Actualités : burkina

Santé des déplacés internes : Le geste salvateur du personnel soignant à Pazani - L'Actualité du Burkina Faso 24h/24
0 PartagesPartagerTwitter Au Burkina Faso, de nombreuses familles ont été contraintes par l’insécurité de quitter leurs localités respectives pour d’autres cieux, à la recherche d’un refuge. Pazani, un quartier périphérique de Ouagadougou, accueille bon nombre de ces familles. Mais ces personnes déplacées internes ne sont pas totalement à l’abri des aléas de la vie. Sur ce site de déplacés internes, au moins deux enfants, une femme et un homme ont déjà perdu la vie à cause du manque de soins de santé appropriés. A Pazani, l’accès aux soins de santé de qualité relève d’un parcours du combattant pour les déplacés internes. Mais le personnel soignant du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Pazani redonne du sourire, à sa manière, à plusieurs d’entre eux. Reportage ! 

Assise sur un banc délabré, les yeux dirigés vers le néant, une dame porte un bébé au dos. Elle est au Centre de santé et de promotion sociale de Pazani. Son enfant, 12 ans, couché sur une natte de fortune, a le corps chaud.

La dame, les poches vides, n’attend qu’un “envoyé de Dieu” pour lui permettre de faire consulter son enfant. C’est Alimata Saré (Nom d’emprunt), une femme déplacée interne frisant la trentaine. Ses vœux sont exaucés lorsqu’un infirmier apparaît de nulle part, s’imprègne de sa situation et décide de l’aider volontiers et surtout prendre en charge la consultation et l’ordonnance… 

Ces récits de vie, on en rencontre à la pelle sur le site de déplacés internes à Pazani, zone non-lotie de l’arrondissement 9, secteur 38 de Ouagadougou.  

Mariée et mère de trois enfants, Alimata est en fait, une des victimes de l’exode engendré par l’insécurité que connait le Burkina Faso. Cet ex-agent de santé à base communautaire a dû abandonner ses documents et matériels de travail à Tongomayel pour prendre ses jambes à son cou. 

D’agent de santé à base communautaire à déplacée interne à Pazani Depuis 2019, elle quitte son village, Silgadji, une localité du département de Tongomayel, dans la province du Soum. Elle a tout perdu. Sa principale activité désormais : racler le sable dans les espaces vides non encore construits pour vendre ou proposer des services de nettoyage dans les ménages. Sa situation inspire la compassion, surtout quand elle aborde certains détails.  

Tout bascule, en effet, un vendredi, jour de marché à Silgadji. Lorsque des Hommes armés non étatiques débarquent dans le marché. Plusieurs vies sont ôtées. Le lendemain, les mêmes individus reviennent dans le village. Cette fois-ci, les deux frères de Alimata et son oncle paternel sont assassinés. 



Après ces évènements, Alimata décide de quitter Silgadji avec toute sa famille. Son époux était déjà parti en direction de Ouagadougou, après la première irruption des Hommes armés non étatiques. Sous l’effet de la peur, ne sachant pas quand est-ce que le danger peut revenir, Alimata avec ses trois enfants s’orientent dans le vide. 

Ils prennent la route, destination Ouagadougou. Elle s’efforce de se confier à nous, sinon, “j’ai un peu mal à la tête, mais ça sert à quoi de repartir à l’hôpital si on n’a pas l’argent pour se soigner ou si on doit aller demander tout le temps de l’aide ?“, lance-t-elle, l’air affaibli. 

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Et de poursuivre, les yeux embués de larmes : “On n’a rien pris. Parce qu’on ne savait pas quand est-ce qu’ils allaient revenir. Même mon acte de naissance, ceux de mes enfants et ma carte d’identité sont restés au village“. Alimata et ses enfants trouvent donc refuge à Pazani. 

Depuis lors, elle vit avec sa famille dans ce quartier situé à une dizaine de kilomètres de Ouagadougou. Là-bas, Alimata et ses gosses se partagent une maison de fortune avec une autre famille en détresse. « La petite maison de dix tôles que vous voyez, nous la partageons avec une autre famille. Environ dix personnes vivent dans cette maisonnette. Il y a tellement de moustiques ici… », nous raconte-t-elle, tête baissée.   

