Prestation de serment des juges de la Haute Cour de Justice : Hama Amadou bientôt devant la haute cour de justice
Dernières publications dans cette catégorie
 .  Organisation Politique du Cameroun - mardi 11 janvier 2005
 .  Diaspora: Le CODE porte les plaies du Cameroun à la Commission Européenne - mardi 11 janvier 2005
 .  Rencontre Fru Ndi-Joseph Owona, inédit ! - mardi 11 janvier 2005
Plus...
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to Comments
Lectures : 1536

Mercredi, 07 Décembre 2011 05:31 Le samedi 3 décembre 2011, juste avant la clôture de la session budgétaire de l’Assemblée Nationale, les juges de la Haute Cour de Justice ont prêté serment. Il s’agit de : M. Saley Assane, député PNDS ; M. Adama Harouna, magistrat à la Cour de Cassation ; M. Seydou Ama, député de l’ARN ; M. Salissou Ousmane, magistrat à la Cour d’Etat ; M. Adamou Seydou, conseiller à la Cour des Comptes, Mme Hadiza Moussa Gros, député Lumana et de Mme Zara Elhadji Bako, député groupe des Démocrates.




Ladite cour sera bientôt officiellement installée et commencera à travailler. Puisque le Ministre de la Justice a déclaré que tous les dossiers seront traités et examinés, les Nigériens se posent la question de savoir si réellement Hama Amadou sera bientôt devant la Haute Cour de Justice ? Son dossier connaîtra-t-il le même sort que celui de Zakou Djibo ? Pour rappel Hama Amadou avait été accusé d’avoir détourné 100 millions de FCFA destinés au fonds d’aide à la presse 2001. Mais, après instruction par la justice, la somme est finalement ramenée à 39 millions par la commission d’instruction de la Haute Cour de Justice. Celle-ci lui avait reproché en ces termes :


« Monsieur Hama Amadou d’avoir à Niamey, courant 2001, exerçant les fonctions de Premier Ministre sans autorisation légale s’être ingéré dans le maniement des deniers publics en l’occurrence le « fonds d’aide à la Presse » et d’avoir ainsi frauduleusement détourné la somme de 100.000.000 Fcfa au préjudice de l’Etat du Niger. Faits prévus et réprimés par les articles 161 loi N°2000-10 du 14 Août 2000, et article nouveau alinéa 2 article 13 et 30 nouveau de l’ordonnance N°88-34 du 9 juin 1988». Tout abord, une procédure judiciaire régulière a été engagée contre Hama Amadou. Il a été entendu par la gendarmerie nationale où il a tenté de donner des ́léments de preuves. Les témoins et autres parties ont été également entendus.


Puis Hama Amadou et les autres parties et les témoins ont été auditionnés par un comité ad hoc de l’Assemblée Nationale. Ensuite, est intervenu le vote de la mise en accusation de Hama Amadou par les députés. C’est ainsi qu’un mandat dépôt lui fut décerné et il fut déféré à la prison de haute sécurité de Koutoukalé où il passa plus 10 mois. Une commission l’instruction au fond du dossier de la Haute Cour de Justice (HCJ) a été mise en place. Pendant son séjour, selon un journal de la place, le locataire de la prison de Koutoukalé a alors commencé à se lamenter sur les conditions de sa détention en réclamant un seau d’eau, un téléphone et un ventilateur.


Puis, il inventa une maladie qui, selon lui, exige son évacuation à l’extérieur. Mais, il fut évacué plutôt au pavillon de la francophonie de l’hôpital national de Niamey. Suite à un avis du conseil des médecins, Hama Amadou a bénéficié d’une liberté provisoire afin d’aller se soigner à l’extérieur. Maintenant que la Haute Cour est installée, est-ce que Morou Amadou dira qu’il faut encore qu’il y ait l’instruction de tous les dossiers des autres personnalités pour les juger ensemble ?


Article publié le mercredi 7 décembre 2011
1536 lectures
56ème anniversaire de la Proclamation de la République du Niger
Accès rapide
Presse nigérienne
Nos partenaires