNB

 

 

 


Article publié le dimanche 2 juin 2024
295 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 295
Chargement...