Actualités : Niger

Communiqué de presse - LENTRETIEN





KIGALI, 17 juillet 2018 – Le Projet spécial élargi pour l'élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN) a réuni les Coordonnateurs des Programmes nationaux de lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN et leurs partenaires à l’occasion de sa première réunion annuelle pour examiner les progrès régionaux et nationaux vers l'élimination des MTN en Afrique.

Les MTN sont un groupe de maladies transmissibles qui affectent plus de 1,5 milliard de personnes dans le monde, dont 39% vivent en Afrique. Ces maladies dangereuses et destructrices peuvent être évitées et traitées, mais elles continuent de provoquer de graves déformations et autres handicaps qui créent, sur le long terme, des obstacles à l'éducation, à l'emploi, à la croissance économique et au développement au sens large.En 2016, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé le Projet spécial élargi pour l'élimination des MTN (ESPEN) pour aider tous les pays africains à accélérer l'élimination des cinq MTN les plus répandues en partageant les meilleures pratiques, en coordonnant les activités et en offrant de l’appui technique aux pays endémiques. « Les programmes de lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN) font appel à des partenariats divers pour stimuler l'impact - y compris entre les secteurs et les pays. Avec des communautés et des nations entières luttant contre ces maladies, un soutien financier accru, un engagement politique plus fort et de meilleurs outils pour prévenir, diagnostiquer et traiter les maladies sont essentiels pour vaincre les MTN ", a déclaré le Dr. Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS. Lors de cette première réunion annuelle, ESPEN, les Coordonnateurs de programme et les partenaires fourniront des mises à jour et partageront leurs progrès vers le contrôle et l'élimination des MTN. Les discussions porteront sur la coordination, l'appropriation par le gouvernement, les partenariats, la planification, le plaidoyer et la mobilisation des ressources.Les MTN dévastent des millions de vies depuis très longtemps, mais des efforts massifs et coordonnés ont réuni des gouvernements, des entreprises du secteur privé, des ONG et des communautés des régions les plus reculées, prouvant que la communauté internationale est sur la bonne voie, et que l’élimination est à portée de main. Sur l'ensemble du continent, les pays font des progrès significatifs vers le contrôle et l'élimination des MTN. En 2017, le Togo a éliminé la filariose lymphatique en tant que problème de santé publique au Togo et cette année, le Ghana a fait de même avec le trachome. Illustrant la santé publique à son meilleur, les prestataires de la santé, les partenaires et les agents de santé communautaires se sont réunis avec un objectif clair d'améliorer la vie de millions de personnes parmi les plus vulnérables.Avec l'objectif clair de promouvoir la nécessité de coordonner l'appropriation par le pays d’un programme intégré contre les MTN, de la réunion seront tirés des points d'action clés et des recommandations pour améliorer la mise en œuvre des plans et activités annuels pour l'achèvement de la feuille de route contre les MTN.Quoi : Première réunion annuelle des Coordonnateurs de Programmes nationaux de lutte contre les maladies tropicales négligées Quand : 17-19 juillet 2018Où : Hôtel Lemigo, Kigali, Rwanda A propos du Programme national de lutte contre les MTN au RwandaLe programme MTN a été créé en juin 2007, avec une subvention de 3 millions de dollars sur 3 ans de la part de la Fondation Legatum par le biais de Geneva Global et du projet Access de l'Université Columbia. Depuis décembre 2016, le programme met en œuvre une subvention de 1,7 million de dollars pour une période allant jusqu'en septembre 2018, avec un partenariat direct entre le gouvernement du Rwanda et le ENDFund.Grâce au partenariat ci-dessus, le programme a cartographié les MTN les plus répandues :• Vers intestinaux : 65% (2008); 45% (2014)• Schistosomiase (bilharziose): 2,7% (variant de 0 à 70% dans les écoles recensées) (2008); 1,9% (2014); Mais l'utilisation de tests plus sensibles en 2014 a révélé une prévalence plus élevée et de nouveaux points chauds avec une prévalence globale de 7,4% (variant de 0 à 100% dans les écoles enquêtées) (seule la bilharziose intestinale est endémique autour des lacs et des marais au Rwanda). • Le trachome et la filariose lymphatique ont également été cartographiés en 2008 et ne constituent pas des menaces pour la santé publique.• Formation de techniciens de laboratoire sur le diagnostic des MTN et la formation des infirmières et des médecins à la prise en charge clinique des MTN. Actuellement, une formation sur les MTN pour l'ensemble des 45 000 ASC est en cours de mise en œuvre en juin jusqu'en juillet 2018.• Depuis 2008, des campagnes d’administration de masse de médicaments contre les vers intestinaux pour les populations à haut risque, principalement les enfants de 1 à 15 ans et contre la bilharziose pour les enfants de 5 à 15 ans des zones endémiques (autour des lacs et des marais). Cette campagne de traitement de masse est mise en œuvre principalement à travers la semaine de SMI mise en œuvre tous les 6 mois.A propos du Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN)Avec un secrétariat basé au siège de l'OMS AFRO à Brazzaville, ESPEN contribue au contrôle et à l'élimination des cinq principales maladies tropicales négligées (MTN) sensibles à la chimiothérapie préventive (PC-MTN), en mettant à profit les donations de médicaments faites par les entreprises pharmaceutiques. En aidant les pays à contrôler et à éliminer ces MTN, ESPEN contribue à la réduction de la pauvreté, améliore la productivité économique et la qualité de vie des personnes affectées en Afrique. Avec le soutien d'ESPEN, les systèmes des Ministères de la Santé peuvent réaliser des soins de santé universels et renforcer leurs systèmes de santé au profit des communautés les plus vulnérables d'Afrique.



mercredi 18 juillet 2018








Article publié le vendredi 21 septembre 2018
259 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 259
Chargement...