Actualités : Niger

Billet : Restons sur nos gardes ! | ONEP
Partager vers les réseaux Les soldats français vont quitter le Niger d’ici la fin de l’année. Quant à l’ambassadeur Sylvain Itté, il devrait quitter le plus tôt le territoire nigérien d’après l’annonce faite par le président Emmanuel Macron le lundi 24 septembre dernier. En ont-ils d’ailleurs le choix ? Non. Parce que le Niger appartient aux Nigériens et personne ne saurait leur imposer une présence forcée.

Cette décision de retrait imposée par la mobilisation des Nigériens unis derrière les autorités en place est une première bataille de gagner pour le peuple nigérien. Mais, la guerre n’est pas finie. Il est plus que nécessaire de rester lucides et sur nos gardes. Cela parce qu’à cette étape on peut dire que le fauve est blessé, mais il n’est pas mort. Il peut s’avérer encore dangereux. C’est une question de survie aussi bien pour la France que pour le Niger. Il est sûr que la France mettra du temps à digérer cet affront, au demeurant voulu par l’intransigeance arrogante de son président.

Et les éléments de langage utilisés par le président Macron lors de l’annonce du retrait des forces françaises nous alertent sur les leviers sur lesquels compte et peut s’appuyer la France pour nous faire mal. Nous avons tous entendus Macron débiter l’expression ‘’règlements de compte ethnique’’ et ‘’lâcheté politique’’.

La division sur des bases ethniques : voilà l’argument ‘’magique’’ sur lequel la France a toujours rêvé d’user pour diviser les Nigériens, certainement pour mieux nous soumettre et nous exploiter (c’était déjà le rêve poursuivi à travers la création de la fameuse OCRS qui n’a jamais prospéré). Sauf que cet argumentaire s’est toujours révélé inopérant dans notre pays parce que les brassages entre nos communautés, les liens historiques et culturels dont la parenté à plaisanterie sont plus forts que toutes les fourberies tentées pour nous diviser. En plus en usant et en surfant sans cesse sur la rhétorique « ethnique », Macron dévoile sa crasse méconnaissance du Niger et de son peuple.

Ce même argumentaire a été essayé par certains malicieux politiciens nigériens lors des campagnes politiques et des processus électoraux pour leurs conforts personnels. Mais ils ont toujours été déboutés par le peuple nigérien qui, tient à cette fraternité forgée par l’histoire et qui est plus forte que les intérêts mesquins de ces individus. Le Niger ne sera pas le Rwanda des années 90 où des agissements d’une telle nature ont conduit au génocide des Tutsis.

Quant à l’argument de lâcheté politique, seul Macron sait à qui il s’adresse. Ce qui est sûr, c’est que cette lâcheté politique est l’œuvre des politiciens qui font nuitamment des deals avec la France et qui sont incapables de l’assumer publiquement. Pour sa part le peuple nigérien n’a aucun engagement vis-à-vis de la France. Et c’est lui qui exige le départ des troupes françaises.

Siradji Sanda (ONEP)

Continue Reading Previous: Billet : Les nouveaux ‘’harkis’’

Article publié le mardi 26 septembre 2023
1325 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 1325
Chargement...