Actualités : burkina

Résultats définitifs municipales 2016 : Les tops et les flops
Mercredi, 15 Juin 2016 09:02


Le 14 juin 2016, au cours d’une audience solennelle, le Conseil d’Etat a publié les résultats définitifs des élections municipales du 22 mai dernier. Sur les 86 partis politiques et regroupements d’indépendants en lice, 44 seront représentés dans les conseils municipaux ; les 42 autres ont fait chou blanc car ils ont obtenu zéro siège de conseiller municipal. Le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a perdu 9 sièges par rapport aux résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) mais reste solidement en tête avec 11 208 sièges.



 


Au nom de l’article 152 de la Constitution


L’article 152 de la Constitution, en son alinéa 3, dispose : «Le contrôle de la régularité et de la transparence des élections locales relève de la compétence des Tribunaux administratifs. La proclamation des résultats définitifs de ces élections relève de la compétence du Conseil d’Etat.»


En application de ce texte, le conseil d’Etat a procédé à la rectification de certaines données par la validation de quelques bulletins de vote, initialement classés comme nuls par les bureaux de vote. Ces corrections n’ont pas eu d’influence significative sur l’ensemble des résultats des élections municipales du 22 mai 2016 livrés par la CENI.


On retiendra tout de même que ces corrections ont fait perdre 9 sièges de conseillers municipaux au MPP et gagner 3 sièges supplémentaires à l’UPC. Le NTD a aussi eu 2 sièges de plus et le PAREN 1 de plus. Idem pour le CDP qui a gagné 1 siège supplémentaire. Le FFS, qui avait eu 9 sièges selon la CENI, devra se contenter à présent de 8 sièges.


 


Le top ten


 



MPP : 11 208 conseillers dans 363 communes
UPC : 3 094 conseillers dans 289 communes
CDP: 2 145 conseillers dans 241 communes
NTD : 607 conseillers dans 84 communes
NAFA : 454 conseillers dans 96 communes
ADF/RDA : 317 conseillers dans 51 communes
UNIR/PS : 290 conseillers  dans 66 communes
PDS/Metba : 283 conseillers dans 25 communes
RDS : 163 conseillers  dans 14 communes
PAREN : 127 conseillers dans 47 communes

 


Le top ten en matière de voix


 



MPP : 1 219 630 voix
UPC : 487 081 voix
CDP : 381 032 voix
NTD : 113 670 voix
NAFA : 82 857 voix
ADF/RDA : 64 943 voix
UNIR/PS : 57 191 voix
PDS/METBA : 44 924 voix
PAREN : 20 444
RDS : 20 258

 


Le flop 25


Au total, 25 partis politiques ou regroupements d’indépendants ont récolté chacun, au plan national, moins de 200 voix. Il va sans dire qu’ils n’ont eu aucun siège de conseiller municipal.


 



APL : 10 voix 0 siège
PSU : 22 voix 0 siège
PPRN : 24 voix 0 siège
PPE/CN : 26 voix 0 siège
UNDP : 28 voix 0 siège
CNA/BF : 25 voix 0 siège
PJD : 36 voix 0 siège
ODP : 49 voix 0 siège
MPF : 52 voix 0 siège
CNC : 65 voix 0 siège
COPAC : 66 voix 0 siège
UNIC : 71 voix 0 siège
PDD : 91 voix 0 siège
MPJD : 98 voix 0 siège
FDR : 122 voix 0 siège
Les Affranchis : 231 voix 0 siège
PRIT-LANNAYA : 134 voix 0 siège
UFP : 139 voix 0 siège
NEERWAYA : 144 voix 0 siège
URDB : 161 voix 0 siège
PARIS : 169 voix 0 siège
BEOGO-NEERE : 184 voix 0 siège
PEDN : 187 voix 0 siège
RECIT : 194 voix 0 siège
PNUD : 196 voix 0 siège

 


Liste des partis et formations politiques ayant obtenu au moins un (01) conseiller


 



