Actualités : Niger

Journées d’information sur les chantiers de l’UEMOA : - LENTRETIEN



Du 27 février au 2 Mars 2018, la salle de réunion Brigi Rafini de l’hôtel Toubal de la belle cité légendaire des Zarmakoyes, Dosso a servi de cadre à l’atelier de formation des journalistes et communicateurs des ministères dont le thème est : « Journées d’information sur les chantiers de l’UEMOA ».

En effet, dans leur mission quotidienne d’informer, d’éduquer et de sensibiliser les populations, cet atelier de formation vient renforcer les connaissances et aptitudes des hommes des medias nigériens notamment sur les reformes, politiques, programmes de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) au profit des populations nigériennes. Ainsi, créé en 1994, l’UEMOA regroupe huit pays à savoir le Niger, le Sénégal, le Benin, le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire, La Guinée Bissau, le Togo, le Nigeria et a pour objectifs principaux de renforcer la compétitivité des activités économiques et financières des Etats membres ; Assurer la convergence des performances et des politiques macroéconomiques des Etats membres, par l’institution d’un mécanisme de surveillance multilatérale ; de créer entre les Etats un marché commun basé sur la libre circulation des personnes, des biens, des services, des capitaux et le droit d’établissement ; de coordonner les politiques sectorielles nationales et d’harmoniser les législations des Etats membres.Dans son discours à l’ouverture, Monsieur Serigne MBACKE SOUGOU, représentant résident de l’UEMOA au Niger a indiqué qu’en 24 ans d’existence, les interventions de l’Union ont permis à notre espace de faire face aux différents chocs et crises, de maintenir une rigueur dans le pilotage des politiques économiques et d’améliorer la résilience des populations. En effet, ajoute-t-il, les impacts des crises énergiques, alimentaires, financière et sécuritaires ont pu être contenus grâce aux instruments et mécanismes de notre Union dont notamment la solidarité. Aussi, le défi de l’union est de passer d’une intégration institutionnelle à une intégration des peuples avec un réel marché commun. Pour cela, il faut une appropriation de tous les acteurs. Ce qui sans nul doute passe par une communication pertinente et de proximité. Dans ce processus, le rôle des journalistes et communicateurs est déterminant.Pour le représentant résident, il faut que : « les reformes, projets et politiques de l’UEMOA seront davantage connus en vue d’une appropriation par tous les acteurs ; que les contraintes et faiblesses seront portées à la connaissance de tous ; que les manquements préjudiciables au bon fonctionnement du marché commun seront dénoncés ». En prononçant le discours d’ouverture de l’atelier, le gouverneur de la région de Dosso s’est félicité du choix de son entité pour abriter une telle rencontre mais surtout de rappeler aux participants que la formation est une opportunité de recueillir toutes les informations utiles sur les chantiers de l’UEMOA au Niger et surtout de formuler des recommandations pertinentes à l’endroit des institutions nationales et communautaires pour une mise en œuvre adéquate.Au cours des quatre jours de travaux, les participants ont été outillés sur des thèmes comme : Présentations de l’UEMOA ; Cadre institutionnel, objectifs, opportunités pour le développement, défis et perspectives ; Présentations des programmes et projets suivis par le Bureau de représentation de la commission du Niger ; présentation des programmes et projets inscrits au Programme Economique Régional de l’UEMOA.Souleymane Brah



vendredi 9 mars 2018








Article publié le vendredi 9 mars 2018
425 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 425
Chargement...