L’accès aux soins de santé de qualité est un défi pour certains à Pazani À Silgadji, elle était agent de santé à base communautaire dans le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de la localité. Aujourd’hui, par la force des choses, elle devient nettoyeuse ou vendeuse de sable.

Quel sable d’ailleurs ? Les petits tas de sable qu’elle racle à longueur de journée au bord des routes et des espaces vides, et surtout si elle est en bonne santé ! C’est ce qu’elle fait pour subvenir aux besoins de sa famille, même si la clientèle se fait très souvent rare.  

A ces temps libres, Alimata parcourt la ville pour des travaux de nettoyage dans les ménages. Même là encore, les gens sont réticents surtout envers les “inconnus“. « Nous faisons le tour de la ville pour chercher un coin où on peut faire le nettoyage ou laver des habits. Ça aussi, ce n’est pas facile à trouver », se lamente-t-elle.  

Mais ce qui préoccupe cette mère de trois enfants plus qu’autre chose, c’est l’accès aux soins de santé. « Nous avons déjà perdu quatre personnes (deux enfants, une femme et un homme) à cause du manque de soins appropriés. C’est la période du paludisme, avec la saison pluvieuse. Quand on part à l’hôpital, on n’a pas tous les produits.

On dit d’aller chercher ailleurs. Alors que nous n’avons pas les moyens. On est obligé de faire avec ce que nous gagnons. Si jamais il n’y a personne pour nous aider, c’est pas bon signe », termine-t-elle, à voix basse, avant de témoigner de sa reconnaissance envers les infirmiers et bonnes volontés qui soutiennent régulièrement les plus vulnérables. 

L’accès aux services de santé s’avère un défi, en particulier pour les personnes déplacées internes. « Dieu seul sait. Imaginez-vous, il n’y a rien pour se nourrir. Où est-ce qu’on pourra en avoir pour se soigner ? », questionne-t-elle, le regard dirigé vers le néant. 



Malgré la gratuité des soins de santé des enfants de 0 à 5 ans, l’accès aux services de santé et aux produits de qualité n’est pas chose aisée. “L’urgence d’équiper suffisamment les formations sanitaires, surtout celles des zones qui accueillent les personnes déplacées internes en médicaments de qualité s’impose“, soutient un agent de santé anonyme rencontré à Pazani. 

Selon le bilan fait par le gouvernement, à la date du 30 juin 2021, le Burkina Faso a enregistré plus de 237.000 nouveaux déplacés internes au premier semestre de l’année en cours. 

“Si on ne racle pas le sable, on ne peut pas manger ni se soigner” (Bintou) « C’est l’une des grandes difficultés (ndlr : l’accès aux soins de santé) que nous rencontrons ici. Ce n’est pas du tout simple. Nous demandons de l’aide aux dirigeants du pays. Nous sommes avec nos enfants. L’accès aux soins de santé, à la nourriture et à l’eau est très difficile. Nous n’avons pas autres requêtes que celles-ci. La santé vaut mieux que tout », renchérit Bintou Traoré (nom fictif), également une déplacée interne à Pazani.

Cette ressortissante de Djibo pratique les mêmes activités que Alimata pour subvenir aux besoins de sa famille. A écouter cette mère allaitante d’un bébé de quelques mois et de quatre autres enfants, les prochains jours s’annoncent difficiles pour elle. « Parce que si on ne racle pas le sable, on ne peut pas manger ni se soigner. Même là encore, les propriétaires terriens ne veulent pas qu’on exploite leurs terrains. On fait comment ? », s’alarme-t-elle.

Drissa Conombo (Nom d’emprunt) est le responsable du site des Personnes déplacées internes (PDI). Lui aussi est originaire de Silgadji. Il est arrivé à Ouagadougou après la première attaque qu’a connue leur village. Cette attaque n’a visé que les hommes. Il a abandonné derrière lui sa voiture, son tracteur et sa boutique. À Ouagadougou, il travaille comme un manœuvre dans une société de construction pour subvenir aux besoins de sa famille.