ADF/RDA : 317 conseillers dans 51 communes
AJIR : 4 conseillers dans 4 communes
ARDI : 1 conseiller dans 2 communes
BENKADI : 2 conseillers dans 1 commune
BURKINA YIRWA : 42 conseillers dans 21 communes
CDP: 2 145 conseillers dans 241 communes
CDS : 1 conseiller dans 2 communes
CMP: 1 conseiller dans 2 communes
CPR/MP: 49 conseillers dans 5 communes
DT: 1 conseiller dans 1 commune
FFS : 8 conseillers dans 15 communes
L’AUTRE BURKINA/PSR : 21 conseillers dans 6 communes
Le Faso Autrement : 87 conseillers dans 25 communes
MDA : 39 conseillers dans 7 communes
MACENPOL : 14 conseillers  dans 1 commune
MAP : 31 conseillers dans 4 communes
MLN-BF : 4 conseillers dans 6 communes
MPP : 11 208 conseillers dans 363 communes
NAFA : 454 conseillers dans 96 communes
NOUR.A : 1 conseiller dans 1 commune
NTD : 607 conseillers dans 84 communes
ODT : 20 conseillers dans 14 communes
PDC : 53 conseillers dans 7 communes
PPD : 1 conseiller dans 4 communes
PRDF : 1 conseiller dans 1 commune
PAREN : 127 conseillers dans 47 communes
PBL : 12 conseillers dans 2 communes
PDP/PS : 3 conseillers dans 2 communes
PDS/Metba : 283 conseillers dans 25 communes
PPRD : 1 conseiller dans 7 communes
RDF : 2 conseillers dans 1 commune
RDR : 1 conseiller dans 3 communes
RDS : 163 conseillers  dans 14 communes
RFI/PJB : 2 conseillers dans 5 communes
RPR : 4 conseillers dans 9 communes
UPR: 15 conseillers  dans 8 communes
UDB/R: 3 conseillers  dans 7 communes
UDS: 11 conseillers dans 1 commune
UFP: 1 conseiller  dans 1 commune
UNDD : 13 conseillers  dans 3 communes
UNIR/PS : 290 conseillers  dans 66 communes
UPC : 3 094 conseillers dans 289 communes
UREFA : 15 conseillers  dans 7 communes

 


 


Une kyrielle de recours


Dans le cadre des élections municipales, plusieurs recours ont été formulés devant les Tribunaux administratifs relativement au contentieux des listes de candidatures et au contentieux du scrutin et du dépouillement.


24 Tribunaux administratifs ont été saisis d’un total de 355 recours. 355 décisions ont été rendues et 87 ont fait l’objet d’appel devant le Conseil d’Etat.


27 contentieux du scrutin et du dépouillement ont été enregistrés par les Tribunaux administratifs.


Le Conseil d’Etat a, pour sa part, enregistré et jugé une vingtaine de recours contre la proclamation des résultats provisoires proclamés par la CENI.


 


Recommandations du Conseil d’Etat


- La nécessité d’une formation suffisante de tous les intervenants à la conduite adéquate des opérations électorales dans les bureaux de vote : respect du secret du vote, établissement des procès-verbaux et feuilles de dépouillements, etc. ;


- un éclairage adéquat pour tous les bureaux de vote, particulièrement pour les opérations de dépouillement ;


- une formation à la technique de vote initiée à l’intention de tous les électeurs ;


- une harmonisation entre les articles 241 et 247 quinquies, afin d’intégrer dans l’éligibilité la production de la copie de la carte d’électeur…


- une amélioration de la qualité de l’encre ;


- une harmonisation des délais de recours par la relecture des articles 98 et 262 du code électoral ;


- une prise en compte dans le budget des guides pour les coordonnateurs et les délégués du Conseil d’Etat.


 


San Evariste Barro


L'Observateur paalga

Mise à jour le Mercredi, 15 Juin 2016 09:17  

Article publié le mercredi 15 juin 2016
525 lectures
Augmenter la taille de la police Diminuer la taille de la police print send to
Lectures : 525
Chargement...