Actualités : Senegal

L'actualité survolée du 01/05/2020
«Depuis le début des opérations de contrôle du mois de mars, nous sommes à 8 317 visites effectuées et nous avons constaté 2 941 infractions à la législation économique. Également, nous avons retiré 36 tonnes de produits des circuits de distribution» Assome Aminata Diatta. L’ancien international de football Khalilou Fadiga est mis en quarantaine à Tambacounda (est). Selon des informations obtenues par Emedia.sn, l’ancien numéro 10 des Lions revenait d’un voyage à Cotonou, au Bénin, d’où il a rejoint Bamako par vol. Il sera ensuite conduit, par les services de sécurités maliennes jusqu’à la frontière avec le Sénégal. Ce mardi 28 avril, un groupe de conseillers, « Les élus de la Médina » faisaient face à la presse pour décrier la gestion du Covid-19, par le maire Bamba Fall. Selon ce groupe, la convocation du conseil municipal n’a pas été faite dans les règles de l’art. « Même si on est en cas d’urgence, on ne peut pas le lui accepter », faisait savoir l’un des conseils qui avant même que les documents liés aux délibérations ont été remis à l’entrée de la salle de réunion. Malgré l’interdiction de la circulation interurbaine en cette période de pandémie de Covid-19, des récalcitrants continuent de braver la mesure pour transporter des passagers. Et pour traquer ces récalcitrants, la police nationale a mené une vaste opération. Laquelle a permis de saisir un millier (1000) de motos principalement des Jakarta. "Le monde des pauvres, des moins riches du Sud qui ont utilisé la chloroquine, ensuite l'hydroxychloroquine, et l'azithromycine, comme on a fait nous, d'une manière massive, et qui ont des taux de mortalité très bas."... "C'est spectaculaire, c'est la première fois que dans les pays les plus riche, il y a la plus forte mortalité. On est les seuls à ne pas avoir traité. Les autres ont détecté, traité. Tous ceux qui on traité ont une mortalité inférieure à la notre." Didier Raoult Selon une étude, 47 millions de femmes dans 114 pays à faible et moyen revenu risquent de ne pas avoir accès à la contraception et 7 millions de grossesses non désirées devraient se produire si le confinement se poursuit pendant 6 mois et si les services de santé restent fortement perturbés. Chaque période de 3 mois supplémentaires de confinement signifierait que 2 millions de femmes en plus dans le monde n’auraient pas accès à la contraception. Qu’il ait lieu en mai ou en juillet, un déconfinement "sauvage" sans masque, ni tests, ni respect des gestes barrières se traduirait par un bilan de 200 000 morts. Pour contenir le bilan à 30 000 morts, il faudrait que les personnes fragiles restent confinées... jusqu‘en février 2021, affirme l'étude de Public health expertise. Article Lu 134 fois

Article publié le vendredi 1 mai 2020
147 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 147
Chargement...