Drissa avec deux de ses enfants Il déplore les décès survenus sur le site de déplacés internes à Pazani à cause du manque de soins appropriés. “Il y a eu trop de décès sur le site ici. On n’avait pas le choix. Nous, aussi on a soigné les malades, en fonction de nos moyens ,mais (…)“, soupire-t-il, en dégageant une bouffée d’air à travers sa bouche.

Drissa Conombo appelle les autorités à se pencher sur leur sort, plus particulièrement le volet santé. « Notre souci est que le gouvernement revoit notre cas pour qu’on ait quand même accès aux soins de santé de qualité. Les soins, c’est vraiment primordial. C’est ce dont nous avons besoin », interpelle-t-il.

Ce sont des gens qui ont tout perdu et qui cherchent à refaire leur vie, relate le premier responsable du centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Pazani, Daniel Birba. C’est un sérieux problème pour ces gens, poursuit-il, vu qu’il y a des produits à payer. Mais il informe  que par moment, le CSPS prend en charge gratuitement certains cas graves.

Daniel Birba, major du CSPS de Pazani, apporte son appui aux malades déplacés internes « Il y en a qui viennent (ndlr, PDI) et qui n’ont rien. Ils n’ont absolument rien. Parce qu’on les a chassés, ils n’ont pas eu le temps, même une heure, pour ramasser leurs quelques francs qu’ils ont à quelque part. En tout cas, ce sont des gens qu’il faut encourager. Quand ils viennent comme ça, d’autres font  pitié. Surtout les enfants, vous êtes vraiment obligés en tant qu’humains d’intervenir », confie-t-il.

Il témoigne avoir assisté, à ses propres frais, plusieurs malades déplacés internes, dont un récemment, et celui qui l’amenait était en larmes,  il ne savait pas quoi faire. « Quand ils arrivent (déplacés internes), on partage leurs peines. J’ai même assisté un vieux qui était en pleurs. Il ne savait que faire. Ce jour-là, je lui ai dit ‘papa, laisse, je vais prendre en charge ton malade’. Quand certains viennent, vous vous sentez obligés de mettre la main dans la poche », dit le major du CSPS de Pazani.



Daniel Birba fait aussi savoir que, dans la plupart du temps à cause du manque de moyens, les malades déplacés internes n’arrivent pas à respecter les prescriptions qui leur sont adressées. 

Pour ce qui est du ravitaillement en produits pharmaceutiques, le major du CSPS de Pazani note qu’ils n’ont pas assez de souci, sauf en cas de rupture au niveau de la centrale d’achat des médicaments essentiels et génériques (CAMEG), souligne-t-il. 

« Avec la gratuité, on n’arrive pas vraiment à couvrir à 100%. C’est-à-dire  du 1er au 30, au milieu  en tout cas, on jongle pour couvrir le mois avant d’aller encore recommander », révèle-t-il.

Mariam Sawadogo confirme l’appui du personnel soignant aux malades déplacés internes Mariam Sawadogo est infirmière au CSPS de Pazani. Elle confirme qu’au cours des consultations, ces PDI qui ont trouvé refuge à Pazani rencontrent pas mal de difficultés mais dans certains cas, le CSPS et/ou certaines bonnes volontés anonymes interviennent. 

« Souvent, ils sont en manque de moyens financiers pour exonérer leurs produits. Souvent aussi comme c’est un centre social, nous aussi on essaie de voir comment on peut faire pour les assister », avance-t-elle.  

A Pazani, chacun essaie donc de mettre la main à la pâte, dans l’espoir d’un lendemain meilleur pour tous. Mais que feront les déplacés internes si les “soignants sauveurs” et certaines bonnes volontés ne sont plus en mesure de prendre ces derniers en charge sur le plan sanitaire ?…

Willy SAGBE

Burkina24


Article publié le jeudi 2 septembre 2021
155 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 155
Chargement...